jeudi 16 juin 2016

Cette gauche fétide qui fabrique des kapos

Le terme « kapo » a désigné les prisonniers qui étaient chargés de surveiller, pour le compte du IIIème Reich, leurs confrères de fortune dans les camps de concentration nazis. Tâche qui leur permettait d’échapper aux charrettes menant aux chambres à gaz.

Ce qui, alors, n’était pas négligeable.

De nos jours, certains, sans menaces pour leur vie mais dotés d’une vision idéologique répugnante, se chargent d’encadrer, d’observer, de dénoncer volontairement les Juifs Israéliens pour le compte de leurs ennemis ! 

Une doctrine qui voit le Juif coupable de tout et excuse l’autre quel qu’il soit et quoi qu’il fasse !


Suite à l’attentat au centre commercial Sarona de Tel-Aviv, le Maire Ron Huldaï a indiqué que « Nous sommes peut-être le seul pays au monde ou un autre peuple se trouve sous notre occupation. Nous n'avons pas le courage de prendre des mesures pour envisager un accord. Un changement ne peut intervenir que si nous montrons à nos voisins palestiniens que nous avons de véritables intentions de changer la situation actuelle. Ces gens n'ont aucun droit et ne sont pas des citoyens de l'Etat d'Israël. »

Ainsi sont excusés les terroristes ‘’palestiniens’’ ayant encore le sang chaud de leurs victimes sur leurs mains ! Démarche qui légitime le chœur de la planète qui voit dans ces criminels des « combattants de la liberté » si ce n’est des « résistants » et qui cause un dommage énorme à l’Etat d’Israël dans sa légitime défense !

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog

Chacun pourrait, pour le plaisir, rappeler au maire de cette grande ville qu’avant la guerre des six jours il n’y avait nulle occupation, que le jeune état du peuple juif n’avait que le mot PAIX à la bouche et que, cependant, les attentats contre les civils israéliens avaient lieu quasi quotidiennement sur son territoire !

D’autres encore pourraient mentionner l’ancien Premier Ministre Ehud Barak et chef du parti travailliste, dont Ron Huldaï est membre, qui lors des négociations de l’an 2000 à Camp David avait fait une proposition de paix mémorable. Offre refusée par Yasser Arafat qui a préféré lâché ses assassins sur la population civile israélienne et maintenir le statu quo pour cause du refus d’un ‘’droit de retour’’ de millions de « réfugiés » au sein de l’Etat d’Israël.

Peu de gauchistes reconnaîtront ce manque de courage d’alors des dirigeants de l’Autorité palestinienne d’accepter l’idée d’un état pour le peuple juif ? 

Ron Huldaï n’est pas, semble t-il, de ceux là !

En l’an 2008, le Premier Ministre Ehud Olmert, associé au parti travailliste, a offert un accord amélioré proposant 100% d’une Judée et Samarie judenrein et plaçant la veille ville de Jérusalem sous mandat international.

Offre restée jusqu’à ce jour sans réponse !

Est-ce là encore « l’occupation » qui cloue le bec de Mahmoud Abbas ou le refus logique et obstiné israélien d’un suicide collectif par le ‘’droit au retour’’ de centaines de milliers d’étrangers ?

Ron Huldaï penche, c’est clair, pour la première explication !

S’il y a des kapos accusateurs, il y a également des kapos délateurs. Telle l’ong Breaking The Silence qui coure le monde pour raconter les ‘’méfaits’’ de Tsahal basés sur des témoignages qui resteront anonymes pour tous, y compris la Justice israélienne. Les rapports soutirés de ceux-ci, écrits par cette association financée par l’étranger, serviront de base aux innombrables condamnations internationales.

La Paix maintenant comptabilise, quant à elle, les maisons construites par et pour les Juifs désireux de vivre en Judée, en Samarie et Jérusalem-est, ignorant ostensiblement celles construites pour et par des ‘’Palestiniens’’, grand nombre sans permis. Une comptabilité transmise immédiatement à l’international afin de servir les intérêts et la politique des ennemis de l’Etat d’Israël.

D’autres kapos, impatients de contraindre les juifs récalcitrants à se soumettre à l’ordre établi, assistent l’ong Boycott, Désinvestissements, Sanctions. Certains d’entre eux signent des pétitions de soutiens ! Des universitaires ont dernièrement encouragé l’American Anthropological Association (AAA), l’une des plus grandes organisations universitaires du monde, à boycotter l’Etat d’Israël.

D’autres, tel Zeev Sternhell, ont appelé les terroristes à s’en prendre aux seuls « colons » : « si les Palestiniens faisaient preuve de plus de clairvoyance, ils concentreraient leurs actions contre les colonies au lieu de s'en prendre à des femmes et des enfants en territoire israélien ». 

Dixit ‘’l’expert’’ en fascisme qu’il dit être !

Il s'est même prononcé contre le blocus imposé à la bande de Gaza, jugeant cette mesure « immorale et inefficace ».

Il ne faut pas croire que la ‘’kapoïte’’ touche seulement les Juifs israéliens. Ceux de la diaspora, telle JCall, n’ont rien à envier à la gauche israélienne. Obsédée par « l’occupation », cette association pour la ‘’Paix’’ soutient, entre autres choses, l’étiquetage européen des produits juifs israéliens en provenance des implantations tout en jurant que cela n’a rien à voir avec un boycott.

J.Street, association américaine qui s’affiche ‘’pro-Israël’’, a soutenu, pour sa part, l’accord nucléaire avec l’Iran contre le gré du gouvernement israélien légitime directement concerné.

Liste très loin d’être, ici, exhaustive !

Tous les membres de la gauche ne sont certes pas des kapos, mais tous les kapos sont de gauche. Une idéologie malade des ‘’droits de l’homme’’ et voyant l’Etat du peuple juif comme l’un des principaux maux de la planète.

Un ‘’mal’’ qui continuera à s’épanouir, à se développer et à défendre les intérêts qui sont les siens !

1 commentaire:

Réal Bergeron a dit…


Nous pouvons accepter que tous les membres de la gauche ne sont certes pas tous, des kapos.

Nous pouvons accepter aussi que ceux qui ne sont pas, kapo, sont alter-Juifs ( ceux atteints de cette maladie qu'est la haine de soi ).

Ce qui fait la force de ce peuple Juif, c'est d'avoir toujours su nommé et identifié ceux qui oeuvrent à sa perte identitaire.