lundi 31 mars 2014

Négocier avec qui et sur quoi ?

La paix a de tout temps succédé à la guerre. Soit par une décision commune de tous les belligérants, soit par l’acceptation par le vaincu des conditions du plus fort. Dans le conflit israélo-arabe, le quidam observateur assiste à une logique renversante. Le camp du vaincu, qui a subi plus d’une défaite, exige que le vainqueur se suicide, cela au nom d’une « paix juste et durable ». 

A cet objectif hallucinant, nul ne s’étonne d’y voir contribuer tous les antisémites que compte la planète, les juifs haineux de soi et les idiots utiles à cette cause indéfendable.

Par contre, le fait d’observer des amis de l’Etat d’Israël contraindre ce pays à rechercher, dans ces conditions, une paix introuvable plutôt que d’exiger du monde musulman, en prémisse, son acquiescement à son existence comme état du peuple juif interpelle l’entendement.

Cela a même un goût, une odeur et une image peu ragoûtante !

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog.

Mahmoud Abbas l’a dit, le dit et le redira sans problème : « Ce que nous nous ne voulons pas accepter, c’est la reconnaissance de l’état juif. Nous n’accepterons jamais de reconnaître l’état juif ».


Cela énoncé calmement sous les acclamations du Conseil révolutionnaire du Fatah, mouvement du ‘’modéré’’ président ‘’palestinien’’ en mars 2014. Décision qui n’est pas nouvelle, très souvent répétée, et qui remonte, en fait, à la résolution 181 de 1947 !

Avec qui l’Etat d’Israël se doit donc à des pourparlers, et surtout sur quoi ?


 - Ce pays doit-il négocier avec un partenaire qui refuse de le reconnaître tel quel ? A savoir, le refuge du peuple juif ?

- Qui peut imaginer que ce pays acceptera un jour une arrivée de plusieurs centaines de milliers de « réfugiés » en son sein, de surcroît haineux et revanchards ?

- Sa sécurité doit-elle être mise entre les mains de ce ‘’partenaire’’ pour la ‘’paix’’ ?

En un mot, doit-il renoncer à sa quintessence pour complaire et signer une paix des cimetières ?

Bien sûr que non !

Des questions simples, logiques mais évacuées devant les exigences ‘’palestiniennes’’ avant tous pourparlers. Terroristes libérés et/ou gel des constructions de la Judée et de la Samarie, y compris dans Jérusalem-est, devant, sous la pression des pays ‘’amis’’, être le prix à payer pour ‘’négocier’’. 

Dans le cas contraire l’Etat d’Israël se verrait accusé d’avoir fait échouer les ‘’négociations’’ et subirait, en conséquence, les foudres des ‘’faiseurs de paix’’ occidentaux tel un veto à l’Onu qui n’arriverait plus ou encore des boycotts qui ne s’annonceraient pas mais qui auraient la même ‘’couleur’’.

A cette liste nauséeuse s’ajoutant, bien sûr, la ‘’colère’’ de la rue ‘’palestinienne’’. Une rue si prompte à envoyer des ‘’martyrs’’ rejoindre les vierges promises !

Le comique de la situation étant que le seul peuple ayant vraiment un intérêt à la solution de deux états pour deux peuples, et donc à la création d’une ‘’Palestine’’, n’est autre que le peuple israélien ! Une ‘’Palestine’’ qui enlèverait toute justification ‘’morale’’, ‘’droit de l’hommiste’’ et/ou ‘’légale’’ aux tenants de la poursuite de ce conflit et forcerait les occidentaux à trouver d’autres raisons pour trahir l’état du peuple juif afin de complaire aux pétromonarchies détenteurs de tant de pétrodollars.

Des occidentaux responsables de la poursuite du conflit et jamais, au vu de leur passé, en mal d’arguments pour nuire aux Juifs !

Israël, étant par sa nature le seul refuge du peuple juif, devra pendant encore quelques bonnes décennies, préférer les condamnations aux condoléances de ses ‘’amis’’.

20 commentaires:

José a dit…

La vie est dure pour ceux qui veulent prendre la terre des autres !

Verra t on un jour la fin de ce cauchemar ?

José

sylvieb a dit…

c'est ce que disait la courageuse et regretter Golda Meïr déjà " je préfère vos condamnations à vos condoléances" !!! et merci à Victor de le rappeler car cela est malheureusement plus que jamais d'actualité

Victor Perez a dit…

José, allias Philippe, Emmanuel, etc.

Vous vous ennuyez autant que cela pour poster autant de posts ?

Essayez de combler votre manque par un peu de sport, cela ne pourra vous nuire.

Fred a dit…

"La paix a de tout temps succédé à la guerre. Soit par une décision commune de tous les belligérants, soit par l’acceptation par le vaincu des conditions du plus fort."

....Soit par la victoire militaire totale entraînant assimilation du vaincu ou sa quasi totale destruction (ex : amérindiens)

Pas si simple lorsque personne ne veut plier d'un pouce

Victor Perez a dit…

Fred,

Faut-il regretter que les "palestiniens" n'aient pas été dans la position des amérindiens ?

Il est vrai que cela les aurait empêcher de refuser autant de plans de paix proposés par Israël ! 1967, 2000, 2008.

Ils en sont même arrivés à refuser de négocier avec Netanyahou qui propose lui aussi la solution DEUX états pour DEUX peuples! lol !

Pas si simple pour le monde musulman d'arriver à éradiquer l'état du peuple juif ! re lol !

José a dit…

Il y a du y avoir un bug et mon post n'a pas du passer...

Je disais donc que je n'étais pas un soutien de la position d’Israël et que je pensais pouvoir le dire ici.

Vous êtes pour les interventions auprès de l'ONU ? Pourquoi pas ?

Cela vous donnera un peu de temps pour construire en Cisjordanie....

José

Victor Perez a dit…

José,

Dommage que le bug n'ait pas duré !

Comme je vous l'ai conseillé plus haut, faites du sport, cela vous aérera l'esprit.

yossef a dit…

Israel doit malheureusement patienter jusqu'aux élections de mi-mandat aux USA , à l'issue desquelles le président Obama devrait logiquement perdre sa majorité, payant ainsi une politique étrangère de "bisounours", qui a durablement altéré la crédibilité des USA auprès de ses alliés, s'ajoutant à cela une mauvaise gestion des problémes intérieurs du pays.
Par contre, je me demande si Israel ne va pas trop loin dans les prochains gestes, que le gouvernement s'appréte à faire pour sauvegarder un pseudo processus de paix, car du coté palestinien, nous n'avons encore rien vu comme geste de bonne volonté.De plus, il est à espérer, que les USA ne sont pas entrain de faire chanter Israel par rapport à la libération de J. Pollard, car l'administration américaine pourrait etre alors assimilée à un preneur d'otages.
Israel ne devrait-il pas à son tour menacer d'un retrait unilatéral d'une partie de la Judée/Samarie pour faire à son tour pression et enfin obtenir quelque chose de concret. ?

Fred a dit…

Je vois que vous vous amusez bien et lolez à tout va.

Ce que je trouve amusant c'est que vous vous défendiez de comparer palestiniens et amérindiens sachant que je n'ai pas comparé les deux conflits, mais juste cité un exemple de conflit ne se terminant ni par une paix négociée ni par soumission aux exigences mais par la simple destruction du peuple, physiquement et culturellement.

Cela dit puisque vous comparez, allons jusqu'au bout et listons les dizaines de traités de paix signés par les amérindiens... Oups ça n'a servi à rien.

Quel dommage que Netanyahou ne fut point présent, le pauvre il n'était pas né, pour leur offrir la paix et la vie sur un plateau.

Au fait pourquoi parlez vous d'éradiquer "l'état du "peuple juif"" - les guillemets c'est pour rendre pénible votre lecture de la même façon qu'il est pénible de voir "palestinien", comment faire la paix lorsqu'on ne reconnait même pas l'existence de son partenaire - Israël existe, est reconnu légitime par tous, il est fort économiquement, militairement, nucléairement, diplomatiquement... Pourquoi parlez-vous donc de son éradication? A moins d'un suicide programmé ça ne me semble pas être pour demain. Alors que pour l'état palestinien, il risque fort d'être mort avant même d'être né.

Victor Perez a dit…

Fred,

Mais oui ! Votre comparaison n'avait pas d'idées cachées ! Tel, démontrer la présence première des "palestiniens" alors que vous êtes incapable de me prouver leur existence propre avant 1967, ou confirmer "l'arrivée" des Juifs et donc la "colonisation" en 48, ou plus tôt, alors qu'ils ont toujours été sur place depuis la première occupation de leur pays. Même minoritaire, ce fait ne leur enlève aucun droit.

Pour ma part je peux vous parler longtemps des indiens vivant sur place avant l'arrivée des européens. Mais je doute que ce sujet contradictoire vous passionne dès lors qu'il ne sert plus à condamner les Juifs. !

Quant à vos guillemets, je ne m'étonne pas de vous voir les mettre. Vous êtes, inconsciemment, au diapason de vos protégés. Cela fait des décennies qu'ils essaient de les mettre également sur l'Etat d'Israël état du peuple juif mais n'y arrivent pas.

Ils comptent pour cela sur l'aide d'idiots utiles prêts à croire qu'une puissance, quelle quelle soit, ne peut disparaître.

Sachant votre connaissance des peuples, je ne vous ferez pas l'injure de vous lister les empires disparus.

La civilisation juive est, en revanche, toujours là. Pas grâce à des individus de votre genre.

Pour ce qui est de "l'état palestinien" refusé par trois fois par le monde musulman et vos "amérindiens" en 67, 2000 et 2008, le "peuple 'palestinien" aura toujours en dernier recours la possibilité de se rabattre sur la Jordanie. Etat extrait de la Palestine mandataire.

Historien comme vous l'êtes, je suis sûr que ce détail ne vous a pas échappé ! re lol !

Jean-Pierre a dit…

Oui, patienter jusqu'à la mi mandat, ou jusqu'à l'ONU.
Croyez vous que cela soit à votre avantage ? Je pense qu'un effort des deux parties devrait être plus sûr.
Un retrait unilatéral n'arrangerait rien, à moins de prendre les palestiniens pour des idiots.
Jean-Pierre

René a dit…

Je viens de lire sur le net que les palestiniens ont demandé des inscriptions à 15 organismes de l'ONU. Il est donc inutile de bavasser maintenant.

René

Victor Perez a dit…

Jean-Pierre,

Mi-mandat de quoi ? de qui ?

Je n'ai aucun problème avec l'Onu, étant donné qu'elle ne peut décider des frontières d'Israël ni de Jérusalem comme capital ni d'u droit de retour.

Quant au retrait unilatéral, il mettra les "palestiniens" face à la réalité d'une reconnaissance de l'état du peuple juif, de Jérusalem capitale une et indivisible d'Israël et de l'abandon du "droit de retour" d'étrangers au sein d'Israël.

Yossef a dit…

Jean-Pierre, Israel a déjà fait beaucoup d'efforts et de concessions, coté arabe palestinien " rien". L'autorité arabe palestinienne a refusé la paix en 2000, en 2008 et une fois de plus, elle ne veut pas faire le pas nécessaire, qui permettrait de débloquer la situation. Mais , je me demande, si l'autorité arabe palestinienne veut réellement un état, puisque de 1948 à 1967, alors, que les palestiniens pouvaient exiger de leurs frères arabes la Judée/Samarie et Gaza, ils ne l'ont pas fait, pourquoi ?

Fred a dit…

Sinon à part radoter (ils existent pas, ils sont jordaniens et blablabla), insulter (idiot utile....) et faire des procès d'intention (vos protégés, votre comparaison n'avait pas d'idées cachées....) vous avez un petit argument ou non?

Victor Perez a dit…

Fred,

Il y a plus de 900 articles à votre disposition. De surcroît, plein de réponses aux commentaires, notamment les vôtres, auxquels vous êtes incapable de répondre intelligemment.

Rassemblez quelques miens arguments qu'on en parle. Si vous vous sentez de niveau évidemment.

Ou alors commencez par ma réponse précédente que vous avez ignoré, histoire de voir si j'ai tout faux ? lol !

Fred a dit…

"Ou alors commencez par ma réponse précédente que vous avez ignoré, histoire de voir si j'ai tout faux ? lol !"

Non vous n'avez pas tout faux. Il n'y avait rien dans votre intervention alors forcément quand il n'y a pas d'arguments ils ne peuvent pas être faux.

Je le reprends donc.

"Mais oui ! Votre comparaison n'avait pas d'idées cachées ! Tel, démontrer la présence première des "palestiniens" alors que vous êtes incapable de me prouver leur existence propre avant 1967, ou confirmer "l'arrivée" des Juifs et donc la "colonisation" en 48, ou plus tôt, alors qu'ils ont toujours été sur place depuis la première occupation de leur pays. Même minoritaire, ce fait ne leur enlève aucun droit."

Tout faux. Je vous disais simplement que les guerres ne s'arrêtent pas forcément par un accord contraint ou forcé. VOUS vous êtes senti obligé de faire un rapprochement entre mon exemple et la situation israélo-palestinienne. Aurais-je pris Genghis Kahn comme exemple que vous auriez été aussi agressif?

=> aucun argument, juste procès d'intention

"Pour ma part je peux vous parler longtemps des indiens vivant sur place avant l'arrivée des européens. Mais je doute que ce sujet contradictoire vous passionne dès lors qu'il ne sert plus à condamner les Juifs. !"

Rien ne m'intéresse si ce n'est pas antisémite à vous lire.

=> aucun argument, juste procès d'intention

"Quant à vos guillemets, je ne m'étonne pas de vous voir les mettre. Vous êtes, inconsciemment, au diapason de vos protégés. Cela fait des décennies qu'ils essaient de les mettre également sur l'Etat d'Israël état du peuple juif mais n'y arrivent pas."

Tiens. Etonnant. Quand vous dites que les autres n'existent pas y'a pas de soucis. Dès qu'on vous renvoie l'ascenseur vous vous énervez. Les poids et les mesures....

=> Pas d'argument, juste de la colère. Justifiée, certes au vu de ma provocation.

"Ils comptent pour cela sur l'aide d'idiots utiles prêts à croire qu'une puissance, quelle quelle soit, ne peut disparaître."

=> Pas d'argument, insulte. Inutile de développer.

"Sachant votre connaissance des peuples, je ne vous ferez pas l'injure de vous lister les empires disparus."

Ni de me dire comment? Ni de voir si Israël rentre dans ces schémas? Bien entendu. Vous savez beaucoup de choses mais ne développez jamais.

=> Pas d'argument, phrase en l'air vide dans ce contexte.

"La civilisation juive est, en revanche, toujours là. Pas grâce à des individus de votre genre."

=> Pas d'argument. Procès d'intention, accusation sournoise d'antisémitisme.

"Pour ce qui est de "l'état palestinien" refusé par trois fois par le monde musulman et vos "amérindiens" en 67, 2000 et 2008, le "peuple 'palestinien" aura toujours en dernier recours la possibilité de se rabattre sur la Jordanie. Etat extrait de la Palestine mandataire."

Vous sortez enfin votre jeu. Qu'ils s'en aillent en Jordanie. Comme il y a aussi des arabes ils se sentiront chez eux lol.

=> Pas d'argument. Juste du racisme.

"Historien comme vous l'êtes, je suis sûr que ce détail ne vous a pas échappé ! re lol !"

=> Pas d'argument juste de l'arrogance et du mépris.

Sinon vous auriez un seul petit argument pour contredire ma première intervention qui pointait uniquement la fausseté de la généralité qui introduit votre texte?

Non, je sais.

Victor Perez a dit…

Fred,

Il n’y a rien dans mon intervention précédente ? Lol ! Que c’est facile !

Vous avez juste oublié que ma réflexion se base sur la réalité, la logique et la bonne foi. Vous ne pouvez en dire autant de votre dernier commentaire.

Je vous donne deux exemples.

‘’Vous sortez enfin votre jeu. Qu'ils s'en aillent en Jordanie. Comme il y a aussi des arabes ils se sentiront chez eux lol. Pas d'argument. Juste du racisme’’

C’est votre conclusion qui ne contient ‘’pas d’argument’’, ni aucune réalité mais ‘’juste de l’arrogance et du mépris’’ comme vous le dites si bien.

Pour ce qui me concerne, je suis pour un état de ‘’Palestine’’. Mes articles le disent clairement. La prochaine fois relisez moi ou refreinez vos ardeurs à dénoncer ce qu’il n’y a pas, mais n’imaginez pas une seconde que je crois que vous ne le saviez pas. Le fait que vous me reprochez les guillemets autour de ‘’palestinien’’ me démontre votre connaissance de mes écrits.

Dans cet exemple donc on n’y trouve pas d’arguments vérifiés et vérifiables, ni de logique et de bonne foi. Sur quoi forgez vous donc vos opinions pour me juger ? A votre différence, mes réflexions, elles, ne peuvent être démentie mais juste rejetées, comme vous le faites si bien, par des qualificatifs plus idiots le uns que les autres : ‘’raciste, colère, arrogance, mépris, procès d’intention…’’.

Autre exemple :

‘’Tiens. Etonnant. Quand vous dites que les autres n'existent pas y'a pas de soucis. Dès qu'on vous renvoie l'ascenseur vous vous énervez. Les poids et les mesures....’’

Où se trouvent l’argument, la réalité, la bonne foi et la logique dans cette affirmation ? Je vous mets au défi de me démontrer que les ‘’palestiniens’’ forment un peuple ayant existé avant 1967 et que la nationalité palestinienne est exclusivement la leur. Les guillemets s’imposent donc.

Je ne vous ferais pas en revanche l’injure de vous démontrer la réalité de l’Etat d’Israël, état du peuple juif. Les guillemets indiquent bien dans ce cas présent l’objectif recherché. Si vous me démontrez la fausseté cette réalité, alors seulement vous pourrez parler de poids et de mesures différents.

Pour ce qui est du ‘’petit argument’’ demandé en conclusion et devant contredire votre première intervention qui pointait ‘’uniquement la fausseté de la généralité’’ qui introduit mon texte.

Le premier serait que je ne vous crois pas innocent. D’autre part, je vais rebondir sur votre autre exemple, à savoir Gengis Kahn. Vous auriez choisi cet exemple dans votre premier commentaire, je n’aurais pas réagi pour la simple raison que ce chef mongole a conquis des territoires par la force. On ne peut donc lui coller la similitude d’Israël, qui a toujours réagi en légitime défense, ni celle des ‘’palestiniens’’ qui n’ont jamais eu de territoire à eux et qui sont pourtant confirmés comme ‘’colonisés’’. (Cet empereur a en fait imposé sa paix comme le rappelle la généralité de mon article). Il n’y avait donc pas lieu de citer cet exemple sauf à passer pour un rigolo. Et vous n’êtes pas un rigolo !

Si vous avez choisi l’exemple des amérindiens c’est qu’il colle parfaitement à votre vision du conflit. Une vision n’ayant aucun argument à opposer mais juste une doctrine à réciter.

Pour conclure en un mot : vous êtes creux. S’il n’y avait les lecteurs de mon blog, il n’y aurait aucune bonne raison que je perde mon temps avec vous.

Anonyme a dit…

Dommage que les débats nagent dans le vinaigre et dans l'acide.Je ne comprends rien à vos argutis truffés de propos méprisants;
Propos de Victor Perez : "Quant au retrait unilatéral, il mettra les "palestiniens" face à la réalité d'une reconnaissance de l'état du peuple juif, de Jérusalem capitale une et indivisible d'Israël et de l'abandon du "droit de retour" d'étrangers au sein d'Israël.". Tout est dit. Puisque les adversaires d'Israël n'accepteront jamais ces conditions, les deux peuples vivent le statu quo, de ce qui nous parvient. Je me demande bien qui cela gêne qu'Israéliens et Palestiniens puissent échanger et quelque fois coopérer sur le plan artistique, médical, ou autre. C'est preuve d'arrogance d'imaginer détenir une vérité, car l'émotion est là, dès que les conflits israélo-palestiniens sont mis sur le tapis, les passions se déchaînent et pas dans le bon sens.

Victor Perez a dit…

Anonyme,

Merci d'accoler un pseudo à votre ^prochain commentaire s'il y a.