mercredi 25 mai 2016

Les lois internationales confirment : la Palestine est israélienne

A l’heure où tant ‘’d’amis’’ de l’Etat d’Israël poussent à la Paix, peu ou prou, autour des paramètres Clinton, il est temps d’examiner quels sont les droits de ce pays selon les lois internationales. Non pas pour se positionner en contre à un futur accord entre les deux belligérants, mais plutôt pour jauger les solutions proposées et faire la part de choses entre la propagande et la réalité.

Après deux mille années de présence minoritaire et ininterrompue, de prières tournées vers Jérusalem, le gouvernement britannique, puissance mondiale du début du XXème siècle, a le 2 novembre 1917, par la lettre Balfour, accédé à la demande du peuple juif.

« Le gouvernement de Sa Majesté envisage favorablement l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif, et emploiera tous ses efforts pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte ni aux droits civiques et religieux des collectivités non juives existant en Palestine, ni aux droits et au statut politique dont les Juifs jouissent dans tout autre pays »

Reste à connaître les frontières de cette Palestine. C’est chose faite suite aux accords Sykes-Picot.


La Palestine du mandat britannique s’étendra de la méditerranée jusqu’à la frontière avec l’Irak et servira de pays pour y instituer un foyer national pour le peuple juif.

Sauf que ce territoire commença aussitôt à servir de monnaie d’échange pour la Grande Bretagne. Malgré la Conférence de San-Remo du 25 avril 1920 accordant un mandat pour organiser la renaissance de l’état juif, celle-ci décide rapidement de n'appliquer la déclaration Balfour qu'à l'ouest du Jourdain, la partie orientale étant confiée à Abdallah, l'un des fils du Chérif Hussein. Le 2 mars 1921 celui-ci parvient à Amman avec ces troupes et le 1 avril suivant il est reconnu émir de Transjordanie par les Britanniques.

Totalement en contradiction avec l’objectif du mandat qui fut confié.

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog

Ce n’est que le 16 septembre 1922 que les textes de lois sont mis en conformité avec la réalité du terrain. Régularisation qui légalise de fait un foyer national pour les arabes de cette région à l’est du Jourdain qui se dénommera Transjordanie, mais aussi un foyer national juif sur la totalité de territoires situés à l’ouest de la rivière.

Foyer national contesté depuis très violemment par le monde arabo-musulman !

Violences en 1929 qui impressionnent le mandataire jusqu’à réduire les certificats d’immigrations accordés jusqu’alors, ou encore la révolte arabe de 1936 à 1939 qui oblige la Grande Bretagne à limiter la vente de terres aux Juifs, à contingenter l’immigration de cette population à soixante-quinze mille sur cinq années, et, finalement, à déclarer que « Le gouvernement de Sa Majesté déclare aujourd’hui sans équivoque qu’il n’est nullement dans ses intentions de transformer la Palestine en un État juif ». « Le gouvernement de Sa Majesté [a le] désir […] de voir s’établir finalement un État de Palestine indépendant ».

Un état palestinien unitaire à majorité arabe, cela va de soi ! La violence a payé !

Après la deuxième guerre mondiale, par la résolution 181 l’Assemblée générale de l’Onu vote un partage entre un état juif et un état arabe. Cette résolution non contraignante fut rejetée par le monde arabe le jour de la déclaration d’indépendance du tout jeune Etat d’Israël, faite le15 mai 1948. Les frontières, alors tracées par l’Onu, en ont perdu toutes leurs valeurs.

Depuis cette date, il est coutumier d’entendre « frontières de 1967 », « peuple palestinien » dépossédé de son pays la « Palestine » et de son « troisième lieu saint de l’Islam », « colonisation », « expulsions des colons », « droit de retour des réfugiés » au sein de l’état du peuple juif.

S’il est incontestable que le ‘’peuple palestinien’’ est né du refus arabo-musulman de tout état juif, il n’existe aucun passé historique d’un pays indépendant dénommé « Palestine » ni de lois internationales actuellement en vigueur attribuant une quelconque terre à celui-ci.

La lecture des lois ci-dessus, ainsi que celles qui ont suivi, contraint tout quidam à reconnaître la pleine propriété israélienne de toutes les terres de la Palestine mandataire situées à l’ouest du Jourdain. Jérusalem comprise. Toute autre lecture est trompeuse et sert une propagande antisémite.

S’il est donc indispensable de trouver un compromis entre les Israéliens et les ‘’Palestiniens’’, il ne pourra se constituer autour d’une paix qui verra les Juifs bannis de Judée et de Samarie, des ‘’réfugiés’’ de père en fils débarquer en Israël et leur Capitale Jérusalem attribuée à d’autres.

Trois conditions de bases évidemment refusées, y compris par les pays dis ‘’amis’’ de l’Etat d’Israël.

21 commentaires:

Cat Ola Hadacha a dit…

Maintenant, il faudrait que Valls-l'ami-d'Israel se cultive un chouia, et lise ce texte. Quelqu'un a une idee, pour le lui faire passer rapidement ?

Bernard a dit…

A mon avis, il serait préférable de le communiquer à l'ONU. Enfin, sous réserve d'authenticité bien sûr.

Bernard

Victor Perez a dit…

Bernard,

Parce que vous pensez que l'ONU ignore ses propres lois ? 😂😂😂

Emet a dit…

Merci pour ce travail de mémoire. Nous savons sur le plan de la physique q'un peu de Lumière dissipe beaucoup d'obscurité. Nous savons également qu'il n'y pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

Emet a dit…

Nous savons sur le plan de la physique qu'un peu de lumière dissipe la pénombre. Que l'obscurité est présente par absence de lumière.
Nous devons nous en souvenir.
Merci pour ce travail de mémoire.

Joren a dit…

Ceux qui veulent faire remonter le processus "palestinien" à 1967, puis 1948, puis 1933, ferment les yeux sur les islamistes qui attendent le fromage de Maitre Abbas sur un podium perché, pour le 2 novembre 2017 centenaire de la déclaration de Balfour
,

Bernard a dit…

Je pense quand même qu'il serait souhaitable de dialoguer avec l'ONU et les autres pays du monde. Je ne pense pas que les palabres faites ici puissent faire avancer la situation.

Je comprends bien les stratégies, mais je dois dire que je les crois perdantes à coup sûr. C'est pour cela que le Monde entier doit se résoudre à essayer des solutions.

Bernard

Réal Bergeron a dit…


Nous savons tous pourquoi les pros-arabe, dits " palestiniens ", font diversion quand nous leur demandons de démonter l'existence d'un peuple arabe dit " Palestinien ".

Et la raison de cette diversion, est qu'ils savent très bien que nous détenons les arguments nécessaires pour exposer qu'il n'y a jamais eu et qu'il n'y aura jamais un peuple inventé de squatters arabes dit " Palestinien ", revendicateurs territoriaux du territoire historique israélien.

http://www.dreuz.info/2015/12/29/la-cour-dappel-de-versailles-olp/

http://www.europe-israel.org/2016/02/le-droit-international-est-formel-la-seule-occupation-en-israel-est-celle-des-arabes/

http://www.europe-israel.org/2015/06/la-cour-europeenne-des-droits-de-lhomme-juge-quisrael-noccupe-ni-la-cisjordanie-ni-gaza/

Victor Perez a dit…

Bernard,

Dites à votre monde qu'il cesse les palabres et agissent pour corriger les 57 pays musulmans défaillants et les dictatures rouges.

C'est ainsi seulement que la planète retrouvera sa tranquillité.

Bernard a dit…

Israël doit avoir de bonnes raisons pour ne pas vouloir s'expliquer avec la Communauté et avec l'ONU. Je veux bien essayer de comprendre, mais il n'y aura jamais de solution comme ça. Israël s'en contente actuellement mais l'avenir sera différent, forcément.

Je m'en fiche un peu, mais cette "guerre" pour s'approprier cette terre est très négative pour l’État hébreu. Et il s'étonne de ne pas être aimé par tout le monde !

On sait très bien que rien ne sortira d'une négociation entre les deux peuples. Il faut donc de la souplesse, ou accepter l'intervention de tiers.

Bernard

Bernard a dit…

Je voulais juste dire que personne ne gagne seul contre tous. La Communauté ne peut pas être laissée de côté sur le sujet.

Les convictions de chacun sont trop contraires pour que tout se passe bien. Mais vous le savez aussi bien que moi.

J'ai du mal à comprendre que le statut quo puisse satisfaire une des parties.

Bernard

Victor Perez a dit…

Bernard, allias Joe, Denis et Gégé,

Votre avis importe peu. Postez le sur NPA ou ouma.com il aura de la considération.

Anonyme a dit…

Bien entendu que des négociations directes sont à l'unique avantage d'Israël.
De toutes façons c'est lui qui a le gros revolver nucléaire et toutes les armées d'occident avec lui.
Il suffit que les négociateurs israéliens aient la même bonne foi et la même honnêteté que ce blog et l'impasse est assurée.
Impasse qui permet de grignoter petit à petit.
Ce qu'ont fait tous les gouvernements israéliens qu'ils soient de gauche, de droite ou d'extrême droite.
Qui croit encore en un état arabe dans une Cisjordanie version gruyère?
Réponse : ceux qui jouent le status quo, ceux qui jouent pour Netanyahou.

Mais bon si les lois internationales "confirment" que "la Palestine est israélienne" il n'y a rien à rétorquer.
A part que ceux qui lisent et écrivent le droit ne sont pas d'accord.
Peut-être que Victor Perez devrait envoyer ses conclusions et ses grands savoirs juridiques à des avocats spécialisés dans le droit international.
Ils ne lui riront pas au nez. Ils remercieront cette lumière qu'ils n'ont pas su voir.
Le conflit sur lequel tout le monde se casse les dents depuis 70 ans réglé par une phrase de Victor Perez : "Les lois internationales confirment : la Palestine est israélienne"

Sébastien

Victor Perez a dit…

Sébastien,

De votre avis on s’en moque. Chacun sait que la critique est facile et l’art beaucoup plus difficile. Mais je comprends votre attitude agressive, la réalité est si dure !

J’aurais été plus impressionné si vous aviez été capable de me démontrer qu’un seul grain de sable de la rive ouest du Jourdain de la Palestine mandataire appartient légalement et/ou historiquement au "peuple palestinien".

Ce dont vous êtes incapable, tout comme les clones qui vous ont précédé ici mais aussi l’AP et ses ‘’frères’’ arabes ou les gauchistes antisémites.

Vous auriez pu leur envoyé alors les preuves de la justesse de leur combat. Quelle aide vous leur auriez apporté dans leurs exigences de Jérusalem Capitale d'un état judenrein aux frontières de 1967 et du juste droit de retour des millions de réfugiés de père en fils au sein de l'état du peuple juif !

Avec des "analystes" tel que vous l'éradication d'Israël est programmée.

Sauf à me poster cette ‘’démonstration’’, inutile de venir me polluer à nouveau mon blog avec vos "réflexions" à deux sous, elles iront directement à leur juste place. La poubelle.

Victor Perez a dit…

Sébastien,

Comme prévu, vous êtes incapable de cette démonstration. Vos pauvres jeux de mots ont donc rejoint la poubelle.

Anne-Marie a dit…

Je comprends que vous aidiez Israël à bloquer toute initiative, mais je me demande toujours si vous êtes ainsi persuadé de faire avancer les choses.

Anne-Marie

Victor Perez a dit…

Anne-Marie allias Bernard, Jean-Luc et tant d'autres,

Vous devenez ridicule !

Suis-je au parlement, au gouvernement, à un poste politique important pour que vous m'accusiez de "bloquer toute initiative" ?

Savez-vous réfléchir ?

Dans les faits, les seuls que je bloque sont les individus comme vous n'ayant nul argument pour contrer mes analyses.

Et de ceci, je m'en flatte.

Yossef a dit…

Bernard, je pense en vous lisant, que vous étes peut etre sincèrement épris de justice, mais je crois, que vous manque de quelques éléments, pour bien apprécier la situation. D'abord, sachez, qu'avant la fin des années 60 , on parlait de conflit israélo/arabe, que de 1948 à 1967 les états Arabes n'ont jamais voulu créer un état arabe palestinien indépendant, alors , qu'ils occupaient les territoires pour le faire et cela sans avoir à reconnaitre Israel, c'est après 1967, que la propagande arabe a appelé ce conflit "israélo/palestinien.
Maintenant parlons justice, la Ligue Arabe, c'est 23 états établis sur 13 millions de KM2 pour 350 millions d'habitants, Israel c'est 21700 KM2 pour 8 millions d'habitants, auquel s'ajoutent le Golan (1200 km2), la Judée/Samarie (5700 Km2), quant aux implantations israéliennes, elles représentent moins de 300km2.
Concernant les réfugiés , les arabes de Palestine Mandataire étaient entre 250 000 et 400 000, parallèlement prés de 900 000 juifs furent expulsés des pas Arabes. Les réfugiés Juifs furent intégrés en ISrael, Europe , USA et Canada, les réfugiés Arabes furent et continuent d'etre maintenus en l'état de "réfugiés" , car les états Arabes refusent de les intégrer.
Une autre chose, on parle beaucoup de la colonisation israélienne, mais les états Arabes n'ont toujours pas décolonisé ( Sahara, Kabylie..)
Voilà, quelques éléments objectifs et vérifiables, qui vous permettront de mieux apprécier une situation compliquée.

Bernard a dit…

Vous noyez le poisson Youssef.

Je parlais seulement des palestiniens qui habitent actuellement les terres qu’Israël convoite.

Je vous remercie tout de même de votre réponse. Je n'étais pas venu ici depuis longtemps, un peu lassé par Victor qui jette tous ceux qui ne reprennent pas ses idées. Difficile de dialoguer.

Bernard

Victor Perez a dit…

Bernard,

Difficile effectivement de dialoguer avec un individu qui balaie tous les arguments vérifiés et vérifiables qu'on lui donne et persiste à attribuer la terme "palestinien" à d'autres que les Juifs d'avant 1948 et accuse Israël de convoiter des terres qui ont pour seuls noms Judée et Samarie.

Continuez à pécher mais loin de mon blog. Celui-ci n'est pas un forum où imbécillité à sa place.

Victor Perez a dit…

Bernard,

Allez vous "informer" sur ouma.com, ici vous m'avez lassé avec votre propagande antisémite à deux sous.

Inutile de revenir sous un autre pseudo, comme vous nous avez habitué, ce genre de discussion sans fin et stérile ne m'intéresse pas.