vendredi 24 juin 2016

Le Parlement Européen ovationne l’antisémitisme

Le Président de l’Autorité palestinienne a prononcé le 23 juin un discours devant le Parlement européen. Une causerie ayant comme seul objectif de salir, une fois de plus, l’Etat d’Israël aux yeux du monde. Un exposé qui rappelle le ‘’ bon vieux temps’’ où le Juif était accusé de tous les maux.

Une parlotte qui démontre, par l’analyse, que « plus jamais ça » est encore au stade du rêve !

Ce Président à vie, tenant d’une dictature où le meurtre du Juif est encouragé et le mensonge est roi, a affirmé aux députés européens que « La Palestine et le peuple palestinien subissent un meurtre de masse à une échelle sans précédent (...) au nez et à la barbe de la communauté internationale ».

Chacun aura beau cherché, le quidam aura bien du mal à comprendre qu’un ‘’peuple’’ subissant depuis 1967, soit quarante-neuf années, tantôt un ‘’massacre’’, parfois un ‘’génocide’’ de la part de l’armée israélienne se soit autant multiplié depuis !

Chacun connaissant les capacités militaires israéliennes ne pourra en déduire que la hauteur de cette calomnie.

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog

Ne se contentant pas d’insulter l’intelligence, il assura, de surcroît, que des hommes politiques israéliens très haut placés ont dénoncé, et donc confirmé le ‘’fascisme’’ montant dans leur société.

L’un d’entre eux, l’ancien ministre de la défense Moshé Yaalon, a aussitôt indiqué que « Non seulement Abu Mazen ment de façon éhontée comme à l’accoutumée, et continue sa diffamation sanglante contre l’Etat d’Israël, mais il profite également du réel, sain, et démocratique débat qui existe dans la société israélienne (et qui n’existe pas dans la sienne), et met des mots que je n’ai pas prononcés dans ma bouche ».

mercredi 22 juin 2016

Le ‘’plan de paix’’ d’Itshak Herzog

Le chef du parti Travailliste israélien, mais également celui du « camp sioniste », a, quelque temps avant les élections législatives de mars 2015, négocié et signé la ‘’Paix’’ avec le Président à vie Mahmoud Abbas ! 

Un protocole d’accord qu’il n’a pas promu pendant la campagne mais qu’il comptait bien mettre en application une fois élu au poste de Premier Ministre, tel que le prévoyaient, alors, les sondages.

Une entente que le peuple a ignorée jusqu’à maintenant ! A quoi bon l’informer !

Itshak Herzog à la Mukata de Ramallah. Où est le drapeau israélien ?

Ce pacte prévoyait, entre autres surprises, un retrait de 96% de la Judée et de la Samarie, les 4% restant étant compensés par du territoire israélien. Première conséquence de cette décision, une évacuation de dizaines de milliers de « colons » qui officialise indirectement une « Palestine » Judenrein. Un état qui, cependant, dit vouloir vivre en paix avec son voisin, le peuple juif !

Hitler l’a rêvé pour l’Europe, Herzog le réalise sur un territoire qui est le berceau du Judaïsme.

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog

Autre joyeuseté, le retrait israélien de tous les quartiers arabes de Jérusalem-est qui deviendra capitale de la « Palestine ». Ce dont se moque éperdument Mahmoud Abbas. L’important, à ses yeux, est la main mise sur la vieille ville et le Mont du Temple. Ainsi, le Kotel sera administré par les Israéliens et « l’Esplanade des mosquées » par les ‘’Palestiniens’’. Le reste devant être mis sous surveillance internationale et donc hors de portée de fouilles archéologiques et du désir des croyants juifs de prier sur le parvis de leur premier lieu saint.

Ainsi, ce lieu, mais aussi la tombe de Rachel à Bethlehem, de Yossef à Shrem ou encore le Caveau des Patriarches à Hébron seront, tous, entre les mains étrangères. Nul, évidemment, n’imaginera qu’un jour un Juif aura quelque problème frontalier à s’y rendre !

La ‘’Paix’’ en est garante ! D’ailleurs la lutte contre le terrorisme sera exécutée par une coordination israélo-palestino-jordanienne, le Président à vie ‘’palestinien’’ acceptant qu’Israël laisse, dans la vallée du Jourdain, une présence symbolique de deux compagnies de blindés.

Le Hamas, le Djihad islamique, le FPLP ou encore le Hezbollah et l’Iran en rient encore !

Dernier cadeau de l’homme qui dirige cette gauche qui fabrique des idiots utiles aux ennemis, un dédommagement sera versé aux « réfugiés » dont seule une « petite partie » pourrait entrer en territoire israélien selon un chiffre convenu entre les deux parties.

Reconnaître un « droit de retour » c’est avaliser la réalité d’un narratif mensonger assurant la ‘’faute’’ de la renaissance d’Israël. C’est admettre qu’il existait un pays et un peuple qui en a été chassé, alors que nul ne peut conter leur passé avant 1967. 

Pas même l’Autorité Palestinienne qui a construit un musée pour cela, de plusieurs millions de dollars, et qui est toujours aussi vide.

jeudi 16 juin 2016

Cette gauche fétide qui fabrique des kapos

Le terme « kapo » a désigné les prisonniers qui étaient chargés de surveiller, pour le compte du IIIème Reich, leurs confrères de fortune dans les camps de concentration nazis. Tâche qui leur permettait d’échapper aux charrettes menant aux chambres à gaz.

Ce qui, alors, n’était pas négligeable.

De nos jours, certains, sans menaces pour leur vie mais dotés d’une vision idéologique répugnante, se chargent d’encadrer, d’observer, de dénoncer volontairement les Juifs Israéliens pour le compte de leurs ennemis ! 

Une doctrine qui voit le Juif coupable de tout et excuse l’autre quel qu’il soit et quoi qu’il fasse !


Suite à l’attentat au centre commercial Sarona de Tel-Aviv, le Maire Ron Huldaï a indiqué que « Nous sommes peut-être le seul pays au monde ou un autre peuple se trouve sous notre occupation. Nous n'avons pas le courage de prendre des mesures pour envisager un accord. Un changement ne peut intervenir que si nous montrons à nos voisins palestiniens que nous avons de véritables intentions de changer la situation actuelle. Ces gens n'ont aucun droit et ne sont pas des citoyens de l'Etat d'Israël. »

Ainsi sont excusés les terroristes ‘’palestiniens’’ ayant encore le sang chaud de leurs victimes sur leurs mains ! Démarche qui légitime le chœur de la planète qui voit dans ces criminels des « combattants de la liberté » si ce n’est des « résistants » et qui cause un dommage énorme à l’Etat d’Israël dans sa légitime défense !

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog

Chacun pourrait, pour le plaisir, rappeler au maire de cette grande ville qu’avant la guerre des six jours il n’y avait nulle occupation, que le jeune état du peuple juif n’avait que le mot PAIX à la bouche et que, cependant, les attentats contre les civils israéliens avaient lieu quasi quotidiennement sur son territoire !

D’autres encore pourraient mentionner l’ancien Premier Ministre Ehud Barak et chef du parti travailliste, dont Ron Huldaï est membre, qui lors des négociations de l’an 2000 à Camp David avait fait une proposition de paix mémorable. Offre refusée par Yasser Arafat qui a préféré lâché ses assassins sur la population civile israélienne et maintenir le statu quo pour cause du refus d’un ‘’droit de retour’’ de millions de « réfugiés » au sein de l’Etat d’Israël.

Peu de gauchistes reconnaîtront ce manque de courage d’alors des dirigeants de l’Autorité palestinienne d’accepter l’idée d’un état pour le peuple juif ? 

Ron Huldaï n’est pas, semble t-il, de ceux là !

En l’an 2008, le Premier Ministre Ehud Olmert, associé au parti travailliste, a offert un accord amélioré proposant 100% d’une Judée et Samarie judenrein et plaçant la veille ville de Jérusalem sous mandat international.

Offre restée jusqu’à ce jour sans réponse !

Est-ce là encore « l’occupation » qui cloue le bec de Mahmoud Abbas ou le refus logique et obstiné israélien d’un suicide collectif par le ‘’droit au retour’’ de centaines de milliers d’étrangers ?

Ron Huldaï penche, c’est clair, pour la première explication !

S’il y a des kapos accusateurs, il y a également des kapos délateurs. Telle l’ong Breaking The Silence qui coure le monde pour raconter les ‘’méfaits’’ de Tsahal basés sur des témoignages qui resteront anonymes pour tous, y compris la Justice israélienne. Les rapports soutirés de ceux-ci, écrits par cette association financée par l’étranger, serviront de base aux innombrables condamnations internationales.

La Paix maintenant comptabilise, quant à elle, les maisons construites par et pour les Juifs désireux de vivre en Judée, en Samarie et Jérusalem-est, ignorant ostensiblement celles construites pour et par des ‘’Palestiniens’’, grand nombre sans permis. Une comptabilité transmise immédiatement à l’international afin de servir les intérêts et la politique des ennemis de l’Etat d’Israël.

D’autres kapos, impatients de contraindre les juifs récalcitrants à se soumettre à l’ordre établi, assistent l’ong Boycott, Désinvestissements, Sanctions. Certains d’entre eux signent des pétitions de soutiens ! Des universitaires ont dernièrement encouragé l’American Anthropological Association (AAA), l’une des plus grandes organisations universitaires du monde, à boycotter l’Etat d’Israël.

D’autres, tel Zeev Sternhell, ont appelé les terroristes à s’en prendre aux seuls « colons » : « si les Palestiniens faisaient preuve de plus de clairvoyance, ils concentreraient leurs actions contre les colonies au lieu de s'en prendre à des femmes et des enfants en territoire israélien ». 

Dixit ‘’l’expert’’ en fascisme qu’il dit être !

Il s'est même prononcé contre le blocus imposé à la bande de Gaza, jugeant cette mesure « immorale et inefficace ».

lundi 13 juin 2016

Lorsque l’Arabie Saoudite se fâche le monde capitule

L’Arabie Saoudite est un poids lourd dans la diplomatie internationale. Non pas grâce aux ‘’valeurs humaines’’ qui sont les siennes, ni par son apport scientifique, culturelle, sportif, informatique ou encore technologique mais par l’or noir qui inonde son sol et les pétrodollars qui s’agglutinent autour de la famille royale.

Cet ‘’apport’’ à l’humanité est très apprécié ! A tel point que ses désirs sont des ordres.

Un rapport annuel de l’ONU, sur le sort des enfants victimes de conflits armés en 2015 dans 14 pays, a accusé la coalition militaire au Yémen menée par l’Arabie Saoudite d’être responsable du bilan de 785 enfants tués et de 1 168 autres blessés. « Un chiffre très largement exagéré », a assuré l’ambassadeur saoudien auprès de l’ONU. « Il a pu y avoir des dommages collatéraux de temps à autre mais c’est ce qui se passe en temps de guerre », avait-il affirmé en exigeant que le rapport soit ‘’rectifié immédiatement’’ et ‘’expurgé de toute accusation’’ contre son pays.



Une exigence satisfaite vingt-quatre heures plus tard. La mention de la coalition est retirée de la liste noire pour « révision » a annoncé le porte-parole de l’ONU. Ce qui a indigné les organisations de défense des droits de l’homme. Une vingtaine d’entre elles ont adressé une lettre ouverte au Secrétaire général Ban Ki-Moon lui demandant de remettre la coalition sur sa liste noire et dénonçant la crédibilité de l’organisation qu’il dirige.

Une telle volte-face sous la pression d’un gouvernement « rend dérisoires les efforts de l’ONU pour protéger les enfants », avait estimé le représentant de Human Rights Watch.

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog

Mais que vaut cette lettre face à la menace de Ryad de couper plusieurs financements aux agences et programmes de l’ONU, d’autant plus que d’autres pays de l’Organisation de la coopération islamique et de la Ligue arabe, parmi les très généreux contributeurs et donateurs de l’ONU, ont été mobilisés à cette même fin ?

Au vu de la rapidité à laquelle a réagi le Secrétaire générale de l’Onu à l’injonction saoudienne, chacun imaginera dorénavant aisément les ‘’logiques’’ des votes effectués dans les instances internationales et/ou nationales. Des décisions devenues compréhensibles au simple quidam depuis qu’il n’ignore plus les pressions, voire le chantage et les menaces économiques employés.

Transparence qui restera inscrite au palmarès de Ban Ki-Moon.

Des résolutions qui, nonobstant, s’affirmeront telles des « lois internationales ». Et à jauger la part économique détenue par ces barbares de l’Orient dans les économies des puissances telles la France, l’Allemagne ou la Grande-Bretagne, les actes des valets qui gouvernent ces démocraties en deviennent limpides !

Si l’on s’arrête au seul conflit proche-oriental, chacun saisira mieux alors la complaisance avec laquelle ont émergé en 1967 :

- le ‘’peuple palestinien’’,
- la ‘’Palestine volée’’ que nul ne peut à ce jour décrire,
- le statut de ‘’réfugié’’ transmis de père en fils aux seuls ‘’palestiniens’’,
- ou encore le ‘’troisième lieu saint de l’Islam’’ ignoré par la Jordanie lorsqu’il était en sa possession entre 1948 et 1967.

L’exigence de deux états dont l’un devra être judenrein, le ‘’droit au retour des réfugiés’’ au sein même d’Israël ou encore Jérusalem-est devenant la Capitale de la ‘’Palestine’’ à naître découlant de fait de cette compromission avec l’histoire, la réalité et la Justice.

mercredi 1 juin 2016

Le 3 juin 2016 l’occident vendra l’Etat d’Israël

Vendredi 3 Juin 2016 sera, semble t-il, la fête à la Huppe fasciée israélienne grillée à la sauce piquante du Proche et Moyen-Orient. Une conférence sera organisée par la France car, si l’on en croit le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault, « Nous sommes dans une situation de crise particulièrement inquiétante, la situation sur le terrain se dégrade chaque jour ».

Pour le Président François Hollande, il faut créer « (…) avec l’ensemble des acteurs, les grands pays et les pays voisins, les paramètres qui permettront aux Israéliens et aux Palestiniens de se retrouver à la table des négociations ».

Rien de moins !

Tout quidam, naïf évidemment, ne pourra que souscrire à cette quête généreuse entreprise par, ce qui reste dans l’imaginatif populaire, la Patrie des droits de l’Homme !

Conférence de Madrid le 30 octobre 1991 ayant tracé la voie aux sinistres « Accords d’Oslo »

La conférence s’engage, si l’on s’en tient donc à l’objectif déclaré, à concevoir les « paramètres » devant permettre la solution à « DEUX états ».

Nul, attentif à la politique arabe occidentale, ne s’attendra, cependant, à ce que l’exigence israélienne de base d’une solution à « DEUX états pour DEUX peuples » ne soit même soulevée lors de cette réunion pour la ‘’Paix’’ ! 

Pas même par les USA !

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog

Si chacun des membres participants y constatera, à qui mieux mieux, les ‘’droits du peuple palestinien’’, y voir l’Etat d’Israël reconnu comme étant celui du peuple juif restera dans le domaine de la fiction. Un droit élémentaire écarté d’entrée dans le seul but de permettre d’inclure, lors de la rédaction des conclusions de ce sommet pour la ‘’Paix’’, une « juste solution » pour les « réfugiés ».

Une exigence intangible de la Ouma qui, si elle demeurait inconsidérée par les Occidentaux, ferait capoter la ‘’Paix’’ ! Pas moins !

Une revendication qui ne restera donc pas lettre morte, mais que les Occidentaux noieront, avec éloquence, sous le verbe. Sans préciser toutefois que la seule solution acceptée, envisagée par l’Ouma n’est autre que le « droit au retour » de millions d’étrangers, « réfugiés » de pères en fils, au sein même de l’Etat d’Israël. Ce qui, par le jeu démographique, modifiera la nature du seul état du peuple juif au monde, pays refuge contre un antisémitisme incurable.

L’Occident a les courages qu’il peut ! Contrarier et s’élever contre le Juif est sans danger !

Lors de cette conférence, il sera, bien sûr, déclaré le besoin d’un ‘’état viable pour les Palestiniens vivant en paix au côté d’Israël’’. Les « colonies » seront inévitablement condamnées, déclarées « illégales », « freins à la Paix », et chacun comprendra que celles-ci devront être démantelées. Il s’agira ici du deuxième paramètre dont les conséquences abjectes seront, là encore, camouflées par le verbe ‘’droit de l’hommiste’’ dont se targue l’Occident. 

Ce dernier, de fait, concédera sans lutter à ce que la future « Palestine » soit officiellement judenrein, nettoyée de la présence de tout juif, tel que le conçut, pour l’Europe, Adolphe Hitler.

Une requête de plus de l’Ouma satisfaite en sous-main sur une terre qui n’a d’autres noms, depuis des millénaires, que Judée et Samarie et qu’aucune loi internationale n’a jamais attribuée à d’autres que le peuple juif !

Le troisième sujet d’importance sera de déclarer Jérusalem-est « Capitale de la Palestine ». Cela sera fait par une phrase généreuse du type « Jérusalem Capitale des deux états ». Mais peu douteront que la Jérusalem-Est sera prévue pour être la ‘’Capitale palestinienne’’.

Autre sommation de l’Ouma, l’Autorité palestinienne en tête !

C’est ainsi que les lieux saints et historiques du Judaïsme, parmi lesquels le premier d’entre eux le Mont du Temple, ne se trouveront plus entre des mains du peuple juif, celui-ci devra se contenter du bon vouloir des nouveaux propriétaires du terrain. L’occupation jordanienne de 1948 à 1967 restant un très mauvais souvenir chacun doutera que le peuple israélien y acquiesce !

Mais qu’importe aux conférenciers de la ‘’Paix’’ !

mercredi 25 mai 2016

Les lois internationales confirment : la Palestine est israélienne

A l’heure où tant ‘’d’amis’’ de l’Etat d’Israël poussent à la Paix, peu ou prou, autour des paramètres Clinton, il est temps d’examiner quels sont les droits de ce pays selon les lois internationales. Non pas pour se positionner en contre à un futur accord entre les deux belligérants, mais plutôt pour jauger les solutions proposées et faire la part de choses entre la propagande et la réalité.

Après deux mille années de présence minoritaire et ininterrompue, de prières tournées vers Jérusalem, le gouvernement britannique, puissance mondiale du début du XXème siècle, a le 2 novembre 1917, par la lettre Balfour, accédé à la demande du peuple juif.

« Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civiques et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les Juifs jouissent dans tout autre pays »

Reste à connaître les frontières de cette Palestine. C’est chose faite suite aux accords Sykes-Picot.


La Palestine du mandat britannique s’étendra de la méditerranée jusqu’à la frontière avec l’Irak et servira de pays pour y instituer un foyer national pour le peuple juif.

Sauf que ce territoire commença aussitôt à servir de monnaie d’échange pour la Grande Bretagne. Malgré la Conférence de San-Remo du 25 avril 1920 accordant un mandat pour organiser la renaissance de l’état juif, celle-ci décide rapidement de n'appliquer la déclaration Balfour qu'à l'ouest du Jourdain, la partie orientale étant confiée à Abdallah, l'un des fils du Chérif Hussein. Le 2 mars 1921 celui-ci parvient à Amman avec ces troupes et le 1 avril suivant il est reconnu émir de Transjordanie par les Britanniques.

Totalement en contradiction avec l’objectif du mandat qui fut confié.

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog

Ce n’est que le 16 septembre 1922 que les textes de lois sont mis en conformité avec la réalité du terrain. Régularisation qui légalise de fait un foyer national pour les arabes de cette région à l’est du Jourdain qui se dénommera Transjordanie, mais aussi un foyer national juif sur la totalité de territoires situés à l’ouest de la rivière.

Foyer national contesté depuis très violemment par le monde arabo-musulman !

Violences en 1929 qui impressionnent le mandataire jusqu’à réduire les certificats d’immigrations accordés jusqu’alors, ou encore la révolte arabe de 1936 à 1939 qui oblige la Grande Bretagne à limiter la vente de terres aux Juifs, à contingenter l’immigration de cette population à soixante-quinze mille sur cinq années, et, finalement, à déclarer que « Le gouvernement de Sa Majesté déclare aujourd’hui sans équivoque qu’il n’est nullement dans ses intentions de transformer la Palestine en un État juif ». « Le gouvernement de Sa Majesté [a le] désir […] de voir s’établir finalement un État de Palestine indépendant ».

Un état palestinien unitaire à majorité arabe, cela va de soi ! La violence a payé !

Après la deuxième guerre mondiale, par la résolution 181 l’Assemblée générale de l’Onu vote un partage entre un état juif et un état arabe. Cette résolution non contraignante fut rejetée par le monde arabe le jour de la déclaration d’indépendance du tout jeune Etat d’Israël, faite le15 mai 1948. Les frontières, alors tracées par l’Onu, en ont perdu toutes leurs valeurs.

Depuis cette date, il est coutumier d’entendre « frontières de 1967 », « peuple palestinien » dépossédé de son pays la « Palestine » et de son « troisième lieu saint de l’Islam », « colonisation », « expulsions des colons », « droit de retour des réfugiés » au sein de l’état du peuple juif.

dimanche 22 mai 2016

Appel à aider l’Autorité palestinienne à agencer son Musée de la ‘’Palestine’’

Après vingt années de construction et une trentaine de millions de dollars, l’Autorité palestinienne a, enfin, son musée dédié à l’histoire ancienne et à la culture de son ‘’peuple’’ ! Ce musée est censé devenir le réceptacle d'une mémoire nationale soumise, selon les ‘’Palestiniens’’, aux tentatives israéliennes d'éradication.

Le hic est que lors de l’inauguration très prochaine celui-ci sera vide de toutes expositions. Malgré que, depuis des mois, des chercheurs sont allés explorer les albums de familles "palestiniennes" à travers le monde pour réunir le maximum de souvenirs.

Soyons donc altruiste et aidons l’AP à organiser son musée afin qu’il raconte le passé des Palestiniens !

Il ne peut y avoir de bâtiment digne de ce nom sans que celui-ci ouvre d’emblée sur le drapeau national. Non pas le drapeau actuel, mais le drapeau historique, celui qui est censé être le leur avant que les Juifs ne débarquent le quinze mai 1948 pour « voler leur pays ».

Drapeau trouvé dans le dictionnaire Larousse de 1939

Pourquoi ne pas organiser ensuite, dans la galerie la plus proche, une exposition de philatélie ? Ainsi les curieux apercevront les timbres qui ont marqué l’époque ‘’pré-sioniste’’ de 1948.  

Chacun remarquera écrit auprès de « פלשתינה » les initiales א et י signifiant « ארץ ישראל », Terre d’Israël.

On pourra, si on le désire, y ajouter également une pièce de monnaie de 1927 ayant la même indication.

Dans une galerie voisine, quelques vidéos de l’époque intéresseront certainement les visiteurs. Notamment celle où l’on aperçoit l’équipe de football de Palestine mandataire affronter celle de l’Australie.

Chacun apercevra, de prime abord, le sigle du maillot.

Suite à ces quelques preuves IN-DIS-CU-TA-BLES de leur passé plurimillénaire en cette région, une galerie pourrait être réservée au domaine politique.

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog

Ainsi sera soulevé, par exemple, le problème linguistique ayant contraint TOUS les occidentaux, mais aussi les asiatiques ou encore les africains, à dénommer cette région PA-lestine et non pas FA-lestine, telle que l’on nommé les ‘’Palestiniens’’, le son P n’existant pas en langue arabe.

Certainement une volonté occidentale précoce et pluri-centenaire de désinformation dans l’objectif évident de la colonisation future de leur terre.