vendredi 3 octobre 2008

Zeev Sternhell et l’Etat juif

« Si les Palestiniens faisaient preuve de plus de clairvoyance, ils concentreraient leurs actions contre les colonies au lieu de mettre des bombes en territoire israélien ». Lire leurs actions terroristes à l’encontre d’autres Juifs demeurant dans les implantations de la Judée, de la Samarie et de la bande de Gaza. Ce conseil a été formulé par un spécialiste du fascisme dénommé Zeev Sternhell, professeur et historien de son état, dans une tribune virulente publiée en 2001 dans le quotidien Haaretz, journal dit de référence par tout ce que compte le ‘’gauchisme’’.

On peut s’étonner que cette apologie aux meurtres d’opposants politiques, car ce n’est rien d’autre, émis par un israélien ne fut pas suivi d’une condamnation judiciaire. On imagine facilement ce que serait la réaction de la police de la pensée dominante si un « extrémiste de droite » fait de même vis à vis de sympathisants de telle ou telle communauté israélienne, qu’elle soit religieuse, politique ou idéologique. Il serait, à coup sûr, saisi, jugé et condamné comme cela se doit dans une démocratie digne de ce nom et supporterait à vie la qualité de fasciste.

Rien de tout cela n’arriva à Zeev Sternhell. Au contraire ! Il fut sollicité, alors, par la bulle médiatique internationale aux fins d’expliquer au monde le ‘’mal’’ israélien et la raison de la poursuite du conflit. A savoir « l’occupation » et la « colonisation » israélienne. ‘’Maux’’ qui perdurent de nos jours et démontrent, après le retrait de la bande de Gaza en 2005, combien se sont égarés dans les méandres de l’antisionisme ceux qui faisaient cette analyse. Mais au-delà de cette constatation, il est aberrant de voir que ce membre fondateur de l’ONG « La Paix maintenant » affirme, suite à l’attentat dont il fut victime il y a peu, qu’il faut « s'occuper des criminels comme on le fait dans n'importe quel autre endroit au monde, c'est-à-dire qu'il faut les arrêter et les juger ».

Que n’a-t-il réclamé, alors, l’arrestation et le procès des criminels terroristes en lieu et place d’un appel à s’en prendre à d’autres Juifs !!!!!!

Dans le ‘’conseil avisé’’ de Zeev Sternhell aux ‘’Palestiniens’’, il est une question dont nul ne peut esquiver. Pourquoi ces derniers n’ont-ils pas suivi cette recommandation ? Pour quelles raisons les bombes humaines ont préféré prendre le risque d’être arrêtées lors d’un contrôle -et rater ainsi leurs démocides- pour sévir coûte que coûte en Israël même, alors que des Israéliens -soldats et ‘’colons’’- étaient à leur ‘’disposition’’ près de leurs villes et villages ?

La seule explication plausible est l’aide et le concours involontaires que leur apportent l’extrémisme de gauche et le mouvement « la Paix maintenant » dans la réalisation de leur objectif final. A savoir la disparition de l’état des juifs.

En effet !

•Qui peut prétendre que le retrait unilatéral de la bande de Gaza en 2005 ne fut pas surtout la résultante de la pression exercée par ceux qui croyait résoudre le conflit en mettant fin à « l’occupation » et la « colonisation » ? Retrait contre… contre rien, sinon la création d’une base terroriste dans le dessein final d’une éradication d’Israël.

•Qui s’élève contre l’idée d’un échange des territoires de la Judée et de la Samarie m² contre m² ? Territoires conquis lors d’une guerre de légitime défense en 1967.

•Qui s’oppose encore à la partition de la capitale du pays, Jérusalem ? Hier encore, un Premier ministre -démissionnaire malgré lui- a affirmé la nécessité de se retirer de l’est de la ville et de trouver une solution pour les lieux saints. Seront-ils, alors, librement accessibles aux religieux désirant s’y rendre ou faudra t-il réclamer un visa ?

Comme on le constate, le plan par étapes de l’Olp établit en 1974 est en phase finale. Bien que n’étant pas encore concrétisée, La ‘’Palestine’’ se dessine lentement et sûrement, sinon sur le terrain, dans la tête des premiers intéressés : les Israéliens. La lobotomisation et la culpabilisation ont permis cet accord tacite, alors que rien ne garantit la survie d’Israël comme état juif. Pas même cela !

Il ne reste plus qu’un ‘’détail’’ à solutionner pour que le monde musulman exprime sa joie et sa victoire totale contre les « singes et les porcs » mais aussi contre les « croisés ». La reconnaissance du « Droit au retour » des ‘’réfugiés’’ de 1948 et de 1967. Déjà en 2003 Yossi Belin, chantre de l’extrême gauche, avait négocié une vague formule dans les « accords de Genève ». Ehud Olmert, homme politique de droite, aurait, lui aussi, accepter l’idée d’un retour quantifié pour des « raisons humanitaires et de regroupement familiales ». Pour les négociateurs de l’Autorité palestinienne ces propositions ne sont pas encore suffisantes. Mais l’esprit est là. Ils ne leur restent plus qu’à attendre que le travail de fond du gauchisme face sa part et, par Allah, la Paix sera signée.

Oui ! Mais quelle paix ? Zeev Sternhell, comme tous ses collègues politiques, refusera alors, n’en doutons pas, d’assumer sa part de la faillite d’Israël, état juif, refuge pour les Juifs. Il aura toujours le loisir, cependant, de vivre entant que dhimmi dans ce que deviendra, ainsi, Israël, pays de tous ses citoyens.

3 commentaires:

Julien a dit…

Amos HAREL et Avi ISACHAROFF disent en substance la même chose (La 7e guerre d'Isräel) :
Si les auteurs des attentats avaient choisi de concentrer leur combat dans les Territoires afin d’y frapper soldats et colons, il se peut que leur espoir de voir la Cisjordanie se transformer en un nouveau Liban en feu aurait eu des chances de se réaliser.

Sinon c'est assez cocasse d'avoir choisit "la libre parole" comme sous-titre de votre blog... C'était le journal antisémite de Drumont qui s'est particulièrement distingué pendant "l'affaire Dreyfus"...

Nina a dit…

Mais enfin que se passe-t-il dans la tête de Macina ?
Pourquoi s'en prendre de manière si virulente aux propos de Stéphane Juffa ?
Les sous-entendus de Macina sont criminogènes et je m'explique.
Nous avons lutté tant et tant pour que l'affaire Al Dura et partant tout ce que la presse occidentale publie dans la désinformation et soudainement, par égocentrisme maladif, Macina commence à induire dans l'esprit des lecteurs que Juffa irait trop loin, qu'il serait mû par un racisme latent, voire par des dysfonctionnements psychiatriques pouvant biaiser la vérité.

J'en ai ras le bol de ce fourbe qui se regarde écrire et se permet de retoucher les articles des uns et des autres en employant ce ton péremptoire : "c'est moi qui ai raison !"

Avec des cocos comme Macina, Enderlin peut dormir tranquille...La division pour mieux régner peut lui faire gagner la partie et JAMAIS le bidonnage de cette affaire pourra émerger dans la presse nationale voire internationale.

Que peut-on reprocher à Juffa ? D'être tenace ? ET ALORS ???

Des hommes sont morts, des synagogues ont été brûlées, des gamins violentés et l'image d'Israel à jamais salie.
L'antisémitisme n'a jamais été aussi virulent, décomplexé.

Que veux MACINA ? Etre le maître-d'oeuvre décidant ici et là qui est cacher ou pas ?

Juffa énerve, Juffa ne lâche pas le morceau, Juffa sait écrire et sait analyser. Moi, cela me suffit. Je ne suis pas une décérébrée qui prend tout pour argent comptant mais dans le cas de l'affaire Al Dura, Juffa m'a redonné une sorte de dignité et un outils pour décrypter l'information.

Je rappellerai en dernier lieu que la MENA fut le seul organe médiatique à avoir donné à ses lecteurs un scoop que les autres médias israéliens et français Juifs ont mis quelques semaines avant d'en parler.
Ce fut le bombardement du site nucléaire Syrien.
En moins de 48 heures la MENA avait déjà fait le ménage et donné un rapport complet sur l'incursion israélienne qui fut une réussite.

Macina ne sait rien, il se contente de mettre en ligne des articles qu'il commente fort mal du reste. Il nous fait un coup de calcaire dès que sa petite personne se retrouve légèrement bousculée.
Si vous n'osez pas le dire, n'ayant pas de tribune moi-même (et n'en voulant pas), je le ferais donc à votre place : QUE MACINA ARRETE ET LAISSE SA PLACE !

Victor PEREZ a dit…

@Nina

Dites le! Dites le! Je vous autorise à utiliser les commentaires comme tribunes.

Mais tout cela vous pouvez le dire aussi à la direction de l'Upjf. Et notamment à son Président : bureau@upjf.org