lundi 2 janvier 2012

Ces Juifs qui divisent


Il se trouve en Israël quelques minorités qui se disent juives et qui, par leurs attitudes égocentriques -qu’elles soient politiques ou religieuses- nourrissent la haine qui environne ce pays. Ce qui, quelque part, favorise l’espoir des ennemis de voir enfin triompher leurs combats.

Il en est ainsi, parmi d’autres, de cette minorité d’ultragauche, dont Stéphane Juffa est l’illustration parfaite. Si, rédacteur en chef de la Metula News Agency, il organise chaque année les vœux de ses chroniqueurs pour l’année grégorienne et non pour l’année hébraïque -bien que la grande majorité de ses lecteurs soit composée de Juifs francophones- il n’en reste pas moins que la teneur de ses derniers écrits pour le nouvel an laisse pantois.

Sa haine du religieux, celle envers les Juifs vivant dans les implantations ou encore celle du Premier ministre israélien est plus que palpable. C’est ainsi que les religieux sont catalogués d’office « d’Ultras », installant une  « ségrégation machiste » car étant, évidemment, de « dangereux détraqués sexuels » qui s’excitent « sur des fillettes de huit ans ».

Ceux cherchant des nuances n’en trouveront aucune !

Les Juifs habitant la Judée et la Samarie sont qualifiés par ce ‘’journaliste’’ « d’illuminés » ou encore « d’edennistes violents ». Là encore pas de nuances.

Cependant, le pompon est réservé à Benjamin Netanyahou.

Ainsi, selon Juffa, il « est probablement l’un des pires premiers ministres qu’aient expérimenté les Israéliens » ;  il « favorise les intérêts politicards de sa coalition, au détriment de l’intérêt général d’Israël » ; « Sarkozy, qui s’y connaît en la matière, a raison : Netanyahu ment à tout le monde et tout le temps » ; « c’est un mini-politicien. Un homme d’Etat privé d’envergure ».

Le tout attesté sans la moindre démonstration !

Etienne Durannier, journaliste généraliste à la Mena a aussi publié ses ‘’vœux’’ sur le Premier ministre : « Netanyahu, à mon avis, va payer cet aveuglement au prix fort lors des prochaines élections ; il se trompe en croyant qu’il peut survivre politiquement en ayant uniquement recours au discours démagogique. (…) D’autre part, son parti pris en faveur des edennistes excède la majorité de mes compatriotes, qui n’embrassent pas les causes de l’extrême droite et des hyper-religieux ».

Il conclut : « Pour l’avoir oublié, Bibi va bientôt faire ses valises, à en croire les bruits qui s’élèvent de la rue, et dont je suis à l’écoute ».

Est-ce une information ? Un scoop ? Rien de tout cela ! Chacun, lui-même à l’écoute de ce qui se dit dans les rues israéliennes et ailleurs, sait que pour que ‘’Bibi fasse ses valises’’ démocratiquement il faut encore qu’une majorité d’électeurs israéliens le veuillent.

Aux derniers sondages, Netanyahou est toujours leur favori. Ce qui décoiffe, on le voit, Durannier et son rédacteur en chef et les obligent à tenir des propos haineux et des prédictions très éloignées d’analyses intelligentes pour tenter d’inverser la tendance. Ce qui les transforme en idéologues et les détourne de la déontologie qu’ils exigent de la part de leurs confrères, français entre autres.

Une autre minorité de Juifs, violente celle-ci, divise la société par ses gestes à l’encontre de ses coreligionnaires. C’est ainsi qu’un enfant de quatorze ans, sortant d’une Yeshiva de Haïfa a été récemment rossé parce que religieux. Des soins hospitaliers lui ont été nécessaires.

Un adulte, portant chapeau et papillotes, a été giflé par une femme qui lui a ensuite craché dessus, et des graffitis insultants ont été retrouvés dans les quartiers peuplés principalement d’orthodoxes.

Signes, s’il en fallait d’autres, que l’intolérance ne vient pas que d’un seul camp !

Une troisième minorité, une frange des Haredim, détourne, quant à elle, l’histoire commune du peuple juif. C’est ainsi, lors d’une manifestation dans le quartier de Mea Shearim à Jérusalem, que des étoiles jaunes ont été portées et des enfants déguisés avec la tenue de déportés. Sans oublier les slogans scandés comparant les laïcs israéliens aux nazis.

L’excuse officielle étant que cette population subit une « Shoa intellectuelle » du reste de la population. Eux qui se veulent sicaires et que l’on retrouve trop souvent, parmi d’autres tyrans, aux côtés de ce Président Iranien qui conteste la réalité de la Shoa et combat l’existence de l’Etat d’Israël !

Comme on le voit, ces petites minorités mais aussi d’autres, plus bruyantes que nombreuses, servent au final par des objectifs individualistes les desseins de ceux qui recherchent une guerre des Juifs pour mieux en finir avec le projet sioniste. Leurs fanatismes sont leur tribune commune. Qu’elles soient politiques, laïques ou religieuses, leurs intransigeances, à l’égard de l’autre différent, détruisent Israël à petit feu par le jeu de la démocratie.

Aux démocrates donc, à cette très grande majorité d’Israéliens, de rappeler -à tous ces Juifs qui divisent- les valeurs de la société israélienne mais surtout les lois qui la régissent.

23 commentaires:

Marcoroz a dit…

La plupart des noms sous lesquels sont signés les articles de la Mena sont des noms inventés. C'est dur à nier. Et il y a probablement plus de pseudos que de personnes réelles derrière ces pseudos.

sinatus a dit…

Forcer tous les juifs à vouloir penser comme vous est plus un acte de division qu'une opposition politique saine en démocratie.

Victor PEREZ a dit…

Sinatus,

Ou ais-je souhaité que chacun pense comme moi ?

Ceci dit, la démocratie ce n'est pas du chacun pour soi.

sinatus a dit…

Non c'est du vivre ensemble et je ne crois pas que qualifier ceux qui n'ont pas votre opinion de juif haineux ou de traître aide.
Critiquer un gouvernement démocratique, par contre est intéressant

Victor PEREZ a dit…

Sinatus,

Le vivre ensemble c'est défendre d'abord sa chapelle ?

Que se passera t-il si chacun reste sur son individualisme ? Tout simplement la dislocation du pays.

Pour éviter ceci on élabore des lois, des règlements et des coutumes pour que le vivre ensemble puisse se réaliser. A chacun de s'y résoudre.

Vous confondez comme beaucoup la critique et les combats idéologique, religieux, laïque et autres.

Anonyme a dit…

Stephane passe par des phases erratiques:il est parfois très brillant mais dans ses voeux 2011, il est franchement lamentable !
Je le souçonne d'etre maniaco dépressif...
Je pense que son traitement au lithium devrait etre réévalué.
Marcoroz pourrait avoir en outre raison: Tsadik et Juffa pourraient etre la meme personne !

trumpeldor

sinatus a dit…

"Pour éviter ceci on élabore des lois, des règlements et des coutumes pour que le vivre ensemble puisse se réaliser. A chacun de s'y résoudre."

Je suis on ne peut plus d'accord avec cette affirmation. Et dans une démocratie la critique et la liberté d'expression font (devraient faire) partie de ces lois, coutumes et règlements.

La forme de "république parlementaire multipartite et de démocratie libérale qui a adopté le suffrage universel" est claire pour chacun, mais une constitution serait bien pour clarifier les droits et devoirs des citoyens : est-ce une théocratie, un "état juif" ou une démocratie laïque? Ces règles seraient intéressante à connaitre pour un débat tel que celui-ci.
Vous avez mis sur le tapis les lois, coutumes et règlements. Alors il serait intéressant de connaître les règles du jeu afin de savoir si le débat politique va à l'encontre de ces lois, coutumes et règlements. Est-ce que critiquer la politique de son pays est une trahison? Est-ce que critiquer la politique de son pays en étant juif est une trahison? Est-ce que critiquer la politique d'un pays étranger en étant juif est une trahison?...
Que penser du "Dreyfus israélien" Azmi Bishar par exemple?

Pour simplifier, j'aimerais connaître vos règles du jeu. Cela éviterait beaucoup de malentendus.

Victor PEREZ a dit…

Sinatus,

Plus vous commentez, plus vous vous enfoncez.

Que vous posiez la question de savoir si Israël est une théocratie est plus que comique de la part d'un individu cherchant la précision comme vous.

Que vous posiez la question de savoir si Israël est un état juif ou un état laïque, autrement dit de tous ses citoyens, démontre votre parti pris dans le conflit.

Autrement dit, la question que vous posez est: Israël est-il oui ou non l'état du peuple juif.

Le monde musulman a déjà répondu qu'il n'y avait nul besoin de constitution pour répondre à cette question.

L'éradication totale de ce pays sera sa seule réponse.

Et lorsque vous comparer Dreyfus à Azmir Bishara complète le tableau vous concernant.

Bref! On comprend mieux votre exigence de ''démocratie'' en Israël qui n'est autre qu'une exigence d'anarchie menant à la guerre des Juifs que vous attendez impatiemment.

sinatus a dit…

Je n'exige rien du tout. Chaque nation fait ses choix ou non-choix par elle-même. C'est juste qu'une position claire aide à analyser ce que vous appelez division.

Amusante votre conclusion dans laquelle vous parlez d'anarchie (anarchisme ou bordel?) et de "guerre des juifs". Qu'appelez vous guerre des juifs?

De même, si aujourd'hui parler de théocratie est ridicule, qu'en sera-t-il demain? Si la droite fait toujours plus de concessions aux religieux? De même, que signifie précisément "état juif", en dehors d'un moyen d'éviter de négocier la paix?

Répondre à ces questions simple, mais jamais explicitée, permettra de mieux comprendre vos positions.

Quand à ma comparaison, nous parlons bien "d'ennemi intérieur" par égard aux origines culturelles ou cultuelles, non?

Victor PEREZ a dit…

Sinatus,

Juste un point, le reste n'étant inintéressant.

Etat juif ne vaut pas plus ni moins que n'importe quel autre état de la civilisation occidentale.

A savoir, parler la langue de la majorité, adopter son drapeau, ses fêtes religieuses, ses jours de congés, sa monnaie, sa culture, son histoire, etc...

Vous posez vous la question ce qu'est un état occidental ? Que cela soit l'état français, allemand, espagnol, italien,...

Evidemment que non! Et pourtant, je ne vois aucune différence avec l'état juif!

Et vous ?

Ce qui ne vous empêche nullement d'affirmer, du haut de votre propagande, que cela empêchera toute paix. Vous avez bien appris votre leçon!

Pour beaucoup, je sais qu'un bon juif est un juif mort.

Pour vous aussi ?

sinatus a dit…

Etat de la civilisation occidental... Je ne me suis jamais posé la question sur ce fourre-tout qui regroupe parfois une région, Europe-USA, parfois des "valeurs" communes, ou des alliances politiques (Israël par exemple)

La liste que vous me donnez ne correspond qu'à une partie de la définition de tout état, Juif ou non. En fait il manque les frontières, ce qui empêche la rédaction d'une constitution, ce qui empêche Israël de définir clairement son statut et le contrat social qui régit l'état.

Commencez donc par vous définir vous même en établissant ce contrat. Et dans un second temps la reconnaissance arabe d'Israël reconnaîtra de facto le caractère juif (ou autre) de la constitution israélienne.

Donc
1_ Nethanyahu demande à ses "partenaires" de reconnaître le caractère d'un état qui ne l'a pas encore fait lui-même.
2_ Il pose les conditions sine qua non de la paix à cette condition.
3_ Il sait très bien que ça va bloquer les négociations.

Bref qu'en concluez vous? Qu'il fait tout pour la paix je suppose....


Pour en revenir à la division elle est inhérente au bordel constitutionnel. On ne peut pas accuser quelqu'un de trahir un contrat social qui n'existe pas. A moins que chaque chapelle ne définisse ce que devrait être ce contrat, et là en effet c'est du n'importe quoi, de la division et du "pas-vivre-ensemble". Mais chaque chapelle, en porte une part de responsabilité. Vous, autant que les journalistes que vous critiquez.

Victor PEREZ a dit…

Sinatus,

Je vous plains d'être aussi lobotomisé par la pensée anti-israélienne à laquelle tout doit être ramené.

Il faut donc des frontières pour avoir une constitution ?

Ainsi, si la France, par exemple, perd une guerre et ses frontières se modifient la constitution ne sera plus valable ?

Depuis quand une constitution est élaborée à partir de frontières ???????

Puis venir me dire que les arabes attendent que les Israéliens se pourvoient d'une constitution pour pouvoir reconnaître ce pays est d'un grotesque qui m'empêche de perdre encore mon temps à vous répondre.

Je vous souhaite de vivre un jour dans un pays comme Israël. Vous saurez enfin ce qu'est une démocratie et un peuple qui cherche la paix.

Naibed a dit…

On devine tout de suite, sous ce discours empreint de duplicité constante, et camouflé sous une moralité de façade, le gauchiste (et/ou le Mohammerde) qui se cache derrière le pseudo de "sinatus", et qui avance masqué pour promouvoir son racisme anti-juifs.

Ce genre de personnage, de tartuffe, use toujours de la même rhétorique et des mêmes ficelles basées sur des «principes» «sacro-saints»:

1. le sacro-saint principe du «vivre ensemble» (comprendre: le «vivre ensemble» des poules et des renards - et, de préférence, à l'intérieur du poulailler!) qui interdit absolument de désigner l'ennemi et de le démasquer ! A fortiori, quand c'est la cinquième colonne, qui ronge le pays de l'intérieur (ou depuis la diaspora) !!!

2. le sacro-saint *droit* de critiquer l'État d'Israël (comprendre: pratiquer impunément ce jeu de massacre, qui consiste à utiliser systématiquement le double-standard, pour discréditer, délégitimer et diaboliser l'État juif (la règle des 3D). D'ailleurs, ça les énerve et les insupporte au plus haut degré, toutes ces "sinatus" et consort, qu'on puisse s'obstiner [1] à parler d'État juif, car ça leur rappelle trop que les juifs sont encore majoritaires dans leur propre pays, et libre de décider ce qu'ils veulent, sans tenir compte des contraintes supplémentaires que rêve de leur imposer le reste du monde !!!

(NB: mutatis, mutandis, ces mohammerde, et leurs suppôts gauchistes, pratiquent la même technique, mais - pour le moment! - à une échelle plus réduite, vis-à-vis de l'Amérique, et de l'Occident en général! Des pays dont les dirigeants feraient mieux de cesser, par lâcheté ou opportunisme, de participer à ce jeu de massacre, et se ranger résolument aux côtés d'Israël pour lutter contre ces pseudo-"palestiniens" et contre les musulmans du monde entier, ces vecteurs "modérés ou immodérés d'une secte totalitaire raciste anti non-musulmans sous couvert d'une idéologie militaro-religieuse, abusivement rebabtisée de "religion". Ainsi que contre les salopards de gauchistes - majoritairement socialistes, mais aussi libéraux, d'ailleurs - qui les soutiennent sous couvert d'un pseudo «antiracisme» stalinien rebabtisé «multiculturalisme»: cette saleté abjecte concotée à base d'hypocrisie, de solidarité et de respect à sens-unique, et de relativisme moral et culturel)

Lorsque ce "sinatus" demande quelles sont vos «règles», ce qu'il vous reproche implicitement, c'est de ne pas respecter ses deux règles à lui (voir ci-dessus). Ca dérange fortement un tartuffe comme "sinatus" que vous perturbiez ce paisible jeu de massacre où des [alter-]juifs sont mis en avant, au premier cercle des ennemis qui entourent Israël pour tirer à boulets-rouges sur ce pays, au travers de ses institutions et de ses dirigeants ! Surtout que vous interrompez cette hypocrisie qui permet aux autres ennemis implacables, les nazimusulmans et les gauchistes nazislamistes, situés sur des cercles en retraits, de se parer d'une apparence de légitimité et d'objectivité (vous voyez: même des juifs reconnaissent le bien-fondé de nos actions malveillantes, et notre désir - "légitime" d'en finir avec cet État).

Vous, non seulement vous renvoyez les boulets à leurs expéditeurs, mais vous les identifiez nommément, traquant sans relâche leurs écrits, leurs actes, et démasquant leurs traitrises, grandes ou petites! Vous n'avez pas compris que le droit de critiquer ne pouvait fonctionner que dans un seul sens, et pas dans l'autre !!! Celui qui convient à tous ces traîtres et autres salopards immondes que vous démasquez et désignez à l'opprobe des justes ! Car ils craignent la revanche, qui risque de venir un jour contre ces ennemis d'Israël et de ceux, juifs ou non-juifs, qui soutiennent cet État courageux !!!

[1] et a fortiori, quand ce sont des non-juives comme moi qui parlent - avec respect - d'État Juif !

sinatus a dit…

Bottage en touche. Joli.

Les frontières sont nullement nécessaire à une constitution, mais l'absence de frontières est un argument qui fut utilisé pour justifier le fait qu'Israël ne s'en dote pas encore.

Mais ceci est un détail. La question posée que vous avez soigneusement évitée est : comment demander aux autres de caractériser un état qui ne l'a pas encore fait lui-même? Et poser ceci en condition absolue pour la paix est déplacé semble-t-il.

Qualifier ce questionnement légitime d'anti-israélisme à tout prix me semble également déplacé.

Ensuite, je suis persuadé que le peuple israélien cherche la paix. Les actes de ses gouvernements me semblent aller contre cette volonté populaire. Essayons de ne pas mélanger les choses.

C'est pour cela que je considère qu'un discours politique différent de l'officiel, loin de diviser, est sain pour la démocratie.

Victor PEREZ a dit…

Sinatus,

Arrêtez donc de tourner autour du pot. Il pue ce pot.

Il ne s'agit pas, pour le peuple juif, de demander à quiconque la permission d'être juif ou de vivre selon ses envies.

La reconnaissance de l'état juif est là pour contraindre le monde musulman à voir en Israël l'état du peuple juif.

A signer la paix avec l'état tel qu'il est et non pas tel qu'il espère qu'il devienne avec le temps et le retour de centaines de milliers de "réfugiés".

Et tant que ce monde ne fera pas cet effort la paix ne viendra pas.

C'est simple ! non ?

Mais êtes vous en mesure de comprendre cela ? Au vu de vos commentaires, je suis sûr que non.

Anonyme a dit…

comparer Dreyfus et bishara, alors que l'un fut le bouc émissaire de l'antisémitisme et l'autre servant l'antisémitisme musulman et refusant de se présenter à un procès est plus qu'ecoeurant.

une telle comparaison vous catalogue un bonhomme

moshé

Victor PEREZ a dit…

Moshé,

Il n'y a pas que cette comparaison nauséeuse qui classifie Sinatus dans un camp situé très loin des valeurs universelles et droit de l'homme.

sinatus a dit…

Moshe, si vous observez le monde uniquement autours d'un antisémitisme, majoritairement réel si l'on parle de la France de Dreyfus, mais beaucoup plus fantasmé et instrumentalisé lorsque l'on parle d'Israël. Alors vous avez raison, la comparaison est immonde.
Si par contre vous considérez Israël comme un état "normal", inscrit dans le jeu des nations, alors la comparaison l'est beaucoup moins.
M. Bishara est un des boucs émissaires de la propagande anti-arabe qui fait rage dans le monde occidental et ses satellites.
Tout dépend d'où on observe. A travers un prisme idéologique, ou au travers d'un prisme qui prend en compte d'autres éléments.

Victor Perez, votre réponse est un évitement à la question. Le problème des pseudos réfugiés est indépendant de l'exigence. Lier les deux n'a aucun sens. Signer la paix avec Israël reconnu comme état légitime impliquerait le déferlement des réfugiés, alors que signer la paix avec Israël reconnu comme état juif l'empêcherait. Ca ne tient pas la route.
Vous voudriez dire que si Netanyahu signe un accord de paix en tant qu'état légitime il ne négociera pas les frontières et confiera sa politique d'immigration au Hamas? Vous devriez changer de chef dans ce cas.

Je vous laisse la conclusion "A signer la paix avec l'état tel qu'il est et non pas tel qu'il espère". Tel qu'il est, c'est à dire sans constitution qui affirme le qualificatif de l'état, et dans lequel le débat sur cette qualification, ses bénéfices et ses dangers est en cours.

La droite dure demande au monde de ratifier ce point crucial à la place du peuple israélien, n'est-ce pas cela qui crée des divisions bien plus graves que celles dénoncées ici?

Victor PEREZ a dit…

Sinatus,

Bishara a réellement trahi en balançant des renseignements au Hezbollah, Dreyfus fut victime de traîtres à la France. Il n'y a donc aucune comparaison valable.

Et si Bishara est innocent pourquoi s'est-il enfui ?

A trop vouloir éviter la vérité vous créez de l'absurde.

Quant au reste cela ne vaut guère mieux.

En quoi une constitution fera admettre au monde musulman la nécessité de reconnaître Israël comme étant l'état du peuple juif et non le pays où doivent retourner les "réfugiés" ?

C'est là où réside le noeud du conflit. Et vous faites semblant de ne pas le comprendre en faisant diversion sur une constitution dont le peuple juif se fout royalement actuellement.

Répondez à ces questions face à votre miroir et vous découvrirez toutes les stupidités que vous annônez pour tenter de vous justifier.

sinatus a dit…

Nous ne sommes pas sur le même point en fait. En quoi le fait que les musulmans reconnaisse état juif est il le noeud?

La première des choses serait que les partenaires se reconnaissent déjà comme interlocuteurs crédibles et comme état légitime. La deuxième que les frontières soient clairement établies ainsi que la légitimité/souveraineté de chacun dans ses frontières. Ce qui règle le problème des pseudos-réfugiés, la souveraineté dans ses frontières.

Pour reprendre la métaphore du tout petit père des peuples, pour réparer une table, il vaut mieux utiliser des clous et des planches que de demander à ce qu'elle soit reconnue catholique.

Je ne jette pas la pierre uniquement à Israël pour le bloquage des négociations. Les deux ont leurs torts. Mais avouez. L'OLP a reconnu l'état israélien il y a 20 ans, et là au lieu de reconnaître un début d'état palestinien, les négociateurs demandent que les palestiniens reconnaissent le caractère de l'état israélien. Caractère même pas officiel en Israël même!

Victor PEREZ a dit…

Sinatus,

Soit, vous ne connaissez rien au conflit, soit vous êtes -au mieux- un idiot utile à la cause antisémite.

Vous me dites que les frontières régleront " le problème des pseudos-réfugiés"....

Vous me dites aussi que " L'OLP a reconnu l'état israélien"

Le hic, est que le monde musulman EXIGE le retour de ses pseudo "réfugiés" au sein même de l'état d'Israël si et même lorsque les frontières seront tracés définitivement.

Ce qui confirme que la reconnaissance de l'état du peuple juif n'est que du vent et que leur lutte finale n'est que l'éradication de celui-ci par le jeu de la démographie.

Devant autant de stupidités dites en si peu de lignes, vous comprendrez que je cesse ce dialogue stérile et peu instructif.

Musical a dit…

Musical a dit:
Il est assez révélateur de la guerre de délégitimation d'Israel à laquelle se livrent ses ennemis que d'avoir a discuter aujourd'hui du caractaire juif de cet Etat!
Le plan de partage adopté par l'ONU en 1947 mentionnait explicitement la création d'un Etat Arabe et d'un Etat pour le peuple Juif...Il est curieux qu'on en revienne a remettre en cause comme si de rien n'était ce principe fondateur internationnal!A l'époque tout le monde avait compris ,même les Arabes qui ne l'avaient et ne l'on toujours pas accepté.
La propagande antisémite et le négationisme islamiste auquel se rallient les "idiots utiles" et certains Etats en Europe victimes consentantes qui font semblant de ne pas voir et comprendre oblige Israel à poser la vraie question fondamentale de reconnaissance pour une paix véritable c'est a dire celle des coeurs et des esprits : RECONNAISSEZ-VOUS ISRAEL COMME L'ETAT DU PEUPLE JUIF !
Et c'est là que l'on voit tous les MASQUES tomber...Car la réponse est simple pour qui veut vraiment une Paix véritable et définitive,pas simplement une trêve (la houdna) selon la tradition et la culture Arabe qui n'est qu'attente de son propre renforcement ou de l'affaiblissement de l"autre ,qui reste l'ennemi à détruire in fine car définitivement considéré comme illégitime sur ce qu'ils considèrent comme Terre d'Islam.

Victor PEREZ a dit…

Musical,

En un mot, l'antisémitisme n'est pas mort et même redevient tonique.

De tristes jours s'annoncent. Et pas seulement pour le peuple juif.