lundi 25 juillet 2016

Les pro-‘’palestiniens’’ s’affolent

Les attentats terroristes se succédant à une fréquence de plus en plus proche, plusieurs gouvernements occidentaux se tournent dorénavant vers l’Etat d’Israël, confronté au terrorisme ‘’palestinien’’ depuis de nombreuses décennies, afin de prévenir, au mieux, toutes atteintes aux personnes et aux biens de leurs territoires.

Ce qui déplaît très fortement aux pro-‘’palestiniens’’ voyant en cela un rapprochement nuisant à leurs narratifs mensongers et donc à leurs intérêts.


Ainsi, l’Association France Palestine Solidarité (AFPS), s’est élevée, dans une tribune diffusée sur Ouma.com, contre l’insulte faite « aux victimes et à leurs familles qui méritent autre chose que ce genre de business sur leur dos ».

Un ‘’business’’ affirmant que l’Etat d’Israël a « les mêmes ennemis » que les Occidentaux ! Une approche énoncée par de plus en plus de politiques, d’intellectuels et de médias qui, par la bande, mettent fin à l’image de « résistants » des ‘’palestiniens’’. 

Une comparaison avec l’ignominie qui, évidemment, dessert leur combat.

« Non, nous ne sommes pas confrontés à la même situation : ce n’est pas à l’organisation de l’"Etat Islamique" que l’Etat d’Israël est confronté, mais à un peuple, le peuple palestinien, dont il continue à confisquer la terre, qu’il occupe, colonise, assiège, et plonge dans la misère et la révolte »

Récit systématique d’un narratif fictif qui, petit à petit, lasse les bonnes volontés faute d’avoir démontré un jour la réalité du passé de ce ‘’peuple’’, l’existence d’un quelconque pays sur ces territoires et donc son appropriation, ou même l’occupation israélienne des contrées dénommées, depuis les temps bibliques, Judée et Samarie

Une région toujours habitée par les Juifs sauf lors des différents nettoyages ethniques entrepris à leur encontre par les occupants, la Jordanie parachevant cette triste liste.

Un endoctrinement qui, au fil du terrorisme musulman, s’évaporera de plus en plus face à la juxtaposition des images sanglantes incrustées profondément dans la mémoire collective. Le sang des Israéliens giclant dans les bus, les magasins ou les cafétérias étant le même que celui coulant dans un club gays d’Orlando, un théâtre parisien ou un spectacle de rue niçois. Les peines des familles et le traumatisme des survivants, souvent blessés gravement, aidant à cette comparaison transfrontalière.

L’image d’un ‘’terrorisme de pauvres’’ a fait long feu !

lundi 18 juillet 2016

Avis de tempête pour les musulmans de l’Occident

Tous les musulmans ne sont pas des terroristes, mais tous les terroristes sont musulmans car se réclamant très fort de l’Islam et du Coran. Ne pas faire d’amalgames entre le croyant et le fanatique, pour un observateur non musulman, devient en conséquence de plus en plus difficile si ce n’est impossible.

Pour l’empêcher, aux paisibles adeptes de l’Islam vivant en Occident de convaincre dorénavant tous leurs concitoyens de leur abjection totale envers cette violence et de leurs réels désirs de vivre ensemble. 

Ce qui n’est actuellement pas le cas, la communauté musulmane se terrant et leurs autorités se suffisant d’une opposition à toute confusion. Une attitude qui ne contente guère, voire soulève des suspicions de complicité à l’égard de cette société religieuse vivant en cloisons fermées et selon ses seuls us et coutumes.

- Celle-ci se doit donc de condamner sans appel et bruyamment tout acte barbare. Du simple assassinat au couteau aux meurtres à la chaîne dans un théâtre ou dans un supermarché, quels que soient les personnes visées.

- Il lui faut organiser des manifestations géantes démontrant que la quasi majorité de celle-ci n’accepte pas cette bestialité et que les terroristes n’agissent pas en son nom.

- Ses intellectuels se doivent de pétitionner dans les médias et batailler contre cet Islam désireux de ramener l’humanité à l’âge de pierre.

- Ses Imams doivent instruire leurs coreligionnaires de la désapprobation sans appel de la communauté, exclure les croyants radicalisés puis les dénoncer aux autorités locales et nationales.

- Les mosquées refusant de se plier à ce vivre ensemble devant être fermées.

- Enfin, les autorités musulmanes doivent combattre le politiquement correct, le ‘’pas d’amalgame’’ en cours dans les monde politique, médiatique et intellectuel, interdisant, de fait, toutes réactions saines à l’encontre de cette barbarie musulmane qui s’étend de jour en jour à travers la planète.

Pas d’amalgame !

Les fidèles musulmans se doivent de contraindre tout ce petit monde fétide, chacun à la recherche d’une clientèle, d’agir dans ce sens afin de réduire à rien tout soupçon de complicité à leur égard voire d’allégeance.

C’est seulement ainsi que nul ne pourra plus faire de juxtapositions arbitraires.

jeudi 30 juin 2016

La Mairie de Bondy réhabilite le boycott contre le Juif

L’équipe municipale de la ville de Bondy, située à l’est de Paris et d’idéologie de gauche, a émis, le 23 juin dernier, le vœu de « vérifier (la) traçabilité des produits et des services qu’elle propose à sa population ». « Plus précisément, les marchandises produites dans les colonies israéliennes en Palestine, reconnues par le droit international comme illégales, (et qui) sont proposées sur le marché français comme venant d’Israël ». 

« C’est évidemment faux, la Palestine n’est pas Israël, et les colonies installées en violation des règles internationales par la puissance occupante, n’ont aucun droit de se prévaloir comme étant partie intégrante de l’État israélien ».

Présenté de la sorte, ce vœu émis sur un objet d’intérêt local espère éviter l’accusation de boycott illicite du seul état juif. Ce qui est cependant le cas, l’Etat d’Israël étant, semble-t-il à ce stade, le seul sujet international préoccupant la mairie !

La Maire Sylvine Thomassin sous le portrait du plus grand assassin de Juifs depuis Hitler

Pour accompagner cette décision inique, le vœu donne l’apparence de s’appuyer sur les textes de lois internationales légitimant cette ‘’juste’’ décision. 

Hors que, l’analyse exacte des textes cités disent tout-à-fait autre chose !

- « Considérant que les colonies israéliennes sont illégales selon le droit international et sont assimilées comme un crime de guerre conformément à l’Article 49-6 de la Quatrième Convention de Genève et conformément à l’Article 55 du Règlement de la Haye »

Outre que ces deux textes parlent de l’occupation d’un état constitué, bien malin sera celui qui pourra fournir une loi internationale confirmant que ces territoires appartiennent d’ors et déjà aux ‘’Palestiniens’’, que les frontières de leur pays sont celles de « 1967 », que leur Capitale est Jérusalem-Est et que celui-ci se doit d’être judenrein !

De surcroît, nul ne peut retracer leur ‘’passé si riche’’ sur ces territoires ! Bien que l’Autorité palestinienne ait construit un musée pour cela, il est à ce jour toujours aussi vide.

Seul, donc, l’anti-israélien primaire en déduira juridiquement ‘’l’illégalité’’ des villes et villages israéliens situés en Judée et en Samarie. Termes n’ayant rien à voir avec un quelconque passé ‘’palestinien’’ et ayant servi à établir la résolution 181 de 1947.

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog

- « Considérant les Résolutions 242 (1967) et 338 (1973) du Conseil de Sécurité de l’ONU exigeant qu’Israël se retire entièrement des territoires qu’il occupe »

Seul le parti pris anti-israélien épaule ce vœu ! La résolution 242 affirme seulement un retrait « DE territoires » pour que l’Etat d’Israël puisse, finalement, se construire des frontières « sûres » afin d’empêcher les terroristes ‘’palestiniens’’ de traverser la frontière internationale et de commettre leurs actes barbares contre les civils. 

Quant à la résolution 338, elle exige l’arrêt immédiat de l’agression arabe de 1973 contre l’état juif et renvoie les belligérants à la table de négociation autour de la résolution 242.

Ces deux résolutions confirment, là encore, que les « colonies » ne sont pas illégales puisque pouvant, dans le futur, se retrouver sur un territoire devenu israélien.

- « Considérant la Résolution 465 (1980) du Conseil de Sécurité de l’ONU appelant tous les États à ne fournir à Israël aucune assistance ayant un lien avec les colonies dans les territoires occupés »

Tout fait ventre, quitte même à se prendre pour un état ! L’antisémitisme de cette municipalité se confirme.

- « Considérant que la Cour Internationale de Justice a confirmé en 2004 que les colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés (dont Jérusalem-Est) ont été fondées en violation du droit international »

Autre mensonge ! Cet avis de la Cour de Justice Internationale n’a rien « confirmé » du tout puisque consultatif. Un avis resté lettre morte depuis 2004. De surcroît, le sujet de celui-ci est la clôture de sécurité et non pas les « colonies ».

vendredi 24 juin 2016

Le Parlement Européen ovationne l’antisémitisme

Le Président de l’Autorité palestinienne a prononcé le 23 juin un discours devant le Parlement européen. Une causerie ayant comme seul objectif de salir, une fois de plus, l’Etat d’Israël aux yeux du monde. Un exposé qui rappelle le ‘’ bon vieux temps’’ où le Juif était accusé de tous les maux.

Une parlotte qui démontre, par l’analyse, que « plus jamais ça » est encore au stade du rêve !

Ce Président à vie, tenant d’une dictature où le meurtre du Juif est encouragé et le mensonge est roi, a affirmé aux députés européens que « La Palestine et le peuple palestinien subissent un meurtre de masse à une échelle sans précédent (...) au nez et à la barbe de la communauté internationale ».

Chacun aura beau cherché, le quidam aura bien du mal à comprendre qu’un ‘’peuple’’ subissant depuis 1967, soit quarante-neuf années, tantôt un ‘’massacre’’, parfois un ‘’génocide’’ de la part de l’armée israélienne se soit autant multiplié depuis !

Chacun connaissant les capacités militaires israéliennes ne pourra en déduire que la hauteur de cette calomnie.

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog

Ne se contentant pas d’insulter l’intelligence, il assura, de surcroît, que des hommes politiques israéliens très haut placés ont dénoncé, et donc confirmé le ‘’fascisme’’ montant dans leur société.

L’un d’entre eux, l’ancien ministre de la défense Moshé Yaalon, a aussitôt indiqué que « Non seulement Abu Mazen ment de façon éhontée comme à l’accoutumée, et continue sa diffamation sanglante contre l’Etat d’Israël, mais il profite également du réel, sain, et démocratique débat qui existe dans la société israélienne (et qui n’existe pas dans la sienne), et met des mots que je n’ai pas prononcés dans ma bouche ».

mercredi 22 juin 2016

Le ‘’plan de paix’’ d’Itshak Herzog

Le chef du parti Travailliste israélien, mais également celui du « camp sioniste », a, quelque temps avant les élections législatives de mars 2015, négocié et signé la ‘’Paix’’ avec le Président à vie Mahmoud Abbas ! 

Un protocole d’accord qu’il n’a pas promu pendant la campagne mais qu’il comptait bien mettre en application une fois élu au poste de Premier Ministre, tel que le prévoyaient, alors, les sondages.

Une entente que le peuple a ignorée jusqu’à maintenant ! A quoi bon l’informer !

Itshak Herzog à la Mukata de Ramallah. Où est le drapeau israélien ?

Ce pacte prévoyait, entre autres surprises, un retrait de 96% de la Judée et de la Samarie, les 4% restant étant compensés par du territoire israélien. Première conséquence de cette décision, une évacuation de dizaines de milliers de « colons » qui officialise indirectement une « Palestine » Judenrein. Un état qui, cependant, dit vouloir vivre en paix avec son voisin, le peuple juif !

Hitler l’a rêvé pour l’Europe, Herzog le réalise sur un territoire qui est le berceau du Judaïsme.

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog

Autre joyeuseté, le retrait israélien de tous les quartiers arabes de Jérusalem-est qui deviendra capitale de la « Palestine ». Ce dont se moque éperdument Mahmoud Abbas. L’important, à ses yeux, est la main mise sur la vieille ville et le Mont du Temple. Ainsi, le Kotel sera administré par les Israéliens et « l’Esplanade des mosquées » par les ‘’Palestiniens’’. Le reste devant être mis sous surveillance internationale et donc hors de portée de fouilles archéologiques et du désir des croyants juifs de prier sur le parvis de leur premier lieu saint.

Ainsi, ce lieu, mais aussi la tombe de Rachel à Bethlehem, de Yossef à Shrem ou encore le Caveau des Patriarches à Hébron seront, tous, entre les mains étrangères. Nul, évidemment, n’imaginera qu’un jour un Juif aura quelque problème frontalier à s’y rendre !

La ‘’Paix’’ en est garante ! D’ailleurs la lutte contre le terrorisme sera exécutée par une coordination israélo-palestino-jordanienne, le Président à vie ‘’palestinien’’ acceptant qu’Israël laisse, dans la vallée du Jourdain, une présence symbolique de deux compagnies de blindés.

Le Hamas, le Djihad islamique, le FPLP ou encore le Hezbollah et l’Iran en rient encore !

Dernier cadeau de l’homme qui dirige cette gauche qui fabrique des idiots utiles aux ennemis, un dédommagement sera versé aux « réfugiés » dont seule une « petite partie » pourrait entrer en territoire israélien selon un chiffre convenu entre les deux parties.

Reconnaître un « droit de retour » c’est avaliser la réalité d’un narratif mensonger assurant la ‘’faute’’ de la renaissance d’Israël. C’est admettre qu’il existait un pays et un peuple qui en a été chassé, alors que nul ne peut conter leur passé avant 1967. 

Pas même l’Autorité Palestinienne qui a construit un musée pour cela, de plusieurs millions de dollars, et qui est toujours aussi vide.

jeudi 16 juin 2016

Cette gauche fétide qui fabrique des kapos

Le terme « kapo » a désigné les prisonniers qui étaient chargés de surveiller, pour le compte du IIIème Reich, leurs confrères de fortune dans les camps de concentration nazis. Tâche qui leur permettait d’échapper aux charrettes menant aux chambres à gaz.

Ce qui, alors, n’était pas négligeable.

De nos jours, certains, sans menaces pour leur vie mais dotés d’une vision idéologique répugnante, se chargent d’encadrer, d’observer, de dénoncer volontairement les Juifs Israéliens pour le compte de leurs ennemis ! 

Une doctrine qui voit le Juif coupable de tout et excuse l’autre quel qu’il soit et quoi qu’il fasse !


Suite à l’attentat au centre commercial Sarona de Tel-Aviv, le Maire Ron Huldaï a indiqué que « Nous sommes peut-être le seul pays au monde ou un autre peuple se trouve sous notre occupation. Nous n'avons pas le courage de prendre des mesures pour envisager un accord. Un changement ne peut intervenir que si nous montrons à nos voisins palestiniens que nous avons de véritables intentions de changer la situation actuelle. Ces gens n'ont aucun droit et ne sont pas des citoyens de l'Etat d'Israël. »

Ainsi sont excusés les terroristes ‘’palestiniens’’ ayant encore le sang chaud de leurs victimes sur leurs mains ! Démarche qui légitime le chœur de la planète qui voit dans ces criminels des « combattants de la liberté » si ce n’est des « résistants » et qui cause un dommage énorme à l’Etat d’Israël dans sa légitime défense !

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog

Chacun pourrait, pour le plaisir, rappeler au maire de cette grande ville qu’avant la guerre des six jours il n’y avait nulle occupation, que le jeune état du peuple juif n’avait que le mot PAIX à la bouche et que, cependant, les attentats contre les civils israéliens avaient lieu quasi quotidiennement sur son territoire !

D’autres encore pourraient mentionner l’ancien Premier Ministre Ehud Barak et chef du parti travailliste, dont Ron Huldaï est membre, qui lors des négociations de l’an 2000 à Camp David avait fait une proposition de paix mémorable. Offre refusée par Yasser Arafat qui a préféré lâché ses assassins sur la population civile israélienne et maintenir le statu quo pour cause du refus d’un ‘’droit de retour’’ de millions de « réfugiés » au sein de l’Etat d’Israël.

Peu de gauchistes reconnaîtront ce manque de courage d’alors des dirigeants de l’Autorité palestinienne d’accepter l’idée d’un état pour le peuple juif ? 

Ron Huldaï n’est pas, semble t-il, de ceux là !

En l’an 2008, le Premier Ministre Ehud Olmert, associé au parti travailliste, a offert un accord amélioré proposant 100% d’une Judée et Samarie judenrein et plaçant la veille ville de Jérusalem sous mandat international.

Offre restée jusqu’à ce jour sans réponse !

Est-ce là encore « l’occupation » qui cloue le bec de Mahmoud Abbas ou le refus logique et obstiné israélien d’un suicide collectif par le ‘’droit au retour’’ de centaines de milliers d’étrangers ?

Ron Huldaï penche, c’est clair, pour la première explication !

S’il y a des kapos accusateurs, il y a également des kapos délateurs. Telle l’ong Breaking The Silence qui coure le monde pour raconter les ‘’méfaits’’ de Tsahal basés sur des témoignages qui resteront anonymes pour tous, y compris la Justice israélienne. Les rapports soutirés de ceux-ci, écrits par cette association financée par l’étranger, serviront de base aux innombrables condamnations internationales.

La Paix maintenant comptabilise, quant à elle, les maisons construites par et pour les Juifs désireux de vivre en Judée, en Samarie et Jérusalem-est, ignorant ostensiblement celles construites pour et par des ‘’Palestiniens’’, grand nombre sans permis. Une comptabilité transmise immédiatement à l’international afin de servir les intérêts et la politique des ennemis de l’Etat d’Israël.

D’autres kapos, impatients de contraindre les juifs récalcitrants à se soumettre à l’ordre établi, assistent l’ong Boycott, Désinvestissements, Sanctions. Certains d’entre eux signent des pétitions de soutiens ! Des universitaires ont dernièrement encouragé l’American Anthropological Association (AAA), l’une des plus grandes organisations universitaires du monde, à boycotter l’Etat d’Israël.

D’autres, tel Zeev Sternhell, ont appelé les terroristes à s’en prendre aux seuls « colons » : « si les Palestiniens faisaient preuve de plus de clairvoyance, ils concentreraient leurs actions contre les colonies au lieu de s'en prendre à des femmes et des enfants en territoire israélien ». 

Dixit ‘’l’expert’’ en fascisme qu’il dit être !

Il s'est même prononcé contre le blocus imposé à la bande de Gaza, jugeant cette mesure « immorale et inefficace ».

lundi 13 juin 2016

Lorsque l’Arabie Saoudite se fâche le monde capitule

L’Arabie Saoudite est un poids lourd dans la diplomatie internationale. Non pas grâce aux ‘’valeurs humaines’’ qui sont les siennes, ni par son apport scientifique, culturelle, sportif, informatique ou encore technologique mais par l’or noir qui inonde son sol et les pétrodollars qui s’agglutinent autour de la famille royale.

Cet ‘’apport’’ à l’humanité est très apprécié ! A tel point que ses désirs sont des ordres.

Un rapport annuel de l’ONU, sur le sort des enfants victimes de conflits armés en 2015 dans 14 pays, a accusé la coalition militaire au Yémen menée par l’Arabie Saoudite d’être responsable du bilan de 785 enfants tués et de 1 168 autres blessés. « Un chiffre très largement exagéré », a assuré l’ambassadeur saoudien auprès de l’ONU. « Il a pu y avoir des dommages collatéraux de temps à autre mais c’est ce qui se passe en temps de guerre », avait-il affirmé en exigeant que le rapport soit ‘’rectifié immédiatement’’ et ‘’expurgé de toute accusation’’ contre son pays.



Une exigence satisfaite vingt-quatre heures plus tard. La mention de la coalition est retirée de la liste noire pour « révision » a annoncé le porte-parole de l’ONU. Ce qui a indigné les organisations de défense des droits de l’homme. Une vingtaine d’entre elles ont adressé une lettre ouverte au Secrétaire général Ban Ki-Moon lui demandant de remettre la coalition sur sa liste noire et dénonçant la crédibilité de l’organisation qu’il dirige.

Une telle volte-face sous la pression d’un gouvernement « rend dérisoires les efforts de l’ONU pour protéger les enfants », avait estimé le représentant de Human Rights Watch.

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog

Mais que vaut cette lettre face à la menace de Ryad de couper plusieurs financements aux agences et programmes de l’ONU, d’autant plus que d’autres pays de l’Organisation de la coopération islamique et de la Ligue arabe, parmi les très généreux contributeurs et donateurs de l’ONU, ont été mobilisés à cette même fin ?

Au vu de la rapidité à laquelle a réagi le Secrétaire générale de l’Onu à l’injonction saoudienne, chacun imaginera dorénavant aisément les ‘’logiques’’ des votes effectués dans les instances internationales et/ou nationales. Des décisions devenues compréhensibles au simple quidam depuis qu’il n’ignore plus les pressions, voire le chantage et les menaces économiques employés.

Transparence qui restera inscrite au palmarès de Ban Ki-Moon.

Des résolutions qui, nonobstant, s’affirmeront telles des « lois internationales ». Et à jauger la part économique détenue par ces barbares de l’Orient dans les économies des puissances telles la France, l’Allemagne ou la Grande-Bretagne, les actes des valets qui gouvernent ces démocraties en deviennent limpides !

Si l’on s’arrête au seul conflit proche-oriental, chacun saisira mieux alors la complaisance avec laquelle ont émergé en 1967 :

- le ‘’peuple palestinien’’,
- la ‘’Palestine volée’’ que nul ne peut à ce jour décrire,
- le statut de ‘’réfugié’’ transmis de père en fils aux seuls ‘’palestiniens’’,
- ou encore le ‘’troisième lieu saint de l’Islam’’ ignoré par la Jordanie lorsqu’il était en sa possession entre 1948 et 1967.

L’exigence de deux états dont l’un devra être judenrein, le ‘’droit au retour des réfugiés’’ au sein même d’Israël ou encore Jérusalem-est devenant la Capitale de la ‘’Palestine’’ à naître découlant de fait de cette compromission avec l’histoire, la réalité et la Justice.