mardi 2 février 2016

Ban Ki-Moon et « l’occupation israélienne »

Le secrétaire générale de l’Onu Ban Ki-Moon, dans un article intitulé « Ne tirez pas sur le messager, Israël » et publié dans le New York Times, à réagi aux critiques suscitées par ses déclarations précédentes : « Certains ont choisi de déformer mes propos, comme si j’avais voulu dire que je justifiais les violences » alors que, dit-il, il dénonce « fermement toutes les formes de violence ».

Il n’en reste pas moins vrai que pour ce haut fonctionnaire « L’occupation est cruelle, humiliante, et interminable, elle suscite de la colère et du découragement, et c’est cela qui entraine la violence et l’extrémisme ». 

Ajoutant par la suite que « la poursuite de la construction israélienne dans les territoires et la détresse palestinienne risquaient de conduire à un point de non-retour où il ne sera plus possible d’appliquer la solution de deux Etats ».

‘’L’Occupation israélienne’’ est donc le maître mot de ce conflit semble t-il ! Mais qu’en est-il réellement ?

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog.

L’histoire non arrangée rappelle que les Juifs ont, de tout temps, habité tous les territoires bibliques, qu’ils se nomment Tsfat, Tibériade, Jérusalem ou encore Hébron. De hauts lieus de la vie juive incontestables. Il suffirait de se pencher, ou presque, pour y trouver des traces plurimillénaires de la présence des descendants du Royaume d’Israël, débaptisé depuis et par les romains en Palestine.

Comment concevoir, en conséquence, que l’on parle d’« occupation » en ce qui concerne la présence des Juifs en Judée et Samarie ? 

La raison en est tout simplement leurs retours après la guerre des six jours. Un retour suite à leurs départs engendrés par la purification ethnique entreprise, contre eux, en 1948 par les forces jordaniennes.

Des Juifs préparant leurs départs sous la surveillance jordanienne

Un nettoyage violent et immoral venant compléter le refus musulman de 1948, encore vivace de nos jours, de toute renaissance d’un état pour le peuple juif sur la terre de ses ancêtres. 

Une purge évidemment illégale aux yeux de la loi internationale, intervenant trois années après la Shoah, mais permettant aux hommes politiques d’aujourd’hui, se prétendant ‘’droit de l’hommiste’’ et si peu ‘’intéressés’’ bien sûr à complaire à la communauté musulmane, de coller le qualificatif « occupants » à l’encontre de ceux qui furent chassés de chez eux.

Le plus risible de cette situation ubuesque n’est cependant pas de voir justifier par la bande l’acte immoral jordanien d’alors, mais d’observer les ‘’faiseurs de paix’’ encourageant l’exigence de la naissance d’un état de ‘’Palestine’’ judenrein.

Autrement dit, soutenant un second nettoyage ethnique.

Ban Ki-Moon, donnons lui crédit, étant « contre toutes les formes de violences » les Israéliens seraient assez gentils de se porter volontaires pour celui-ci. 

Le désengagement de la bande de Gaza étant apparemment le modèle à suivre !

Le Secrétaire général a conclu son pamphlet en assurant qu’il est temps « qu’Israël, les Palestiniens et le monde voient la réalité en face : il est impossible de maintenir le statu quo. Cette occupation interminable risque de saper l’avenir des deux peuples ».

Soyons sûr que les Israéliens ne mettront pas leur avenir entre les mains de ces ‘’conseilleurs’’ !

8 commentaires:

Réal Bergeron a dit…


Le Secrétaire général du machin ( ONU ) est nul autre que la marionnette des consorts de l'organisme, les décideurs antisionistes.

Le Secrétaire général du machin est offusqué à sa prétention qu'on l'ait mal cité et mal interprété et dans un même élan oratoire il cite de nouveau la même ineptie antisioniste : « La poursuite de la construction israélienne dans les territoires et la détresse palestinienne risquaient de conduire à un point de non-retour où il ne sera plus possible d'appliquer la solution à deux États ».

Quoi qu'on en dise et qu'on en fasse, il restera toujours l'exercice essentiel à faire au sein du machin ( ONU et consorts ) , soit la réflexion raisonnée en son sein sur ses fantasmes hallucinatoires dits " détresse palestinienne et la solution à deux États ".

On ne peut invoquer une occupation israélienne, sur un territoire conquis en 1948 à la suite d'une agression militaire jordanienne qui a été renommé " Cisjordanie " mais dont la Jordanie n'a jamais pu faire reconnaître internationalement l'annexion étatique et reconquise par les israéliens en 1967 à la suite de la défensive Guerre de six jours.

En 1988 le roi Hussein de Jordanie renonça à la tentative d'annexion de la Judée-Samarie dites " Cisjordanie ", abandonnant à leur sort les squatters arabes de ces territoires ayant reçu la nationalité jordanienne par ce même roi Hussein.

Apprendrons-nous un jour que celà aurait été une stratégie jordanienne pour reconquérir ces territoires en laissant les squatters arabes ( jordaniens ) proclamer leur fallacieuse revendication territoriale sur une invention identitaire de " Palestinien " dont le machin et les idiots utiles pro-arabes en sont subjugués ?

Il n'y a jamais eu et il n'y aura jamais un État dit " Palestine " sur le territoire dont certains prétendent être occupé par Israël et dont un jugement internationale contredit cette prétention.

Martine a dit…

Le "machin", où la quasi totalité des pays du monde est représentée, aurait il une mauvaise lecture des textes en prétendant que ce qu'on appelle actuellement la Palestine n'appartient pas à Israël ?

Je pense que vous essayez de raconter les choses à votre manière, sans contrer officiellement l'ONU avec des arguments précis. Votre mépris de l'ONU ne vous facilite pas les choses non plus.

Martine

Victor Perez a dit…

Martine,

- Quelle est la loi indiquant que ces territoires n'appartiennent pas à Israël ?

- Tracez moi le pourtour de la "Palestine" et racontez moi son passé.

Ce n'est que votre mépris du réel qui vous fait prendre la défense d'une institution antisémite.

Réal Bergeron a dit…




@ Martine,

Sachez que le mot, machin, pour définir l'Organisation des Nations Unis, a été initié par le général Charles de Gaulle.

Vous avez toute la latitude permise pour nous définir ce qu'actuellement vous appelez " Palestine ".

Bien que ce soit lassant d'instruire les ignorants chroniques, je crois que vous méritez que je vous produise des arguments précis pour contrer officiellement la partialité honteuse du machin ( ONU et consorts ).

Je vous suggère, entre autres, deux intéressants liens pour parfaire votre connaissance des territoires israéliens fallacieusement contestés par les arabes et leurs idiots utiles.

http://www.dreuz.info/2015/06/19/la-cour-europeenne-des-droits-de-lhomme-juge-quisrael-noccupe-ni-la-cisjordanie-ni-gaza/#sthash.BBIhAIbl.JR8v0Osm.dpbs

http://www.dreuz.info/2015/12/29/la-cour-dappel-de-versailles-olp/

Martine a dit…

Ce n'est pas moi qu'il faut convaincre ! Mais l'ONU et la communauté internationale !

Ne vous trompez pas d'interlocuteur. Je sais que vous préférez raconter vos idées aux particuliers alors que seuls les pays peuvent agir.

Martine

Victor Perez a dit…

Martine allias Joseph,

Dans les années trente, vous auriez été un(e) parfait(e) adepte de Goebbels. Plus vous répétez un mensonge et plus il deviendra réalité.

Comme ce machin, vous êtes incapable de citer la loi ni même le passé historique de la "palestine".

C'est dire combien votre maître à penser aurait été fier de vous.

Martine a dit…

Donnez donc les références des lois qui donnent la Cisjordanie à Israël !

Ne perdez pas votre temps à parler des juifs, des chrétiens, ou de je ne sais qui. Les religions sont de tous les pays.

Vous ne pourrez pas..... alors vous allez me jeter !

Martine

PS : un grand bonjour à Joseph... qui doit se demander qui est cette Martine avec qui Victor veut le lier.

Victor Perez a dit…

Martine allias Joseph,

Indiquez moi donc les lois internationales qui ne donnent pas ces territoires à Israël!

Indiquez moi quel peuple est rattaché à ces territoires qui ont pour noms Judée, d'où vient Juif, et Samarie qui ont servi à la résolution 181 de l'Onu.

Indiquez moi quelles lois attribuent ces territoires à d'autres !

Des questions que je vous ai déjà posé et auxquelles vous n'avez pas répondu !

Bref ! Au nom de quoi refusez vous que les Juifs restent sur ceux-ci ? Vous êtes-vous posé la question ? Je doute que vous le fassiez un jour !