mardi 28 février 2017

Un combat perdu d’avance par les médias

Le quotidien The New York Times a diffusé, lors de la cérémonie des Oscars, un spot politique censé répondre à la guerre de Donald J. Trump contre les médias. Cette communication, également éditée sur papier, proclame des libellés supposés démontrer ce qu’est la bataille de la vérité pour les médias.

Tout un programme pour une seule idée : faire croire en leur sincérité, leur rectitude, leur précision, ainsi que leur honnêteté intellectuelle !


« La vérité est dure. La vérité est cachée. La vérité doit être poursuivie. La vérité est difficile à entendre. La vérité est rarement simple. La vérité n'est pas évidente. La vérité est nécessaire. La vérité ne peut pas être dissimulée. La vérité n'a pas d'agenda. La vérité ne peut pas être industrialisée. La vérité ne prend pas partie. La vérité n'est ni rouge, ni bleue. La vérité est dure à accepter. La vérité ne prend pas de précautions. La vérité est puissante. La vérité est attaquée. La vérité est une cause noble à défendre. La vérité requiert une prise de position. La vérité est plus importante que jamais ».

Ces logorrhées, telles que placées, rendent les journalistes citoyens exemplaires, des Don Quichotte de LA vérité !

Sauf que là encore, la vérité est ailleurs et que ces sentences mises dans un ordre différent rapprochent les lecteurs de la réalité du terrain qu’ils connaissent !

« La vérité est nécessaire, disent-ils ! En effet, La vérité ne peut pas être dissimulée ! La vérité est dure parce qu’intangible face à la réalité. La vérité ne prend pas de précautions. Malgré cela La vérité doit être poursuivie. La vérité ne peut pas être industrialisée. La vérité est rarement simple parce que La vérité n'est pas évidente. La vérité est difficile à entendre parce que La vérité est puissante. C’est pour cette raison que La vérité est attaquée par cette corporation au service du politiquement correct et que La vérité est cachée au plus grand nombre par ses serviteurs. La vérité n'a pas d'agenda. La vérité n'est ni rouge, ni bleue. La vérité ne prend pas partie

Exact !

Et cependant, imbus de leurs petites personnes que nul n’a élues, ils assurent que La vérité requiert une prise de position ! Non ! La vérité étant une, elle ne se compose pas au mode pluriel !

Parce que La vérité est dure à accepter, parce que La vérité est une cause noble à défendre, et parce que La vérité est plus importante que jamais il est interdit de la laisser être manipulée ».

Un sondage us juste à propos affirme que 51% des sondés pensent que les médias « sont trop durs contre le Président américain ». Une démonstration de plus que la population est dans le vrai et que les journalistes ne sont pas ce qu’ils prétendent être !

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog

3 commentaires:

Anonyme a dit…

The New York Times c'est la Pravda de la gauche caviar de la côte Est.

Franco

Réal Bergeron a dit…


Ces médias engagés, anti-Trump, se disent prétentieusement infusés de la vérité par leurs « fake news ».

Leurs agendas cachés sont connus depuis le début de la course à la présidentielle américaine.

Et voici maintenant, à la suite de leur crédibilité perdue, qu'ils tentent de reconquérir une virginité médiatique qu'ils ont perdu en se prostituant à une partialité politique.

Ils ont sous-estimé, Donald John Trump, appuyé majoritairement par le peuple qui saura remettre à leur place le monde médiatique engagé.

http://www.dreuz.info/2017/03/01/le-journal-sans-journalistes-ou-le-cinquieme-pouvoir-des-gens-ordinaires/

Anonyme a dit…


"Mais j'ai une mauvaise nouvelle pour tous ces gens qui font aujourd'hui encore le pari du boniment humaniste : ça ne marchera pas. La dégradation du pays est telle que rien n'arrêtera désormais le tsunami de merde qui pointe à l'horizon. La symétrie avec la situation américaine est d'ailleurs assez frappante. Quand on observe les violentes diatribes dispensées des mois durant par le New Yorker ou le New York Times au sujet de Trump… Tout cela n'a eu aucune prise sur l'élection, bien au contraire. Je crains qu'il n'en aille exactement de même en France. Et le jour où la catastrophe électorale se produira, les médias mainstream en porteront largement la responsabilité." Aude Lancelin

https://www.vice.com/fr/article/interview-aude-lancelin-le-monde-libre?utm_source=vicefrtw

Franco