samedi 30 novembre 2013

Elie Barnavi trace l’horizon de l’Etat d’Israël

Dans une opinion publiée sur I24news, Elie Barnavi s’interroge : « Où en sera Israël à l’"Horizon 2020" ? ». Il s’agit là, bien sûr du huitième programme-cadre de recherche et développement de l’Union Européenne pour la période 2014-2020 dénommé Horizon 2020, lequel l’Etat d’Israël a décidé d’y participer malgré l’oukase européenne d’exclure financièrement toutes les entités israéliennes situées au-delà des « frontières de 1967 ». Décision européenne qui trace d’avance les frontières de l’état juif alors que l’UE est garante des Accords d’Oslo stipulant que celles-ci doivent être négociées directement entre les belligérants.

« Capitulation » israélienne  qui effraie l’ancien ambassadeur d'Israël en France qui conclue :

« Mais cela donne un avant-goût de ce qui adviendra le jour où les alliés majeurs d’Israël, les Etats-Unis et l’Europe, décideront que le jour est venu de traduire leurs principes dans les faits.

Ce jour-là, il ne sera plus question d’une poignée d’euros, mais de la survie de l’Etat juif. »

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog.

La science fiction n’étant apparemment pas l’art premier de l’auteur, il laisse à l’imagination de chacun ce qu’Israël doit faire pour arrêter de ‘’lasser’’ ses « alliés majeurs » et assurer sa survie ? Y réfléchir semble lui être inintéressant ! Ce qui est plus que surprenant pour un ancien ambassadeur sensé et habitué à prévoir l’avenir politique immédiat !

Si l’on se fie aux exigences musulmanes et aux sympathies et intérêts diplomatiques et mercantiles de l’UE, chacun se doutera de ce que doit entreprendre « l’entité sioniste » pour survivre.

L’Autorité palestinienne refuse absolument que Tsahal garde les frontières de la « Palestine » à naître. Faut-il, en conséquence, qu’Israël mette entre les mains de l’OLP, voire du Hamas sa sécurité ? Ces derniers ayant déjà fait fuir les ‘’courageux’’ observateurs onusiens chargés par des accords internationaux de surveiller la frontière égypto-gazaouite, chacun doutera fortement que même le plus consensuel israélien accepte cette revendication !

L’Autorité palestinienne (AP) réclame le « droit de retour » pour les « réfugiés » qui désireraient ‘’revenir chez eux’’ en Israël même. Doit-on permettre à des centaines de milliers d’étrangers d’intégrer l’état juif et, ainsi par la démographie, participer volontairement à son éradication ? Des centaines de milliers préférant, comme il se doit, habiter un pays prospère et démocratique plutôt qu’une dictature où la corruption règne en maître. Le quidam israélien, toujours aussi consensuel, mettra t-il l’avenir de ses enfants entre les mains d’individus n’ayant que de la haine envers ceux qui leur ont  ‘’volé‘’  leur ‘’Palestine’’ en 1948 ?

On gage que non !

« Le troisième lieu saint de l’Islam » doit être, dixit les ‘’faiseurs de paix’’ de l’AP, entièrement entre les mains de l’Islam. D’ailleurs, ne se trouve t-il pas hors les limites des « frontières de 1967 », lesquelles doivent-elles être celles de l’état juif ? Le peuple juif doit-il, en conséquence et toujours pour garantir sa survie, renoncer au le lieu le plus saint de sa religion et le céder à l’Ouma alors que cette ville n’est pas même citée dans le Coran ?

Comme chacun peut le voir, trois sujets parmi d’autres qui font que l’Etat d’Israël, état du peuple juif, soit se démet et met sa survie en péril et annihile sa raison d’être, soit s’y refuse et met…sa pérennité en danger car lassant ses alliés majeurs occidentaux.

Deux choix mais une seule fin !

Le hic de cette triste conclusion étant, évidemment, que l’ex-ambassadeur contribue, jour après jour, à nuire, par ses articles idéologiques, à l’état qu’il dit aimer ! Une doctrine qui justifie et légitime la contrainte exercée sur le seul peuple incontestablement prêt à une paix réelle.

On aurait cependant tant apprécié qu’il nous donne, de temps en temps, des indications précises quant aux gestes que doivent faire les ‘’Palestiniens’’, ceux-ci refusant jusqu’à reconnaître au peuple juif son droit à l’autodétermination sur la terre ancestrale, voire tout simplement sur la terre attribuée par le droit international dont ils sont prompts à réclamer son application.

Cela sera-t-il pour un prochain article ? Seuls les naïfs le croiront !

3 commentaires:

zicki71 a dit…

Israël ne cèdera pas aux diktats de l'EU ni des USA .Les premiers agitent le bâton des menaces de sanctions contre Israël s'il continue à poursuivre sa politique de constructions "illégales" et le Président Obama fait pression sur Israël directement par
Kerry et indirectement en signant un accord avec l'Iran (laissant ce pays libre d'arriver à ses fins : la construction de la bombe atomique avec ses conséquences).
Une dernière observation sous forme de question : QUELLE(S) CONCESSION(S) L'A.P A'-T-ELLE FAIT JUSQU'A' PRESENT QUI PERMETTRAIENT LA CONCLUSION D'UN ACCORD DE PAIX AVEC ISRAËL.
J'ai plûtot l'impression que non seulement les positions entre les 2 parties ne se sont jamais rapprochées pas mais qu'elles s'éloignent de plus en plus à cause des l'insistance de la part de l'A.P. (et des Occidentaux) a considérer "illegales" toutes les
constructions au delà de la "ligne verte" et aussi à "Jérusalem-Est"
de l'exigeance palestinienne de faire de cette partie de la ville la capitale d'un EVENTUEL futur Etat Palestinien, du "retour des réfugiés" palestiniens
et du retour aux LIGNES D'ARMISTICE ( pas de "frontières" ) d'avant 1967.
Accepter de telles exigeances serait cautionner et justifier toutes les attaques et les
guerres menées contre Israël et effacer toute trace comme si rien ne s'était passé surtout que la volonté de la part de plusieurs organisations terroristes palestiniennes de"libérer la Palestine" des Juifs est toujours d'actualité et est soutenue + ou - discrètement par l'A.P.








Ernest a dit…

Je rêve d'un jour où les deux pays réfléchiront, raisonneront, comme tout le monde. Sans religion, en civil, en citoyen.
Les deux pays sont pratiquement dessinés et il faut se mettre d'accord sur les réfugiés, sur la sécurité (surement avec une armée étrangère), sur l'avenir des "implantations", et surement sur deux ou trois autres points secondaires.
Pourquoi ne pas franchir le pas de la logique et de la paix ?
Les USA pourraient forcer les choses mais comme ça serait dommage d'en arriver là ! Un échec serait catastrophique quant à ses conséquences.
Ernest

Victor Perez a dit…

Ernest,

Pour ma part je rêve que l'Etat d'Israël soit reconnu comme l'état du peuple juif. Que celui-ci ait son droit, reconnu par l'Ouma, à un état sur la terre de ses ancêtres.

Cela serait un bon début !

Malheureusement, je ne rêve plus. Seule l'abandon de l'Islam sera la solution à ce problème.