samedi 23 novembre 2013

Charles Enderlin revisite l’histoire

Le quidam qui avait encore un doute quant au manque de neutralité journalistique de Charles Enderlin sur le conflit proche-oriental et sur la responsabilité de l’Etat d’Israël dans la poursuite de celui-ci ne pourra plus en avoir après la lecture de l’interview qu’il a donnée au site en ligne Lapresse.ca. Un entretien qui résume très bien la vision enderlinesque : « Impasse en Terre sainte ».

Avec de tel envoyé permanent à Jérusalem, l’antisionisme en Europe a encore de beaux jours devant lui !

On passera ici, entre autres accusations, sur l’éternelle responsabilité d’Israël quant aux échecs du plan de paix de 2000 ou sur la minorité israélienne qui arrive « à bloquer le processus politique et diplomatique » alors que la très grande majorité du peuple israélien est en faveur de la solution de deux états pour deux peuples et que la réciprocité n’est toujours pas de mise.

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog.

Mais l’on ne fera pas l’impasse, en revanche, sur ‘’l’histoire’’ racontée par celui qui est considéré par ses pairs comme LE professionnel du conflit ! Un ‘’pro’’ que chaque média qui ‘’s’honore’’ consulte.

Question du journaliste : « Sur le million de Juifs qui ont été expulsés de pays musulmans après 1947, ou les ont fuis ».

Réponse : « Je ne pense pas qu'on puisse faire une équivalence avec les réfugiés palestiniens de 1947 qui vivent dans des camps et n'ont pas été intégrés dans leur pays d'accueil. Les Juifs pouvaient aller en Israël, mais les Palestiniens ne sont ni égyptiens, ni syriens, ni libanais, ni jordaniens, même s'ils sont tous musulmans. La Palestine avait une culture, une langue et une histoire propres en 1947

On ne creusera pas ici sur le quitus qu’il semble donner aux pays d’accueil quant à la situation précaire des « réfugiés » encore en vigueur de nos jours. Des « réfugiés » qui après plusieurs générations ne sont toujours pas considérés comme natifs de ces pays par le journaliste ! Tout comme la propagande musulmane ! Coïncidence ?

On ignorera pareillement l’oubli que les « réfugiés palestiniens de 1947 » pouvaient ce rendre dans les territoires qui leur ont été attribué par la résolution 181 de 1947, plutôt que dans les pays frères, afin de créer un nouvel état arabe. Qui les en a empêché ?

L’intérêt de l’analyse ne se trouve pas là, mais dans le fait qu’à ce stade ce pro de la propagande ‘’palestinienne’’ n’ait toujours pas écrit de bouquin sur « la culture, la langue et l’histoire propre » des ‘’Palestiniens’’ avant 1947 ! Cette carence tient-elle au fait qu’il n’y aurait pas assez de matière pour ce faire ? Vraisemblablement ! A bien chercher, il n’existe pas un seul livre racontant le passé de ces Arabes de la Palestine mandataire restés sur la rive ouest du Jourdain après la naissance de la (Trans) Jordanie.

On aurait apprécié pourtant un livre qui nous raconte tout d’abord les frontières de leur pays nommé « Palestine » ! Selon toute encyclopédie, non encore trafiquée par les antisionistes, la Palestine n’a jamais été un pays mais une région s’étalant, avant 1946 et la création unilatérale de la Jordanie par la Grande-Bretagne, de la mer méditerranée (Est) jusqu’aux frontières de l’Irak (Ouest) et de celles de la Syrie (Nord) à celles de l’Arabie Saoudite (Sud).

On imagine aisément que pour les besoins de sa cause, Charles Enderlin réduit cette « Palestine » à la portion congrue située à l’ouest du Jourdain comme l’affirme si bien la propagande de l’Ouma. Exit donc le peuple jordanien avec ses culture, langue et histoire communes à celles des ‘’Palestiniens’’ et les quelques quatre-vingt pourcent du territoire qui lui fut attribué !

Toutes choses si gênantes pour la ‘’vérité’’ du journaliste !

On aurait par ailleurs tant aimé lire ‘’l’histoire propre’’ de ce ‘’peuple palestinien’’ avant 1947, voire même juste avant la conquête, en légitime défense, de la Judée, Samarie et de la bande de Gaza en 1967 par Israël ! Un ‘’peuple’’ qui avait oublié sa ‘’nationalité’’ dès lors que l’Egypte et la Jordanie occupaient les territoires de 1948 à 1967. Se sentaient-ils, alors, Egyptiens et Jordaniens ? Car nul ne se souvient d’un seul acte de libération ni même intention déclarée de leur part ! La seule ‘’Palestine’’ que l’Olp cherchait alors à libérer, en son nom dès 1964, était entre les mains des Sionistes !

Cette ‘’Palestine’’ s’appelle toujours Israël !

On aurait tant aimé s’instruire aussi sur les différences de culture entre les ‘’Palestiniens’’ et les occupants égyptiens et jordaniens ! Tout comme les différences de langages égyptien et jordanien avec le ‘’palestinien’’ !

Des questions, des demandes… mais pas de réponses ! Même Wikipédia ne les a pas !

Au final, à croire l’histoire revisitée par Charles Enderlin, dans la Palestine sous mandat britannique se trouvaient, avant 1946, trois peuples. Un peuple juif devenu israélien, et deux peuples arabes.

Bien malin il sera s’il peut confirmer par des preuves cette stupidité devenue cependant vérité internationale et à laquelle il contribue amplement ! Un livre de sa main à ce sujet est exigé ! L’écrira t-il ? Chacun en doutera fortement !

3 commentaires:

Anonyme a dit…

J'ai un jour pris le même avion que ce monsieur.
Je pense, après l'avoir vu de prés, qu'il aura fini de nuire très bientôt.

Anonyme a dit…

Que doit-on comprendre?

Que vous êtes ravi qu'un homme qui n'a pas votre opinion soit malade?

Victor Perez a dit…

Aux anonymes,

Un pseudo est ici exigé.