dimanche 22 janvier 2012

Que vaut la parole de Nicolas Sarkozy ? Rien !


Il y aurait beaucoup à dire sur le discours du Président Français du 20 janvier dernier concernant ses vœux au Corps diplomatique étranger.  Par exemple lorsqu’il affirme que « Les chrétiens d'Orient sont une des richesses de l'Orient. (…)  La France sera de façon déterminée à leurs côtés. (…) La France veille sur son territoire à ce que chacun puisse vivre son engagement religieux et le transmettre à ses enfants. (…) la France entend que sur tous les territoires du monde, il puisse en aller de même pour toutes les minorités religieuses. C'est un sujet considérable qui touche absolument le cœur de nos convictions ».

Où était la France de Sarkozy lorsque les Coptes et les Chrétiens d’Irak se firent assassinés, ainsi que leurs lieux de cultes détruits, ou encore ceux sous juridiction de l’Autorité palestinienne (AP) et celle du Hamas obligés d’immigrer ailleurs ?

Où se cachait alors la France ? A n’en pas douter, très loin d’eux !

Autre perle : « En Syrie, nous ne pouvons pas accepter la répression féroce menée par les dirigeants syriens contre leurs peuples, répression qui conduit tout droit le pays au chaos ». Le chaos est bien là et la France toujours absente ! Officiellement parce que la Russie s’oppose à toute intervention militaire.

La France, puissance militaire ?

En ce qui concerne l’Iran, c’est cette dernière qui s’oppose, cette fois-ci, à une intervention militaire. Malgré que, dixit Sarkozy, « L'AIEA a révélé les progrès réalisés par le régime iranien dans sa course insensée vers la bombe nucléaire. La base militaire de Qom commence à produire de l'uranium hautement enrichi. Les dirigeants iraniens ont menti, pas une fois ; les dirigeants iraniens ont menti de façon continue et à tout le monde ».

Nonobstant ceci nous dit-il, « Tout doit être fait pour éviter une intervention militaire » (sic). Les ayatollahs en sont surement tout ragaillardis !

Par ces trois petits échantillons prélevés dans ce discours qui se veut orientation politique, on s’aperçoit rapidement que la France n’est autre que vent quant à la défense des valeurs de la civilisation occidentale et de la paix de la planète.

Quel poids accorder en conséquence à l’assurance que donne le Président Français quant à la sécurité d’Israël ?

« La position de la France est claire. Nous n'accepterons jamais que soit mise en cause la sécurité d'Israël. Nous le disons à chacun. Israël n'est pas seul. La naissance d'Israël, au tournant de la moitié du XXème siècle, est un fait politique majeur de l'Histoire du monde, au lendemain de la tragédie de la Shoah. Ceux qui menacent l'existence d'Israël doivent savoir que nous n'accepterons jamais la disparition, la mise en cause de l'intégrité de ce pays. »

Quelle considération octroyer à cette promesse si l’on se souvient que lors d’une réunion de cabinet, le 27 septembre 2011, le président français rentrant de New York, où il avait participé à l’Assemblée générale des Nations Unies, avait déclaré qu’« Il est ridicule de parler d'un État juif  (…) Ce serait comme de dire que cette table est catholique. Il y a deux millions d'Arabes en Israël ».

Le monde musulman partage ce même avis mais pas sur la pérennité de l’Etat d’Israël entant que refuge du peuple juif à majorité juive et état héritier de la culture juive !

Est-ce cela qui est ridicule et nocif à la paix ou bien l’exigence d’un droit au retour de centaines de milliers de « réfugiés » au sein même de l’état juif ?

La France viendra t-elle alors au secours des Juifs devenus minoritaires dans leur propre pays par l’arme de la démographie alors qu’elle ne fit et ne fait rien pour les « chrétiens d’Orient » si chers, paraît-il, à son cœur ?  

Qui peut soutenir une telle hypothèse ?

Où se trouve le courage français et la détermination française à résoudre ce conflit si l’on sait que JAMAIS l’administration politique sarkozienne, mais pas seulement, ne s’est élevée contre le monde musulman afin qu’il abandonne l’exigence d’un  ‘’droit au retour’’ alors que la « Palestine » à naître sera, quant à elle, purifiée de tout juif ?

Où se situe la France, patrie des Droits de l’homme, lorsqu’après avoir soutenu l’entrée des ‘’Palestiniens’’ à l’UNESCO, « organisme qui met l'éducation et la culture au service de la Paix » dixit Sarkozy, elle se tait lorsque la plus haute autorité religieuse palestinienne, le Mufti Muhammad Hussein,  présente, lors du 47e anniversaire du Fatah retransmis sur la chaîne de l’AP, le meurtre des Juifs par les musulmans comme un but religieux de l’Islam ?

Est-ce cette culture que prône l’Unesco ?

La France, comme on le devine aisément par ces petites questions, est absente du nœud du conflit proche-oriental, mais aussi de la réalité concernant la planète. Ses hommes politiques se réfugient dans des discours creux, se gorgent de mots tout en s’éloignant du concret et des solutions réelles dont la planète a besoin. Seul l’auditoire du moment modifie quelque peu la teneur du discours. Quête de suffrages oblige ! La ligne directrice, quant à elle, ne varie guère. Des raisons mercantiles et la paix de la population sont les raisons justifiant une telle couardise !

L’alternance présidentielle, si elle a lieu en mai prochain, ne changera strictement rien à la politique étrangère française. Cela sera bonnet blanc ou blanc bonnet.

Aux défenseurs des valeurs universelles à en prendre bonne note !

6 commentaires:

jacques.roffe@hotmail.fr a dit…

Effectivement les mots de Sarkosy sont vides de sens dans la mesure où aucune mesure pratique n'est envisagée pour permettre leur application. De surcroît, ils sont très souvent empreints de cynisme, comme cela fût le cas lors du diner du CRIF, où Sarkosy flatta l'audiovisuel public en réponse aux propos de Richard Prasquier, qui venait de déplorer le fait que la vérité n'ait toujours pas émergée, sur les écrans de France 2 et autres chaînes, à propos de l'affaire Al Dura.En France, il semble qu'aucun média, hormis les médias Juifs, notamment sur le net, n'ait fait état du discours islamo-nazi du mufti de l'autorité arabe trans jordanienne du négationniste Mahmoud Abbas. Il s'agit avant tout de préserver l'image de "palestiniens modérés" d'Abbas et de ses sbires, que l'on veut imposer dans l'esprit du public français. En France, c'est devenu une évidence d'estimer que Sarkosy dit tout et n'importe quoi. La preuve en est que lorsqu'on le désigne sous le nom de Pinocchio, tout le monde sait de qui l'on parle.

Rony d'Alger a dit…

Pourquoi mettre mon adresse mail alors que j'avais mis un pseudonyme ?

Rony d'Alger a dit…

Merci d'effacer mon adresse mail qui a été mise par erreur car le choix d'un identité n'est pas très clair. Certes j'aurais dû tester l'aperçu.

Victor PEREZ a dit…

Rony d'Alger

Si vous êtes Jacques.roffe, je ne peux supprimer votre adresse émail sans supprimer votre commentaire.

A vous de me dire ce que vous désirez.

loubis a dit…

Bonjour Victor , je partage votre analyse.

simonviolet a dit…

Israel peut compter sur la France à peu près comme quand Tsahal avait évacué le liban sud il y a une dizaine d'années et qu'on garantissait à israel la paix maintenant que le hezbollah n'avait plus de raison de tirer ses roquettes;
malgré toutes les promesses et les garanties,les roquettes ont continué de pleuvoir,et il a fallu engager une guerre,et comme toujours israel ne peut et ne doit compter que sur elle-même