jeudi 23 août 2007

Etre islamophobe ou pas ?

Quelle peut être, pour tout véritable démocrate, la réponse à la question posée dans le titre ? L’Islam est il compatible, voire soluble dans nos modes de pensées et de vies ? Les droits de l’homme, bases de nos sociétés, nous permettent ils d’accepter que d’autres, venus de contrées éloignées s’établir à nos côtés, aient des lois, des coutumes et des mœurs en opposition aux valeurs qui fondent nos communautés ? A la lumière de toute réflexion, il semble bien que l’harmonie entre le démocrate et le musulman religieux est impossible et que pour qu’elle existe le premier se doit soit de disparaître corps et biens au nom, justement, des valeurs qu’il défend, soit de se convertir à la religion du second. Dans le cas contraire il se devra d’assumer le qualificatif d’islamophobe que toute association ‘’antiraciste’’, fidèle à la ligne du politiquement correct, lui attribuera d’office systématiquement.

Sauf à se renier, en effet, et abjurer toutes les valeurs inculquées depuis l'enfance, peut on faire autrement que de condamner les versets du Coran qui appellent aux meurtres de tous les infidèles ? Peut on accepter le refus de toute apostasie ? l’exercice libre de l’excision ? le châtiment corporel des femmes ? le mariage forcé ? la polygamie ? la lapidation ? le sectionnement de la main du voleur ? le port obligatoire du voile quand ce n’est pas celui de la burkha ce linceul qui fait le deuil des droits de la femme qui le porte ? etc.

Sommes nous vraiment libres, si nous tenons à sauvegarder nos libertés et nos droits, de refuser ce combat qui s’engage sournoisement aujourd’hui dans nos différents pays mais aux modes de vies si proches ? Sommes nous vraiment libres de ne pas être islamophobes quitte, pour cela, ressembler à ces populations d’alors qui ne s’opposèrent guère aux croisades du christianisme, à ses inquisitions et aux meurtres qui en découlèrent ? Autres temps, autres mœurs certes, mais il y a des rapprochements qui nous déshonoreraient.

Être, ou ne pas être islamophobe n’est donc plus véritablement un choix. Soit l’on tient aux lumières acquises difficilement à travers les siècles, et en conséquence l’opposition frontale à tout ce qui les obscurcit un tant soit peu est évidente, soit ‘’l’apaisement’’ obtenu par des droits de l’hommistes corrupteurs contentera dans l’immédiat nos égoïsmes et les valeurs rigoristes de l’Islam finiront par devenir l’assise de nos sociétés occidentales.

Il nous faut donc exiger des diverses autorités de nos pays occidentaux un aggiornamento de l’Islam tel que l’ont fait le Judaïsme et le Christianisme. En cas de refus des autorités ecclésiastiques, l’interdiction de toute pratiques religieuses incompatibles avec nos modes de vies devra être instaurée et vérifiée. A l’instar, pourquoi pas, des lois ordonnées par l’Arabie Saoudite envers toutes les autres religions.

10 commentaires:

victor a dit…

Shalom Victor! Même nom, même prénom mais assymétrie de pensée! Je te rappelle que l'islamophobie est un rejet global de tout ce qui a trait à l'islam. Toutes "Phobies"a pour source la peur et la haine!
Donc, l'islamophobie et les islamophobes empèchent même le dialogue et la rencontre des cultures, seuls vecteurs de compréhensions mutuelles! L'islamophobie est et doit rester un problème de santé mentale et non une idéologie politique, sinon, comment l'"aggiornamento"de l'islam pourra-t-il se faire en terre chrétienne?
Le territoire de la Mecque n'est-il pas un territoire sacré pour les musulmans du monde entier? Y-a-t-il une mosquée au Vatican?
L'islam comporte une législation pour les"gens du livre" donc elle les reconnait et leur donne droit à l'existence! Quand est-il de la réciprocité?
Conséquence, on constate tout les deux que l'islam a encore aujourd'hui des difficultés à trouver sa place chez les peuples de culture chrétienne.
Victor, le 24.08

Victor PEREZ a dit…

Le commentaire du Victor ci-dessus est le parfait raisonnement du dhimmi (soumis à l'Islam) ou celui d'un musulman religieux optant pour l'anonymat et un pseudo francisé.

Selon ce raisonnement, seul l'islamophobie ( la peur de l'Islam) est et sera la cause de toutes guerres de civilisations à venir. Le démocrate devra donc, pour circonvenir toutes effusions de sang, modifier son mode de vie, ses lois et ses traditions. Bref, soigner sa "maladie mentale" occidentale.

Il ne devra, aussi, ne rien attendre en échange de tous ces tarès d'Allah qui veulent lui imposer toutes sortes de restrictions barbares qui ont pour objectif de lui faire renoncer à toutes les valeurs qui sont siennes.

Comme, par exemple, installer au Vatican à l'instar de l'Arabie Saoudite à La Mecque, des panneaux interdisant l'entrée à tout individu non Chrétien.

On le voit donc, le "raisonnement" du dhimmi ci-dessus nous pousse, sinon nous contraint à devenir islamophobe.

victor a dit…

Shalom Victor! Encore une erreur manifeste! Pas d'anonymat de ma part! J'ai choisi l'islam dans la ville hébraïque de Jérusalem! Ma religion est loin d'un nationalisme intolérent et excessif mais je comprend comment vous avez pu en arriver là. Grande ambition pour ton peuple et difficile chemin! C'est la haine qui méne aux guerres et quelques meneurs qui cherche à nous faire glisser vers un conflit global! J'aime Abraham et tous les prophétes qui l'on suivit par amour pour Dieu! Paix et bénédiction de Dieu sur eux tous! Je pense que vous êtes trop enfoncer dans votre logique de confrontation à tous pris. Ce sont les individus et leur choix qui font la démocratie et non le mépris! Donc ces choix, peu à peu, durant notre histoire, modifient les systèmes de valeur et les modes de vie. Voilà comment je comprend le mot "démocrate". Défendons ensemble le "juste"
A bientôt
Victor Perez -ou Mansour Perez-

Victor PEREZ a dit…

En creusant un petit peu, on finit toujours par voir ce qui n'est pas fait pour être connu.

Ainsi le Victor qui me laisse des commentaires n'est autre que musulman. L'on comprend mieux maintenant sa prise de position dans son precédent message contre les Démocrates et en faveur de tous les tarès d'Allah et leurs préceptes barbares.

L'on comprend mieux aussi pourquoi son deuxième commentaire aborde le sujet de haine et de nationalisme comme un reproche adressé à "mon peuple".

C'est probablement parce qu'ils refusent de laisser quelques individus imposer leurs choix qui, "peu à peu,(...) modifient les systèmes de valeur et les modes de vie. Voilà comment je comprend le mot "démocrate"".

Mais qui voudrait de la "démocratie musulmane" qu'il nous propose ?

Seulement les tarès d'Allah pardi !

Anonyme a dit…

on sait a quel point le choix des mots est important
que ce soit 'activiste' pour terroriste ,'sans papier' pour clandestin etc...
il faut avouer que le terme islamophobie , qui a peur de l islam, n est pas du tout approprie
il faudrait plutot trouver l equivalent de 'rejette l islam'

Victor PEREZ a dit…

Je trouve, au contraire, que le terme d'islamophobie est particulièrement approprié au problème que les démocrates rencontrent avec l'Islam.

En effet, plus l'on connaît cette religion et plus l'on prend conscience des risques qu'elle entraînera si sa généralisation se fait dans nos démocraties.

Ce qui induit une peur de l'Islam et donc une islamophobie.

Il est vrai cependant que tout ce qui fait peur entraîne automatiquement un rejet.

Aux musulmans donc d'adapter leur religion à nos moeurs s'ils souhaitent cohabiter avec nous.

Naibed a dit…

Une phobie est - par définition même - une peur irraisonnée, maladive. Bref, tout le contraire de l'attitude de ceux qui dénoncent l'islam, qui est une attitude lucide et rationnelle , basée sur une étude critique objective tant des textes dont se réclame cette secte-religion totalitaire, que des agissements de ses membres, tels qu'on peut les observer partout dans le monde, qu'ils s'agisse d'agissements criminels de musulmans qualifiés d'extrémistes, ou d'autres agissements, plus pernicieux de la part de ceux qui se disent "modérés", mais qui sont comme les deux faces d'une même pièce de monnaie, une pièce de monnaie totalitaire.

Des agissements et des comportements intolérables qui, dans les deux cas, sont - il faut le rappeler - conformes à la double stratégie prônée par les textes de base (Coran, hadiths, histoire du prophète, sharia..) de cette secte-religion, telle que rapportés par sa tradition ! Un terrorisme violent, là où les musulmans sont en position de force, et un terrorisme plus sournois, plus caché, un terrorisme intellectuel, là où ils cherchent à gagner en puissance.

Quand l'actuel président de cette Turquie, que nos eurocrates aveugles tentent d'imposer à l'Europe, M. Erdogan (qui est aussi chef de l'AKP), déclare : « Les mosquées sont nos casernes, les coupoles nos casques, les minarets nos baïonnettes et les croyants nos soldats » on comprend que l' islam modéré est sans équivoque : c'est l'autre face de l'islam terroriste.

Les raisons que nous avons d'avoir peur de l'islam, sont donc, hélas, bien réelles, et elles se démontrent dans les textes même de l'islam, comme de sa pratique au quotidien.

Donc, pas de trace là-dedans d'islamophobie, ce soit-disant "péché de blasphème" inventé par les mollahs iraniens pour discréditer, dès 1979, les féministes qui s'opposaient au port du voile en Iran, et punir les iraniennes qui refusaient ce marquage infâme comme être de seconde catégorie. Un néologisme utilisé ensuite pour fustiger tous ceux qui osent faire preuve de vigilance, d’esprit d’analyse, et de sens critique, par rapport à cette secte-religion dangereuse, intolérante, raciste et génocidaire qu'est l'islam.

Anonyme a dit…

les democraties occidentales se laissent deliberrement envahir par cette pseudo religion soit par naivete soit par collaboration
neanmoins je suis toujours persuader que le terme islamophobie n est pas approprie
la plupart des phobies sont des troubles psychologiques alors que rejetter l islam serait plutot une demarche volontaire

zebulon a dit…

Islamophobe, islamovigilant, islamosceptique sont des mots inappropriés et qui engendrent de la confusion. Je préfère de beaucoup le terme d'anti-islam. je suis contre les textes sacrés musulmans : coran, hadiths, sira, je suis donc ANTI-ISLAM et s'il faut préciser pour ne pas être taxé d'anti-musulman je précise : je suis anti-islam des textes.

Bertrand a dit…

Un musulman modéré est favorable à l'extermination de la moitié des koufar tout de suite et le reste un peu plus tard.

Illan Halimi, les martyrs de Damour, les moines de Thibérine, les victimes de tout les attentats islamistes (pardon je voulais dire manifestations explosives d'amour de tolérance et de paix) savent ce qu'il en est de l'amour musulman.

Le terme islamophobe a été crée pour stigmatiser tous ceux qui pour des raisons justes et parfaitement rationnelles critique l'islam et démontre qu'il s'agit d'une secte paranoïaque, criminelle, liberticide, libidineuse (uniquement pour les hommes), je lui préfère celui de misislamiste. Ainsi le chantage à l'islmophobie permet de saper les consciences et d'obtenir de nouveaux "droits" (en réalité c'est une extorsion d'avantages supralégaux et bien sûr de fonds).

Dirais-t-on d'un opposant à l'hitlérisme qu'il est un vulgaire hitlérophobe ?