mardi 17 février 2015

Benjamin Netanyahou, nœud gordien pour l’Europe

Depuis près d’une quinzaine d’années les Juifs européens peuvent très difficilement affirmer qu’ils sont encore des citoyens à part entière. Leurs inquiétudes allant de la négation absolue d’un antisémitisme d’origine musulmane, par les autorités publiques les médias ou encore les ongs, jusqu’aux meurtres d’individus pour la simple raison de leur judaïté, ceux-ci s’interrogent dorénavant quant à un départ définitif de ce continent. 

Il est vrai que vivre la peur au ventre de prendre la direction de Jérusalem allongé entre quatre planches n’a rien pour enchanter ! Tant qu’à faire, plutôt partir vers l’Etat d’Israël debout, en famille, joie et projets d’avenir pleins le cœur !

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog.

C’est certainement le choix qu’auraient fait Yoav Hattab, Yohan Cohen, Philippe Braham et François-Michel Saada (z’’l) s’ils avaient eu cette option en janvier dernier lorsqu’ils se trouvaient dans la supérette Hyper Cacher de la porte de Vincennes à Paris.

Pour compenser la carence à assurer la protection due à chaque citoyen et surtout étouffer leur complicité indirecte dans l’accroissement de la nouvelle judéopathie musulmane à travers l’Europe, les autorités publiques françaises ont organisé une marche nationale le onze janvier à laquelle étaient conviés tous les dirigeants des pays démocrates, voire pas tel le Qatar, l’Algérie et les Emirats arabes unis

Un seul a été prié de ne pas s’y rendre, Benjamin Netanyahou, Premier ministre de l’Etat d’Israël, pays renaissant de ses cendres en 1948 dans l’objectif d’être le refuge du peuple juif.

Devant l’entêtement de celui-ci à marcher, entre autres, en mémoire de ces quatre Juifs, le Président français a cru devoir inviter Mahmoud Abbas, président à vie de l’Autorité palestinienne, entité qui célèbre l’assassinat d’israéliens en indemnisant les familles de ceux qui se font attraper ou en nommant des rues, squares et stades au nom des terroristes.

Mahmoud Abbas souriant lors de la manifestation du 11/01/2015

Comment imaginer alors que François Hollande, fort de ces ‘’menus’’ détails, ne puisse pas spéculer qu’un mois plus tard la Synagogue de Copenhague soit prise pour cible par Omar Hamid El-Hussein, un musulman d’origine…‘’palestinienne’’ ?

Devant ce nouvel attentat coûtant à nouveau la vie d’un juif, Benjamin Netanyahou a appelé ses coreligionnaires à une émigration massive : « Une fois de plus des Juifs ont été tués sur le sol européen parce qu’ils étaient Juifs. On doit s’attendre à ce que cette vague d’attaques continue (…) Les Juifs ont droit à la sécurité dans chaque pays. Et nous disons aux Juifs (…) Israël est votre foyer »

Ce qui n’a pas comblé d’aise le Premier ministre Manuel Valls qui, abandonnant les usages diplomatiques habituellement de rigueur, a reproché au Premier ministre israélien : « Quand on est en campagne électorale, ça ne veut pas dire s'autoriser à n'importe quelle déclaration ».

Comme celle, par exemple, d’insinuer que l’intérêt porté aux Juifs de diaspora par les responsables israéliens, quelque soit le gouvernement élu, cessera dès cette campagne électorale terminée ! 

Si l’on ajoute à cette triste et basse insinuation que la France est une des six puissances négociant avec l’Iran, pays menaçant jour et nuit la pérennité de l’Etat d’Israël, les Israéliens, les Juifs de la diaspora mais aussi les réels démocrates ont énormément de soucis à se faire.

Quant aux dirigeants européens, ils ont à craindre que Benjamin Netanyahou ne leur devienne de plus en plus un problème inextricable dès sa réélection le dix-sept mars au soir.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci,
Superbe article ,c'est un tel réconfort de vous lire !
zac

Anonyme a dit…

"Leurs inquiétudes allant de la négation absolue d’un antisémitisme d’origine musulmane, par les autorités publiques les médias ou encore les ongs"

M Perez, nous ne devons pas avoir accès aux mêmes chaines de télévision ou aux mêmes radios.
Pour ma part, je n'entend partout que le terme " antisémitisme musulman" depuis plus d'un mois !

Yann

Victor Perez a dit…

Yann,

Comme vous dites, nous ne devons vraiment pas écouter les mêmes chaines de télévision et les mêmes radios.

Pour ma part je n'entends que "pas d'amalgame".

Ceux qui arrivent malgré tout à parler de cet antisémitisme musulman sont minoritaires et surveillés de près dès fois que leur langue fourcherait.

Pour conclure, cet antisémitisme est dénoncé depuis l'année 2000 et cela ne fait qu'un mois que vous en entendez parler.

Cela ne vous interpelle point ?

Anonyme a dit…

Depuis bientôt deux ans que je "suis" ce blog, je n'avais jamais été censuré ainsi. Que se passe-t-il donc? Une radicalisation, si cela est encore possible?
En quoi citer un reportage d'Arutz2 expliquant les tractations entre Paris et Tel-Aviv sur le déplacement de Netanyahou est il si dangereux pour votre blog?

Victor Perez a dit…

Anonyme,

Aucune censure mais un ras le bol de voir des commentaires sans pseudo malgré ma demande.

Prochain post signé ou la "censure" s'appliquera.