samedi 31 décembre 2016

dimanche 25 décembre 2016

Le cadeau de Hanoukka à l’Etat d’Israël de la part de Barack Obama

Barak Obama est un individu lâche et vil. Un Proche et Moyen-Orient en feu et à sang et la trahison des pays alliés seront les principaux legs politiques à la planète de ce Président des USA en bout de mandat.


Le vingt-trois décembre, en ce vendredi soir où le peuple israélien accueillait un repos hebdomadaire bien mérité, il a laissé passer, au Conseil de Sécurité, la résolution 2234 censée contraindre les parties à la paix.

Pour ce faire, le Conseil de Sécurité réaffirme que les « (…) colonies de peuplement dans le Territoire palestinien occupé depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, n’a aucun fondement en droit et constitue une violation flagrante du droit international » et « Souligne qu’il ne reconnaîtra aucune modification aux frontières du 4 juin 1967, y compris en ce qui concerne Jérusalem, autres que celles convenues par les parties par la voie de négociations ».

Sauf à être naïf et imaginer que l’Autorité palestinienne concédera, fort de ce soutien, le moindre grain de sable du « territoire palestinien », les frontières internationales de l’Etat d’Israël sont dorénavant connues ! 

Et cela sans que ce pays n’ait voix au chapitre !

Une autre curiosité de cette ‘’paix’’, qui ressemble à un diktat, est que le pays à naître sera, auparavant, nettoyé de la présence de tout Juif. Tel qu’Hitler l’avait rêvé pour l’Europe ! Y compris la Jérusalem biblique, la vielle ville, cité construite par le Roi David et y hébergeant le premier lieu saint du Judaïsme.

Ceux qui suggèrent encore que des négociations futures ont un quelconque intérêt omettront d’évoquer l’exigence musulmane intangible d’un droit de retour, au sein même du seul état juif, non pas des « réfugiés » de 1948 qui se comptent dorénavant en quelques milliers mais de leurs descendances qui se dénombrent en millions.

C’est d’ailleurs, avec bon sens, le seul point que les ‘’palestiniens’’ accepteront de soulever lors d’éventuelles négociations étant donné qu’il est le dernier qu’ils n’ont pas encore obtenu de l’Onu !

vendredi 23 décembre 2016

Les excuses hystériques des journalistes « d’Enquête exclusive »

Suite aux contestations multiples s’élevant contre la teneur du reportage « Enquête exclusive : Jérusalem, quand la ville sainte se déchire », Bernard De La Villardière et Vincent Prado ont réagi de la manière qui sied aux journaleux qui n’ont jamais tort !

Pour De La Villardière, s’adressant dans une lettre ouverte au président du Crif : « vous avez fait état des nombreuses pressions dont vous étiez l’objet depuis dimanche soir. Vous donnez des gages. Je ne vous en veux pas », ou encore « J’aurais aimé en ce qui vous concerne que vous ne cédiez pas aux braillards et aux hystériques de la mémoire ».

Pour Vincent Prado, « Le reportage ne peut pas être accusé de partialité. Il est équilibré », « Les critiques sont surtout le fait de juifs extrémistes qui estiment que le reportage est pro-palestinien » !

Si l’on comprend bien les deux responsables de ce reportage, les critiques ne sont aucunement justifiées, elles émanent de la part ‘’d’extrémistes’’ qui, justement, sont l’objet de l’émission !

Classique !

Le seul hic à cette pitoyable défense est le manque de justification en ce qui concerne la falsification de l’histoire, les mensonges colportés ou encore les raccourcis nombreux qui mènent tous à une compréhension biaisée du conflit. 

Toutes choses qui confirment l’incompétence et l’ignorance de ces deux individus, se croyant journalistes attachés à la déontologie de la profession, et qui mettent hors de soi les plus paisibles des juifs, porteurs de mémoire et très loin de toute hystérie.

Charles Enderlin est passé par là !
  
Un seul exemple suffira à le démontrer !

Il est dit, dans ce reportage, qu’en 1947  « La Jordanie, elle, cède un bout de son territoire, la Cisjordanie, cela doit devenir le futur état palestinien. Mais en 1967 Israël entre en guerre contre ses voisins et annexe la Cisjordanie. C'est le début de l'occupation des territoires palestiniens ».

Quatre mensonges en trente neuf mots ! Digne de leur mentor Charles Enderlin.

« cède » : Ce pays n’a jamais, lorsqu’elle le pouvait entre 1948 et 1967, octroyé un quelconque territoire pour la création d’un quelconque pays. 

Pas même l’Egypte occupant la bande de Gaza.

« Israël entre en guerre » : Ce pays n’a jamais déclaré de guerre hors en situation de légitime défense. En 1967 l’Etat d’Israël s’est vu menacé par un blocus naval égyptien et par les armées des quatre pays frontaliers soutenus par l’Ouma.

« annexe » : A l’heure où sont écrites ces lignes, les autorités israéliennes n’ont toujours pas annexé ce territoire. Elles se contentent de le gérer tels les accords d’Oslo le préconisent.

« territoires palestiniens » : Chacun aura beau faire, mais nul n’a pu à ce jour démontrer la propriété ‘’palestinienne’’ de ces territoires, ni légalement ni historiquement. Des territoires qui ont comme seuls noms Judée et Samarie. « Cisjordanie » ou « rive ouest » étant les noms donnés suite à une occupation illégale de cette région.

Des assertions, de fait, dignes de la Pravda soviétique !

mardi 20 décembre 2016

L’incompétent et l'ignare Bernard de la Villardière, journaleux chez M6

Durant ces deux dernières décennies, la chaîne M6 a peu été associée à la désinformation concernant le conflit israélo-arabe. Par son « Enquête exclusive : Jérusalem, quand la ville sainte se déchire », elle vient de rejoindre de plein pied ceux qui témoignent, par la falsification de faits tangibles, de la véracité du narratif mensonger ‘’palestinien’’.

Dès l’introduction, Bernard de la Villardière installe le décor de ses viles accusations : « L'esplanade de mosquées appelé Mont du Temple par les Juifs ». 

Par cette présentation, le téléspectateur lambda comprendra, immanquablement, que les Juifs tentent de s’approprier un lieu saint musulman !


Un journaliste digne de ce nom se serait contenté d’une simple présentation : ‘’Le Mont du Temple qui a vu deux temples du Judaïsme détruits et sur lequel les mosquées actuelles ont été construites il y a plusieurs siècles’’.

Cette réalité, il est vrai, aurait dévoilé le détournement par l’Islam du premier lieu saint du Judaïsme, chose dangereuse, pour qui ose, dans l’hexagone !

A 9’ 47 de cette enquête, pas si exclusive en son genre, une autre ‘’vérité’’ est assénée :

« En 1947, pour apaiser les tensions, les Nations Unies ont séparé la région en deux, Israël voit alors le jour. La Jordanie, elle, cède un bout de son territoire, la Cisjordanie, cela doit devenir le futur état palestinien. Mais en 1967 Israël entre en guerre contre ses voisins et annexe la Cisjordanie. C'est le début de l'occupation des territoires palestiniens ».

1967 : personne en face des chars israéliens ? (capture d’écran émission M6)

S’il est inutile de s’attarder sur l’oubli des tensions existantes avant la renaissance de l’Etat juif par ce journaleux, il faut s’arrêter sur les falsifications historiques qui s’ensuivent et qui déconsidèrent totalement l’équipe enquêtrice et M6.  

La résolution 181 de l’Onu du 29 novembre 1947 rappelée, parle, quant à elle, d’un territoire dénommé Judée et Samarie devant servir à délimiter le futur pays arabe à naître au côté de l’état juif. 

Chacun se demandera donc comment la Jordanie a pu attribuer généreusement un territoire qu’elle ne détenait pas encore mais seulement en mai 1948 suite à son agression déclenchée afin d’éradiquer l’état juif renaissant ?

Tout quidam doté intellectuellement s’interrogera, ensuite, sur les raisons qui ont empêché ce ‘’pays altruiste’’, de 1948 à 1967, de permettre la naissance de ‘’l’état palestinien’’ en Judée et Samarie débaptisé, depuis et pour leur immonde cause, « Cisjordanie » ?

Les pompons de ce petit extrait cité étant, bien sûr, l’oubli des causes de « l’agression israélienne contre ses voisins » de juin 1967, tels l’exigence du retrait des forces onusiennes du Sinaï par l’Egypte ou les bombardements syriens du nord de la Galilée cette même année, et « l’annexion de la Cisjordanie » ... qui n’a toujours pas été décidée par les autorités israéliennes jusqu’à ce jour !

Lire les accords d’Oslo, validés par l’Autorité palestinienne et la communauté internationale, est certainement rébarbatif pour ces journalistes de pacotilles !

A la 49’ minute, Bernard de la Villardière, qui n’a décidément pas conscience de son incompétence, assure qu’en « 70 ans les territoires palestiniens ont fondu comme neige au soleil ». Allégation faite au milieu d’explications sur la « colonisation » israélienne devant diriger la réflexion.

En vert ce qui reste du pays imaginaire la « Palestine » (capture d’écran émission M6)

Chacun faisant la soustraction 1967 ôté de 2016 trouvera, évidemment, comme réponse….70 ans ! 

Mais poursuivant sa petite vérification, le quidam curieux recherchera aussi une quelconque preuve de la propriété ‘’palestinienne’’ de ces territoires ‘’fondant au soleil’’, qu’elle soit légale ou historique ! 

Il n’en trouvera pas !

jeudi 8 décembre 2016

Conférence de paix ou cérémonie mortuaire ?

La France, encore présidée pour quelques temps par François Hollande, prévoit d'organiser une ‘’conférence internationale pour la paix au Proche-Orient’’ avant Noël. De quelle paix s’agit-il ? De celle qui est à longueur de temps rabâchée sur les ondes, dans les instances internationales et par des politiques et ‘’intellectuels’’ ânonnant un droit international impossible à présenter à qui le souhaite !

Une paix qui serait imposée à l’Etat d’Israël qui ferait fi de ses intérêts sécuritaires et de ses droits légaux et historiques.

La France compte, pour cette conférence de la ‘’paix’’, sur la présence de la Russie, des grands pays arabes, de l'Union européenne et de la Chine. Tous garants, évidemment, de la paix signée et impartiaux envers les parties.

Aucun comique digne de ce nom n’aurait tenu une telle blague !

Suite à la deuxième guerre du Liban de 2006, tout ce joli monde, entre autre, a imposé à l’état juif agressé par le Hezbollah la résolution 1701 devant conduire à une situation pacifiée pour l’avenir.

« Un des principaux objectifs de cette extension est « qu'il n'y ait plus d'armes déployées sans le consentement du gouvernement du Liban » et « pas d'autre autorité que celle du gouvernement libanais » » au sud du Liban.

« Dans la perspective d'un règlement politique de la crise à plus long terme, le Conseil de sécurité recommande la mise en place « de mesures de sécurité pour éviter la reprise des hostilités » ».

« Outre le contrôle exclusif de l'armée libanaise et de la FINUL sur la zone entre la Ligne bleue et la rivière Litani, le Conseil de sécurité recommande d’interdire la « vente ou la fourniture d'armes » au Liban, « sauf autorisation de son gouvernement » ».

« Enfin, dernier volet principal de cette résolution, le Conseil procède au renforcement de la FINUL ainsi que souhaité par le Secrétaire général. La FINUL voit ses effectifs portés à un maximum de 15.000 troupes, soit sept fois plus qu'à l'heure actuelle. Elle bénéficie aussi d'un renforcement significatif de son mandat qui est de « surveiller la cessation des hostilités, ainsi que « d’accompagner et de soutenir les forces armées libanaises dans leur déploiement au Sud du Liban » et dans les efforts pour que l'armée libanaise soit la seule force armée au sud du pays ».

Chacun lisant cette prose, validée par les plus grandes puissances de la planète telle la France, devrait se sentir rassuré !

mercredi 7 décembre 2016

Guillaume Weill-Raynal justifie le port de l’étoile jaune

On ne présente plus l’antisioniste Guillaume Weill-Raynal. Il suffit de jeter un coup d’œil à son blog sur Médiapart pour se convaincre de l’hostilité qu’il ressent à l’égard de l’Etat d’Israël

Dans une attaque contre le Crif il s’interroge : « L’étiquetage des produits des colonies : une discrimination anti-israélienne ? ».

Chacun connaît sa réponse !


On voit toujours l’autre selon ses propres yeux !

S’il est donc inutile de décortiquer sa prose haineuse, il n’en est pas moins intéressant de répondre à sa soi-disant ‘’analyse’’ des faits. Analyse devant conduire à la conclusion attendue !

L’un des traits qu’il tente de démonter est la réalité de l’obsession des pro-‘’palestiniens’’ à blâmer l’Etat d’Israël à tout propos tout en oubliant les autres conflits.

« Chacun s’investit dans les causes qu'il choisit, en fonction de sa sensibilité. Va-t-on reprocher à un militant associatif contre la violence routière de négliger l’enfance maltraitée ? Et au militant contre l’enfance maltraitée d’oublier la faim dans le monde ? Et à celui que tourmente la faim dans le monde de ne pas penser au réchauffement climatique ? ».

S’il est effectivement très difficile de s’investir dans toutes les causes de la planète, il est cependant consternant de voir ces mêmes ‘’droits de l’hommisme’’ oublier systématiquement les ‘’Palestiniens’’ lorsqu’ils sont assassinés par leurs ‘’frères’’ syriens, expulsés de leur pays de naissance par leurs ‘’frères’’ koweitiens ou maintenus dans des camps de ‘’réfugiés’’ sous un réel régime d’apartheid authentifié par la loi libanaise.

On pourrait rajouter à cette toute petite liste, non exhaustive, leurs propres dirigeants corrompus du Hamas et de l’Autorité palestinienne jamais dénoncés par tous les Guillaumes de la planète !

Mais pour ces militants aveuglés par leur propre haine, seul est condamnable l’Etat d’Israël faisant face à des ennemis armés, élevés dans la haine du Juif depuis le berceau et rêvant à son éradication.

Par sa prose contre le Crif, Guillaume Weill-Raynal démontre sa complicité.


Ilan Halimi, l'école juive Or-Torah, Hyper-Casher, Musée juif de Belgique… des meurtres imaginaires ?

Un autre fait que cet anti-israélien primaire fait avaler à ses pauvres lecteurs est qu’Israël « tire directement sa légitimité et sa reconnaissance internationale du plan de partage voté par l’ONU en novembre 1947, dont le corollaire irrévocable supposait l’existence aux côtés de l’Etat juif d’un Etat arabe palestinien ».

Ainsi est construit leur ‘’droit international’’ !

dimanche 27 novembre 2016

Election française et antisémitisme

Plus les élections françaises approchent et plus l’odeur putride qui les accompagne dorénavant se fait sentir ! Chaque parti, chaque candidat éventuel ayant la victoire comme objectif suprême, racolent comme ils le peuvent tous les électeurs potentiels. 

La gauche au pouvoir ayant peu de scrupules et surtout plus beaucoup de sympathisants est en quête de tout ce qui peut lui assurer une victoire et la main mise sur le pouvoir.

L’un des moyens lui permettant d’espérer, est de contenter au maximum l’électorat qui a permis l’élection de François Hollande en 2012. Quoi de plus jouissif pour celui-ci que d’entendre chanter l’hymne antisioniste ?

Apparemment le marquage des produits israéliens n’est pas indigne !

La conférence internationale, devant imposer à l’Etat d’Israël un ‘’plan de paix’’, prenant l’eau de toute part, il ne reste à cette gauche en déroute que l’application d’une loi européenne facultative que le IIIe Reich n’aurait pas désavoué.


Chacun recherchera vainement, dans le même journal, l’avis concernant Chypre, le Tibet ou encore le Sahara occidental. Sur des dizaines de territoires en conflit, seul l’Etat d’Israël a droit à un tel égard ! 

Merci pour lui !

Cet avis, dit-il, a pour objet d’informer ‘’loyalement’’ les consommateurs de l’origine des produits. « Aussi, les denrées alimentaires en provenance des territoires occupés par Israël doivent-elles porter un étiquetage reflétant cette origine ». Mais attention, « (…) une mention limitée à « produit originaire du plateau du Golan » ou « produit originaire de Cisjordanie » n'est pas acceptable. (…) il est nécessaire d'ajouter, entre parenthèses, l'expression « colonie israélienne » ou des termes équivalents. Ainsi, des expressions telles que « produit originaire du plateau du Golan (colonie israélienne) » ou « produit originaire de Cisjordanie (colonie israélienne) » peuvent être utilisées ».

Ainsi, un synonyme de ‘’Juif’’ sera inscrit sur la nouvelle étoile à six branches imposée !

Que devra inscrire le Druze du Golan israélien ? L’avis ne le dit pas, mais toute mention précisant que le produit n’est pas réalisé par un Juif sera bonne à prendre !

Que devra inscrire un ‘’palestinien’’ demeurant en Judée, Samarie ou Jérusalem-est ? Il est évident que « Palestine » est de mise. Bien que ce ‘’peuple’’, ni quiconque d’autre, ne peut conter son passé historique sur ces terres, ou ailleurs, ni produire une quelconque légalité internationale confirmant la propriété de ces régions qui portent des noms attribués par le peuple juif depuis des millénaires.

dimanche 13 novembre 2016

Touche pas à mon Trump !

Cyril Hanouna anime une émission quotidienne intitulée « Touche pas à mon poste ». Le jour de l’élection de Donald J. Trump, cet idéologue, bien français dans sa tête, l’a débaptisé en « Trump pas mon poste » avant de ‘’démontrer’’ ce que deviendrait son plateau télévisuel si était appliquée la campagne électorale du nouveau président us.


En fin de programme, l'animateur a demandé « aux personnes mexicaines, aux femmes, aux homosexuels puis aux étrangers, de quitter le plateau ». Ce qui a conduit, immanquablement, à vider totalement la plate-forme, chroniqueurs compris.

Nul, évidemment, n’a jamais entendu le 45é président professer l’expulsion du pays des mexicains et des étrangers possédants la nationalité, ou le retranchement de la société américaine des femmes ou encore des homosexuels.

Seul un cerveau endoctriné à l’idéologie européenne peut en tirer ces conclusions sordides !

Une doctrine qui impose le multiculturalisme, l’abolition des frontières et la fin de l’intégration des nouveaux venus, majoritairement entrée sans autorisations. Ce qui, a contrario, désigne d’un doigt réprobateur ceux qui s’y opposent de façon légale et pacifique.

Si l’animateur avait poussé ‘’l’humour’’ à fond, il aurait dû bousculer cette idéologie européenne dominante en exigeant, de la même façon, le départ du plateau des hétérosexuels forcément « homophobes » ou encore des Français de souches forcément « islamophobes ».

S’il avait eu ce courage, il aurait pu également, une fois le plateau vidé, inviter les sondeurs qui se sont tous trompés en cette élection mais aussi, sans que la liste soit exhaustive, pour le brexit ou lors du référendum de 2005 concernant la constitution européenne.

Il aurait pu y ajouter les ‘’journalistes’’ qui, quasiment tous, répétaient à l’envie ces sondages, ces ‘’intellectuels’’ qui indiquaient la ‘’bonne voie’’ à suivre et les experts qui ‘’analysaient’’ les raisons du ‘’choix de la majorité’’… révélée par tous ces sondages.

Sans oublier les hommes politiques, quasiment de tous bords, incitant à souscrire à cette idéologie dominante !

Il aurait ainsi illustré, sans appel, que la majorité se trouve ailleurs.

Mais l’on ne crache pas dans la main qui vous nourrit ! Quels médias auraient diffusé une telle émission ?

dimanche 25 septembre 2016

Shana tova ou metouka 5777

Urgent ! Recherchons un artiste pour effacer la haine du juif des cœurs des gouvernants et de leurs peuples systématiquement anti-israéliens, un architecte pour construire la paix avec le monde musulman à la dérive, un professeur de maths pour leur apprendre comment additionner l’Etat juif aux résolutions des problèmes de l’humanité plutôt qu’à le soustraire et enfin un câbleur pour rétablir le courant continu entre le ‘’machin’’ et l’Etat d’Israël.


Que cette nouvelle année 5777 soit porteuse d’un renouveau de l’Onu et la fin de cette « farce morale » qu’elle est devenue, et qu’elle soit pour vous une année de santé, bonheur et d’enrichissement intellectuel et pécuniaire.

vendredi 16 septembre 2016

Appel à nuire à l’Etat d’Israël

JCall soutient un appel lancé aux Juifs du monde entier par cinq cents personnalités israéliennes dont les habituels David Grossman et Amos Oz : « Si vous aimez Israël, vous n’avez plus le droit de vous taire ! ». Un cri « afin de développer une action coordonnée pour mettre fin à l’occupation et bâtir un nouvel avenir, dans l’intérêt de l’État d’Israël et des générations futures ».

JCall, association rassemblant « des citoyens juifs européens et des amis d’Israël qui sont à la fois profondément attachés à l’existence et à la sécurité de l’Etat d’Israël » a répondu présent pour ce « nouvel avenir » basé sur les exigences ‘’palestiniennes’’, à savoir la création d’un état judenrein et ayant, évidemment, Jérusalem-est comme capitale.

Le bureau français de La Paix maintenant, quant à lui, par la plume de son Président Alain Rozenkier, soutient l’initiative « Decision at 50: demanding a referendum for the future of Israel ». La demande d’un scrutin, à l’approche du 50e anniversaire de la Guerre des Six Jours, afin que le peuple israélien puisse s’exprimer sur le choix de la voie à suivre.

A savoir :
– soit un état binational de la mer à la rivière
– soit deux états pour deux peuples.

Deux propositions qui se résument au choix de la corde pour le pendu. Chaque quidam honnête intellectuellement sachant, par avance, que l’Ouma n’acceptera rien d’autre que la fin de toute idée d’un état pour le peuple juif.


Une consultation électorale censée éclairer le gouvernement mais dans les faits restreignant d’autres options telle une confédération israélo-arabe -au régime démocratique, étendue à la Judée, à la Samarie, la bande de Gaza et hors Jérusalem- dans laquelle les deux peuples vivraient en bonne intelligence.

Quitte à consulter le peuple israélien, que cela soit fait sur un large échantillon de propositions prenant en compte, notamment, les droits de l’homme israélien de vivre sur tout territoire de la planète et incontestablement dans le berceau historique du Judaïsme.

Possibilité que ces ONG israéliennes et de la diaspora juive n’imagineraient pas tant le narratif mensonger et antisémite musulman les lobotomise. Des ONG si actives dans ‘’l’intérêt’’ d’Israël mais n’exigeant jamais la preuve formelle du désir ‘’palestinien’’ de vivre en paix aux côtés du foyer du peuple juif.

Des ONG voulant le ‘’bien’’ d’Israël trop souvent contre la volonté de la majorité des Israéliens eux-mêmes. C’est ainsi que la pression internationale qu’elles appellent sans cesse sur ce pays force celui-ci à un refus de compromissions nuisibles pour son avenir, le faisant passer en conséquence pour un pays ‘’criminel’’.

Des ONG si ingrates cependant dans la défense d’autres pays !

dimanche 11 septembre 2016

Après la Shoa, l’épuration des Juifs toujours aussi nécessaire à la ‘’Paix’’ !

Dans une vidéo récemment publiée, le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahou a dénoncé l’exigence de l’Autorité palestinienne et du monde musulman d’une « Palestine » nettoyée de la présence de tout juif. Un état tel que l’aurait souhaité Hitler pour l’Europe, voire plus. Une exigence jamais dénoncée par les puissances occidentales pourtant tant soucieuses des droits de l’homme.

Homme non juif semble t-il !


Suite à ce clip vidéo, l’Afp, jamais en manque de titres racoleurs et anti-israéliens a titré : « Israël : Netanyahu critiqué après avoir parlé de "nettoyage ethnique" ». D’aucuns pourraient croire, à la lecture de ce titre, que l’épuration des arabes de l’Etat juif est proposée, voire en cours ! Cependant, il s’agit d’une exigence ‘’palestinienne’’ jamais abordée dans les colonnes des médias reprenant en chœur cette désinformation permanente.

Une revendication basée sur « l’illégalité des colonies » démontrée, dit-on dans les chancelleries, par le droit international. Lequel ? Nul ne peut le citer. Un diktat qui justifierait, à posteriori, le nettoyage ethnique opéré en 1948 par la (Trans) Jordanie à l’encontre des juifs qui y vécurent depuis des millénaires.

Il a donc suffit que cela soit dénoncé publiquement pour voir accourir la réaction affolée de l’administration US qui a qualifié cette intervention ‘’d'inutile et d'inappropriée’’. « Nous sommes évidement en désaccord avec le fait de qualifier ceux qui s'opposent à la construction de colonies ou les considèrent comme un obstacle à la paix, comme des partisans du nettoyage ethnique des juifs de la Cisjordanie »

Et c’est pourtant le B-A BA de la ‘’Paix’’ imposée de plus en plus à l’Etat juif ! Les villes et villages juifs en Judée, en Samarie mais aussi les quartiers de Jérusalem-est devront être démantelés au nom de cette ‘’paix’’ qui ressemble de plus en plus à une condamnation à mort de l’état juif.

Une ‘’paix’’ qui verrait le juif interdit de tout séjour dans le berceau du Judaïsme, y compris dans sa Capitale historique.

Une ‘’paix’’ qui verrait le juif soumis à l’autorisation de prier sur ses lieux saints.

Une ‘’paix’’ qui installera l’idée que l’épuration de Juifs est permise !

Mais une ‘’paix’’ qui verrait les ‘’faiseurs de paix’’ se congratuler, se partager des prix et le monde musulman obtenir sa revanche !

Il ne restera plus ensuite, à ces derniers, qu’à décider, entre eux, du nombre de « réfugiés » en droit de ‘’retourner chez eux’’, en Israël, état, évidemment, non reconnu comme état du peuple juif et ayant, bien sûr, Tel-Aviv comme Capitale !

Combien d’Israéliens, y compris de gauche, seraient enthousiasmes à l’idée de cette ‘’paix’’ favorisant aussi bien un ‘’peuple’’ encore inconnu en 1967 et n’ayant jamais eu aucun territoire à lui ?

Pas grand nombre !

jeudi 1 septembre 2016

Le ‘’Droit international’’ et l’Etat d’Israël

L’envoyé spécial de l'ONU au Proche-Orient, Nickolay Mladenov a déclaré récemment devant le Conseil de Sécurité : « Soyons clairs, aucune acrobatie juridique ne peut changer le fait que ces postes avancés -- qu'ils soient légalisés selon la loi israélienne ou non (...) -- demeurent illégaux au regard des lois internationales ».

Quelles lois ? Nul ne le saura !

Si l’on s’en tient à cette vérité dominante, à ce discours ambiant, l’Etat d’Israël « occupe » et « colonise » depuis 1967 un territoire qui ne serait pas le sien. Ce qui stupéfiera tout historien sérieux connaissant le passé juif sur celui-ci depuis plusieurs millénaires et jusqu’à l’année 1948, date du nettoyage ethnique entrepris envers ce peuple par la Jordanie. Expulsion qui ne dura que dix-neuf années.

Si historiquement nul ne peut contester ce lien charnel, beaucoup cependant affirment que le Droit international certifie cette « occupation ».

Qu’en est-il exactement ?


La première des lois concernant l’établissement d’un foyer juif national est le Traité de San-Remo adopté par la S.D.N. le 24 avril 1920. Rien dans celui-ci ne limitant son étendue, l'établissement du foyer national pour le peuple Juif est donc bien inclus sur la totalité de la Palestine du mandat, celle-ci s’étendant de la Mer méditerranée à l’Irak et de la Syrie à l’Arabie Saoudite.

Sauf que les intérêts pétroliers de la Grande-Bretagne n’étant plus totalement en phase en 1922 avec ce projet, cette puissance viola sans pudeur cette loi internationale en offrant unilatéralement près de quatre-vingt pourcent de cette région à la tribu d’un des fils de l’Emir de la Mecque, les Arabes locaux n’ayant, semble t-il, aucun droit.

Chacun pourrait donc penser que les vingt pourcent restant seraient attribué au foyer du peuple juif ! C’était sans compter sur le refus absolu du monde arabe qui contraignit la Grande-Bretagne à affirmer, en 1939, que « Le gouvernement de Sa Majesté déclare aujourd’hui sans équivoque qu’il n’est nullement dans ses intentions de transformer la Palestine en un État juif ».

Ainsi est effacé le Traité de San-Remo !

Décision rendue malgré le refus quasi-planétaire énoncé à la Conférence d’Evian de 1938 de trouver une solution aux réfugiés juifs fuyant l’Allemagne et l’Autriche devenus le Grand Reich.

Ce qui a autorisé ensuite les uns à génocider six millions de Juifs sous le silence complice des autres !

Face à ce massacre sans nom, les puissances ne purent faire autrement que de faire voter le 29 novembre 1947 par l’Assemblée générale de l’Onu la création d’un état juif. Cependant, sur une partie restreinte de la rive ouest de la Palestine du mandat. 

Le monde arabe jamais en retard, lui aussi, d’une violation du Droit international décida d’en finir le 15 mai 1948 avec ce dessein en jetant les Juifs à la mer. Ce qui lui valut une sacrée défaite ainsi que l’absorption de centaines de milliers de réfugiés arabes.

D’où la résolution 194 de l’Assemblée générale de l’Onu réclamant, dans son article onze, ‘’le retour des réfugiés dans leurs foyers, et une indemnisation compensant les biens pour ceux décidés à ne pas rentrer’’. Interprétant la loi à leur sauce, d’aucuns exigent aujourd’hui le retour de leurs descendances. Soit plusieurs millions de ‘’Palestiniens’’ gorgés d’antisémitisme.

jeudi 18 août 2016

Israël est « plus proche que jamais de sa fin »

Le Hezbollah est un groupe composé de véritables tarés d’Allah. Ses seuls ‘’chefs-d’œuvre’’, que nul ne compte plus, sont gorgés du sang des mécréants et/ou des infidèles à l’Islam chiite, elle aussi religion de ‘’Paix, d’Amour et de Tolérance’’ selon l’adage en cours dans le politiquement correct.

Cette ligue pour Allah apprécie particulièrement le sang du Juif. D’autant plus lorsqu’il est de nationalité israélienne.

Dans une interview télévisée sur Mayadeen TV le 8 août dernier, le chef du conseil exécutif du Hezbollah, Hachem Safieddine, a déclaré qu’ « Israël est plus proche que jamais de sa fin ».

« Quelle sera la bataille militaire qui rasera Israël » s’interroge t-il ? « La guerre est une combinaison de facteurs : le moral, la volonté de combattre, la persévérance et la supériorité effective sur le terrain. Lorsqu’Israël perd ces facteurs, il est vaincu ».

Allégation effaçant le souvenir de l’année 1948 et de la raclée militaire subie par cinq armées arabes, toutes désireuses de raser Israël à l’aube de sa renaissance. Une volée donnée par une poignée d’hommes et de femmes juifs sans beaucoup de moyens militaires mais placés le dos au mur. 

Imaginer, après cet acte héroïque, ce miracle, que les Israéliens d’aujourd’hui, par lassitude ou démoralisation, redeviendraient dans le futur des dhimmis ou des apatrides est un ‘’rêve’’ qui les tiendra, encore très longtemps, éveillés !

Il y a des propagandes qui font sourire ! Mais là n’est pas le plus important de la réflexion !


Le substantiel de l’interview est de réfléchir à ce qu’apportera à la région et à l’humanité la destruction, tant souhaitée, de cet état ?

Les ‘’Palestiniens’’ auront finalement ‘’récupérer leur pays volé’’, et le monde serait définitivement débarrassé de ce conflit. La ‘’Palestine’’ s’installera aux manettes de l’ex-Israël et tentera de le faire fonctionner aussi bien. Sauf que la main-d’œuvre qualifiée risque de manquer à l’appel, l’Israélien préférant être apatride que soumis à l’humeur de la dictature naissante. Les ‘’Palestiniens’’ se retrouveront donc avec un pays retournant, lentement mais surement, à l’état primitif dans lequel les pionniers juifs l’ont trouvé il y a plus d’un siècle.

Une contrée rejoignant, au final, les niveaux économiques, intellectuels et culturels des pays frères. Piètre victoire !

La sécurité du peuple juif, quant à elle, serait soumise aux bons vouloirs des puissants de la planète. Le passé ne plaidant pas en faveur des démocraties, souvent oublieuses des droits de l’homme lorsque leurs intérêts sont menacés, des drames, fatalement, seront à inscrire à leurs actifs.

Au niveau de l’humanité, la perte serait une autre tragédie car la liste des domaines où les Israéliens excellent est longue.

- L’expertise israélienne dans l’agriculture mise, notamment, au service de pays africains affamés serait réduite à rien.
- La médecine universelle se trouverait handicapée d’un apport reconnu par les plus grandes sommités et instances médicales.
- L’informatique régresserait par la disparition de la Silicon Valley juive.
- Les technologies robotique, spatiale ou encore de dessalement de l’eau de mer se trouverait dépouillées d’une très florissante contribution.

Sans oublier l’enrichissement culturel et la défense constante des valeurs universelles, telle la démocratie -l’égalité hommes-femmes, hétéros-homos, religieux-athée, juif-musulman-chrétien- ou la Paix entre les peuples de bonnes volontés.

dimanche 7 août 2016

Rions de Mahmoud Abbas

Sous ses traits austères, le Président (à vie) de l’Autorité palestinienne (AP) est un sacré comique. Ne sachant pas par quel bout obtenir l’éradication du seul état juif de la planète, il a demandé « au Secrétariat Général de la Ligue arabe de nous aider à préparer un dossier juridique pour intenter une procédure contre le gouvernement britannique, pour avoir émis la Déclaration Balfour et l’avoir mise en œuvre, en qualité d’autorité mandataire ».

Car « cette déclaration maudite (…) a été donnée par ceux qui ne possédaient pas [la Palestine] à ceux qui ne la méritaient pas », c'est-à-dire au peuple juif. 


Porter plainte contre cette lettre d’intention de 1917, c’est s’en prendre également à la décision de la SDN qui a avalisé le 25 avril 1920, lors de la Conférence de San-Remo, la décision de créer ce foyer juif sur la Palestine du mandat qui s’étalait, alors, de la Mer Méditerranée à l’Irak.

Mais là n’est pas le plus risible !

La seule juridiction compétente pour instruire ce procès serait, en conséquence, la Cour Internationale de Justice, (CIJ).

A elle s’offrirait trois jugements éventuels :

Le premier serait d’aboutir à un verdict conforme aux espérances ‘’palestiniennes’’. L’Etat d’Israël serait aussitôt effacé de la carte et le territoire serait, définitivement, remis aux véritables propriétaires. 

Il ne restera plus qu’à les trouver !

Exit, pour la recherche, tous les colonisateurs s’étant abusivement approprié cette région. La Grande Bretagne en sera exclue mais aussi la Turquie, les Arabes, l’Italie, la Grèce ou encore l’Iran.

Les seuls à pouvoir prétendre à une pleine propriété pour y avoir créé leur état, leurs administrations, leur monnaie, leur drapeau ou encore leur culture ne sont pas les ‘’palestiniens’’, dont nul n’a, à ce jour, retrouvé un quelconque passé dans les millénaires précédents, mais le peuple juif qui y vécut plus d’un millier d’années avant qu’il ne soit déporté à travers la planète par les colonisateurs successifs.

Une vie si riche dont on trouve encore trace à ce jour sur ce territoire et un peuple qui, même minoritaire, y a toujours vécu au fil des siècles et des différentes occupations. Un verdict, en somme, qui contraindrait dans les faits à reconnaître toute la légitimité de l’actuel Etat d’Israël, état du peuple juif.

Chacun imaginera alors la bouffonnerie de cette situation !

jeudi 28 juillet 2016

Charles Enderlin, l’islamogauchiste

L’ancien envoyé permanent de France 2 à Jérusalem tweet beaucoup. Son dernier message confirme le dégoût qu’inspirent ses préférences politiques. Dans son dernier post, son islamogauchisme déborde tant qu’il en vient à comparer l’Islam radicalisé à la « politique israélienne ».

Une politique qui, de tous temps, réagit lentement et après mûre réflexion, et qui n’a rien à voir, ni de près ni de loin, avec les terroristes musulmans qui assassinent hommes, femmes, enfants et vieillards pour convertir la planète à l’Islam et/ou rejoindre, au plus vite, le ‘’paradis d’Allah’’.

Mais là n’est pas le plus risible !


Charles Enderlin est choqué par l’exigence imposée à la communauté musulmane de « choisir son camp » !!! 

Le camp du bien ou du mal ? De la vie ou de la mort ? Ce choix est-il offert ?

La communauté musulmane ne doit-elle pas favoriser le bien et la vie en rejoignant, d’elle-même, les forces de la nation afin de contrer et maitriser au mieux les fanatiques qu’inspire sa religion ? Les millions de musulmans n’ont-ils pas l’obligation morale de soutenir leurs concitoyens en dénonçant et en excluant les extrémistes de leur bord et en manifestant leurs mépris et leurs révoltes à leur égard ?

La simple logique l’impose !

Si non, le contraire pousserait à l’amalgame, à l’idée d’un soutien voire d’une connivence et, en conséquence, aux réactions hostiles prévisibles de la part des Français de souche mais aussi de la part de tout occidental à l’encontre de tout musulman, qu’il soit ‘’au gouvernement, dans l’opposition, médecin, enseignant, travailleur social, infirmier, etc.… ‘’, athée ou croyant.

La méfiance, alors, deviendra la règle, la vie paisible un vieux souvenir !

lundi 25 juillet 2016

Les pro-‘’palestiniens’’ s’affolent

Les attentats terroristes se succédant à une fréquence de plus en plus proche, plusieurs gouvernements occidentaux se tournent dorénavant vers l’Etat d’Israël, confronté au terrorisme ‘’palestinien’’ depuis de nombreuses décennies, afin de prévenir, au mieux, toutes atteintes aux personnes et aux biens de leurs territoires.

Ce qui déplaît très fortement aux pro-‘’palestiniens’’ voyant en cela un rapprochement nuisant à leurs narratifs mensongers et donc à leurs intérêts.


Ainsi, l’Association France Palestine Solidarité (AFPS), s’est élevée, dans une tribune diffusée sur Ouma.com, contre l’insulte faite « aux victimes et à leurs familles qui méritent autre chose que ce genre de business sur leur dos ».

Un ‘’business’’ affirmant que l’Etat d’Israël a « les mêmes ennemis » que les Occidentaux ! Une approche énoncée par de plus en plus de politiques, d’intellectuels et de médias qui, par la bande, mettent fin à l’image de « résistants » des ‘’palestiniens’’. 

Une comparaison avec l’ignominie qui, évidemment, dessert leur combat.

« Non, nous ne sommes pas confrontés à la même situation : ce n’est pas à l’organisation de l’"Etat Islamique" que l’Etat d’Israël est confronté, mais à un peuple, le peuple palestinien, dont il continue à confisquer la terre, qu’il occupe, colonise, assiège, et plonge dans la misère et la révolte »

Récit systématique d’un narratif fictif qui, petit à petit, lasse les bonnes volontés faute d’avoir démontré un jour la réalité du passé de ce ‘’peuple’’, l’existence d’un quelconque pays sur ces territoires et donc son appropriation, ou même l’occupation israélienne des contrées dénommées, depuis les temps bibliques, Judée et Samarie

Une région toujours habitée par les Juifs sauf lors des différents nettoyages ethniques entrepris à leur encontre par les occupants, la Jordanie parachevant cette triste liste.

Un endoctrinement qui, au fil du terrorisme musulman, s’évaporera de plus en plus face à la juxtaposition des images sanglantes incrustées profondément dans la mémoire collective. Le sang des Israéliens giclant dans les bus, les magasins ou les cafétérias étant le même que celui coulant dans un club gays d’Orlando, un théâtre parisien ou un spectacle de rue niçois. Les peines des familles et le traumatisme des survivants, souvent blessés gravement, aidant à cette comparaison transfrontalière.

L’image d’un ‘’terrorisme de pauvres’’ a fait long feu !

lundi 18 juillet 2016

Avis de tempête pour les musulmans de l’Occident

Tous les musulmans ne sont pas des terroristes, mais tous les terroristes sont musulmans car se réclamant très fort de l’Islam et du Coran. Ne pas faire d’amalgames entre le croyant et le fanatique, pour un observateur non musulman, devient en conséquence de plus en plus difficile si ce n’est impossible.

Pour l’empêcher, aux paisibles adeptes de l’Islam vivant en Occident de convaincre dorénavant tous leurs concitoyens de leur abjection totale envers cette violence et de leurs réels désirs de vivre ensemble. 

Ce qui n’est actuellement pas le cas, la communauté musulmane se terrant et leurs autorités se suffisant d’une opposition à toute confusion. Une attitude qui ne contente guère, voire soulève des suspicions de complicité à l’égard de cette société religieuse vivant en cloisons fermées et selon ses seuls us et coutumes.

- Celle-ci se doit donc de condamner sans appel et bruyamment tout acte barbare. Du simple assassinat au couteau aux meurtres à la chaîne dans un théâtre ou dans un supermarché, quels que soient les personnes visées.

- Il lui faut organiser des manifestations géantes démontrant que la quasi majorité de celle-ci n’accepte pas cette bestialité et que les terroristes n’agissent pas en son nom.

- Ses intellectuels se doivent de pétitionner dans les médias et batailler contre cet Islam désireux de ramener l’humanité à l’âge de pierre.

- Ses Imams doivent instruire leurs coreligionnaires de la désapprobation sans appel de la communauté, exclure les croyants radicalisés puis les dénoncer aux autorités locales et nationales.

- Les mosquées refusant de se plier à ce vivre ensemble devant être fermées.

- Enfin, les autorités musulmanes doivent combattre le politiquement correct, le ‘’pas d’amalgame’’ en cours dans les monde politique, médiatique et intellectuel, interdisant, de fait, toutes réactions saines à l’encontre de cette barbarie musulmane qui s’étend de jour en jour à travers la planète.

Pas d’amalgame !

Les fidèles musulmans se doivent de contraindre tout ce petit monde fétide, chacun à la recherche d’une clientèle, d’agir dans ce sens afin de réduire à rien tout soupçon de complicité à leur égard voire d’allégeance.

C’est seulement ainsi que nul ne pourra plus faire de juxtapositions arbitraires.

jeudi 30 juin 2016

La Mairie de Bondy réhabilite le boycott contre le Juif

L’équipe municipale de la ville de Bondy, située à l’est de Paris et d’idéologie de gauche, a émis, le 23 juin dernier, le vœu de « vérifier (la) traçabilité des produits et des services qu’elle propose à sa population ». « Plus précisément, les marchandises produites dans les colonies israéliennes en Palestine, reconnues par le droit international comme illégales, (et qui) sont proposées sur le marché français comme venant d’Israël ». 

« C’est évidemment faux, la Palestine n’est pas Israël, et les colonies installées en violation des règles internationales par la puissance occupante, n’ont aucun droit de se prévaloir comme étant partie intégrante de l’État israélien ».

Présenté de la sorte, ce vœu émis sur un objet d’intérêt local espère éviter l’accusation de boycott illicite du seul état juif. Ce qui est cependant le cas, l’Etat d’Israël étant, semble-t-il à ce stade, le seul sujet international préoccupant la mairie !

La Maire Sylvine Thomassin sous le portrait du plus grand assassin de Juifs depuis Hitler

Pour accompagner cette décision inique, le vœu donne l’apparence de s’appuyer sur les textes de lois internationales légitimant cette ‘’juste’’ décision. 

Hors que, l’analyse exacte des textes cités disent tout-à-fait autre chose !

- « Considérant que les colonies israéliennes sont illégales selon le droit international et sont assimilées comme un crime de guerre conformément à l’Article 49-6 de la Quatrième Convention de Genève et conformément à l’Article 55 du Règlement de la Haye »

Outre que ces deux textes parlent de l’occupation d’un état constitué, bien malin sera celui qui pourra fournir une loi internationale confirmant que ces territoires appartiennent d’ors et déjà aux ‘’Palestiniens’’, que les frontières de leur pays sont celles de « 1967 », que leur Capitale est Jérusalem-Est et que celui-ci se doit d’être judenrein !

De surcroît, nul ne peut retracer leur ‘’passé si riche’’ sur ces territoires ! Bien que l’Autorité palestinienne ait construit un musée pour cela, il est à ce jour toujours aussi vide.

Seul, donc, l’anti-israélien primaire en déduira juridiquement ‘’l’illégalité’’ des villes et villages israéliens situés en Judée et en Samarie. Termes n’ayant rien à voir avec un quelconque passé ‘’palestinien’’ et ayant servi à établir la résolution 181 de 1947.

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog

- « Considérant les Résolutions 242 (1967) et 338 (1973) du Conseil de Sécurité de l’ONU exigeant qu’Israël se retire entièrement des territoires qu’il occupe »

Seul le parti pris anti-israélien épaule ce vœu ! La résolution 242 affirme seulement un retrait « DE territoires » pour que l’Etat d’Israël puisse, finalement, se construire des frontières « sûres » afin d’empêcher les terroristes ‘’palestiniens’’ de traverser la frontière internationale et de commettre leurs actes barbares contre les civils. 

Quant à la résolution 338, elle exige l’arrêt immédiat de l’agression arabe de 1973 contre l’état juif et renvoie les belligérants à la table de négociation autour de la résolution 242.

Ces deux résolutions confirment, là encore, que les « colonies » ne sont pas illégales puisque pouvant, dans le futur, se retrouver sur un territoire devenu israélien.

- « Considérant la Résolution 465 (1980) du Conseil de Sécurité de l’ONU appelant tous les États à ne fournir à Israël aucune assistance ayant un lien avec les colonies dans les territoires occupés »

Tout fait ventre, quitte même à se prendre pour un état ! L’antisémitisme de cette municipalité se confirme.

- « Considérant que la Cour Internationale de Justice a confirmé en 2004 que les colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés (dont Jérusalem-Est) ont été fondées en violation du droit international »

Autre mensonge ! Cet avis de la Cour de Justice Internationale n’a rien « confirmé » du tout puisque consultatif. Un avis resté lettre morte depuis 2004. De surcroît, le sujet de celui-ci est la clôture de sécurité et non pas les « colonies ».

vendredi 24 juin 2016

Le Parlement Européen ovationne l’antisémitisme

Le Président de l’Autorité palestinienne a prononcé le 23 juin un discours devant le Parlement européen. Une causerie ayant comme seul objectif de salir, une fois de plus, l’Etat d’Israël aux yeux du monde. Un exposé qui rappelle le ‘’ bon vieux temps’’ où le Juif était accusé de tous les maux.

Une parlotte qui démontre, par l’analyse, que « plus jamais ça » est encore au stade du rêve !

Ce Président à vie, tenant d’une dictature où le meurtre du Juif est encouragé et le mensonge est roi, a affirmé aux députés européens que « La Palestine et le peuple palestinien subissent un meurtre de masse à une échelle sans précédent (...) au nez et à la barbe de la communauté internationale ».

Chacun aura beau cherché, le quidam aura bien du mal à comprendre qu’un ‘’peuple’’ subissant depuis 1967, soit quarante-neuf années, tantôt un ‘’massacre’’, parfois un ‘’génocide’’ de la part de l’armée israélienne se soit autant multiplié depuis !

Chacun connaissant les capacités militaires israéliennes ne pourra en déduire que la hauteur de cette calomnie.

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog

Ne se contentant pas d’insulter l’intelligence, il assura, de surcroît, que des hommes politiques israéliens très haut placés ont dénoncé, et donc confirmé le ‘’fascisme’’ montant dans leur société.

L’un d’entre eux, l’ancien ministre de la défense Moshé Yaalon, a aussitôt indiqué que « Non seulement Abu Mazen ment de façon éhontée comme à l’accoutumée, et continue sa diffamation sanglante contre l’Etat d’Israël, mais il profite également du réel, sain, et démocratique débat qui existe dans la société israélienne (et qui n’existe pas dans la sienne), et met des mots que je n’ai pas prononcés dans ma bouche ».

mercredi 22 juin 2016

Le ‘’plan de paix’’ d’Itshak Herzog

Le chef du parti Travailliste israélien, mais également celui du « camp sioniste », a, quelque temps avant les élections législatives de mars 2015, négocié et signé la ‘’Paix’’ avec le Président à vie Mahmoud Abbas ! 

Un protocole d’accord qu’il n’a pas promu pendant la campagne mais qu’il comptait bien mettre en application une fois élu au poste de Premier Ministre, tel que le prévoyaient, alors, les sondages.

Une entente que le peuple a ignorée jusqu’à maintenant ! A quoi bon l’informer !

Itshak Herzog à la Mukata de Ramallah. Où est le drapeau israélien ?

Ce pacte prévoyait, entre autres surprises, un retrait de 96% de la Judée et de la Samarie, les 4% restant étant compensés par du territoire israélien. Première conséquence de cette décision, une évacuation de dizaines de milliers de « colons » qui officialise indirectement une « Palestine » Judenrein. Un état qui, cependant, dit vouloir vivre en paix avec son voisin, le peuple juif !

Hitler l’a rêvé pour l’Europe, Herzog le réalise sur un territoire qui est le berceau du Judaïsme.

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog

Autre joyeuseté, le retrait israélien de tous les quartiers arabes de Jérusalem-est qui deviendra capitale de la « Palestine ». Ce dont se moque éperdument Mahmoud Abbas. L’important, à ses yeux, est la main mise sur la vieille ville et le Mont du Temple. Ainsi, le Kotel sera administré par les Israéliens et « l’Esplanade des mosquées » par les ‘’Palestiniens’’. Le reste devant être mis sous surveillance internationale et donc hors de portée de fouilles archéologiques et du désir des croyants juifs de prier sur le parvis de leur premier lieu saint.

Ainsi, ce lieu, mais aussi la tombe de Rachel à Bethlehem, de Yossef à Shrem ou encore le Caveau des Patriarches à Hébron seront, tous, entre les mains étrangères. Nul, évidemment, n’imaginera qu’un jour un Juif aura quelque problème frontalier à s’y rendre !

La ‘’Paix’’ en est garante ! D’ailleurs la lutte contre le terrorisme sera exécutée par une coordination israélo-palestino-jordanienne, le Président à vie ‘’palestinien’’ acceptant qu’Israël laisse, dans la vallée du Jourdain, une présence symbolique de deux compagnies de blindés.

Le Hamas, le Djihad islamique, le FPLP ou encore le Hezbollah et l’Iran en rient encore !

Dernier cadeau de l’homme qui dirige cette gauche qui fabrique des idiots utiles aux ennemis, un dédommagement sera versé aux « réfugiés » dont seule une « petite partie » pourrait entrer en territoire israélien selon un chiffre convenu entre les deux parties.

Reconnaître un « droit de retour » c’est avaliser la réalité d’un narratif mensonger assurant la ‘’faute’’ de la renaissance d’Israël. C’est admettre qu’il existait un pays et un peuple qui en a été chassé, alors que nul ne peut conter leur passé avant 1967. 

Pas même l’Autorité Palestinienne qui a construit un musée pour cela, de plusieurs millions de dollars, et qui est toujours aussi vide.