mercredi 22 juin 2005

Mon Alyah

Après une dizaine d’années de discussion familiale, voici le temps de la concrétisation d’un dessein qui me tient particulièrement à cœur. L’immigration et l’installation de ma famille en terre d’Israël, la terre de mes ancêtres et non pas celle que d’aucuns m’affirment appartenir à un autre « peuple ».

Cette terre où, dit-on, coule le lait et le miel mais surtout où l’esprit israélien fait corps commun avec cette morale qui sied à tout ceux s’affirmant issus des combats en faveur de la Liberté, de la Fraternité, de l’Egalité, des Droits de l’homme et de la femme, tout en permettant à tout juif de diaspora d’affirmer sa dignité d’être humain face à tous ceux ne rêvant que sa disparition.

Cette terre qui fut -il y a peu encore- un désert, et qui s’est transformée -par la volonté de son peuple- en l’une des régions les plus florissantes de la planète sans pour autant, malheureusement, être devenue un havre de paix.

Et bien qu’instruit de tous les risques à vivre dans un pays perpétuellement en guerre, sujet au terrorisme, à la calomnie internationale et la condamnation permanente des instances internationales, je ne peux m’empêcher de croire mes enfants nettement plus en sécurité parmi leurs frères israéliens que citoyens d’un pays européen, en l’occurrence la France, ayant renoncé ( définitivement ??? ) à la défense des valeurs qui l’ont façonné pour de basses raisons mercantiles.

Si mon identité culturelle a principalement forgé ma décision d’immigrer prochainement en Israël, ainsi que probablement le nombre croissant d’antisiomites au km², ma raison -toutefois- ne m’en dissuade aucunement.

Nonobstant lorsque mes pensées imaginent tristement ma descendance en uniforme ( dans un avenir encore assez lointain ) surveillant les frontières de leur nouveau pays et risquant les dangers inhérents à leurs missions sécuritaires pour cause de refus du monde arabo-musulman de reconnaître le droit du peuple juif à disposer d’un état, aussi petit soit il.

Ni, non plus, lorsque je m’aperçois que l’économie du pays ne me garantit nul niveau de vie comparable à celui que j’abandonne, ou ne m’assure que le gouvernement israélien, si je défaille, assurera les miens d’un minimum vital.

D’aucuns, à la lecture des ‘’périls’’ guettant la vie future de ma famille, me recommanderaient charitablement d’oublier promptement ce projet et d’attendre des jours meilleurs pour sa réalisation. Et cependant, les formalités de l’immigration sont remplies, les déménageurs requis, la famille et les amis prévenus de notre départ imminent de France.

Ce pays qui fut autrefois le phare d’un mode de vie exemplaire et qui n’est plus qu’un pays infecté par le ‘’chiraquisme’’, une pestilence présidée par un Jacques Chirac que la mémoire de l’histoire retiendra comme le plus mauvais président de la cinquième république.

Je quitte donc cette ‘’France’’, celle dont -entre autre- l’avilissement politique du monde anglo-saxon prime sur toute autre bataille, notamment celles contre les dictatures que compte notre planète. Politique pro-arabe oblige.

Je m'expatrie de cette ‘’France’’ qui trouve, de nos jours, commun la chronique ( Les mots pour le dire ) d’un journaliste connu ( Stéphane Denis ) publiée dans un journal national ( Le Figaro ) et qui -sous couvert de la défense de la liberté de la presse- défend le quotidien dit de référence, Le Monde, suite à sa condamnation -par la cour d’appel du tribunal de Versailles- pour « diffamation raciale » envers le peuple juif

J’abandonne cette ‘’France’’ trop silencieuse, à mon goût, lorsqu’un ancien joueur de tennis ( Yannick Noah ) chantant qu’il est « métis » demande, subliminalement, « qu’Israël calme sa haine » ( sic ).

Je pars de cette ‘’France’’ qui se congratule publiquement lors de chaque libération d’otage français en oubliant systématiquement de condamner leurs geôliers inhumains, présentés par la plupart des éditorialistes comme des « résistants »… uniquement, me semble t-il, à l’installation de valeurs démocratiques qui sont très proches du mode de vie occidental.

Je laisse cette ‘’France’’ qui ronge l’autre France, celle de mon enfance, celle qui m’a vu grandir dans l’éducation qui me rapproche, aujourd’hui ,des Israéliens.

Je m’éloigne de ma France, certes, le cœur peiné mais cependant rempli d’un espoir que l’année 2007 ( voire plus tôt ) verra la fin de cette maladie et le début de la guérison qui me permettra de ne point affirmer en être devenu définitivement orphelin.

En cette attente, je contribuerai modestement et selon mes possibilités -mais avec enthousiasme- aux nécessités de ma nouvelle patrie quel qu’elles soient, étant persuadé qu’elles s’inscriront toujours dans un cadre légal et humaniste.

Tel est, à la différence de cette France malade, la certitude que je tire de l’histoire -récente ou non- d’Israël.

8 commentaires:

IsraHelp.com a dit…

Felicitations pour votre future Alyah. Nous vous souhaitons une grande reussite dans notre seule et unique patrie.

Cordial Shalom !

Antoine a dit…

Premièrement : bonne chance. Il n´est pas facile de quitter son pays : je connais bien les angoisses d´avant le départ, vivant moi-même en Amérique Latine.

Deuxièmement, je ne reconnais pas la France que j´aime dans votre discours. Il y a eut quelques actes antisémites ces dernières années mais ils sont restés statistiquement négligeables (sauf hélas pour ceux qui les ont subi). Je rappelle quand même que la communauté juive de France est l´une des plus forte du monde occidental et que, bien peu choisissent de partir en Israël ou ailleurs. Il est dangereux de reprendre à votre compte le slogan du 1er commentaire : "Israël est votre seule et unique patrie" car cela marginalise une communauté juive remarquablement bien intégrée en France. Qui sait ? Nous aurons peut-être bientôt un premier ministre ou un président juif. Je croise les doigts pour que ce soit DSK : opinion perso.

Enfin, je ne suis pas trop d´accord avec ce que vous pensez de notre politique étrangère vis-à-vis du monde anglo-saxon : nous sommes partie intégrante de l´Occident mais, en ce qui concerne l´Angleterre et les USA, nous n´avons pas vocation à les suivre comme des toutous dans des aventures désastreuses : je pense à l´Irak dont nous ne pouvons que nous féliciter d´être resté à l´écart (aujourd´hui, les éditos des journaux US ne parlent que de "retrait").

Quant à Israël, la France a tout intérêt à avoir d´excellentes relations avec. Vous serez en quelque sorte notre ambassadeur sur place. Bonne chance et bonne adaptation !

Raphael Barchichat a dit…

Un grand MAZAL TOV, ISRAEL est sans aucun notre ''seule et unique patrie.'' En espérant le meilleur pour vous...
Raphael

paul a dit…

good come back home-salut victor

Thierry a dit…

J'ai lu votre article concernant votre Alyah sur le site de Migdal !

Ayant moi-même écrit un article à propos des risques que je vois pour la France d'être une future cible malgrès sa politique honteusement pro-arabe, je voulais vous dire qu'en tant que français et catholique, je vous rejoignais sur certains aspects de mon pays décrit par vous.

Chirac est le spécialiste du soutien à des gouvernements ou des organisations qui ne sont pas fréquentables. Par ceci, il pense que la France échappera à la folie des kamikazes islamistes. C'est évidement une énorme erreur et s'en n'est une autre de ne pas soutenir la seule démocratie du moyen orient : Israël.
Qu'attend la France et l'Europe pour inscrire le Hezbollah sur la liste des groupes terroristes ? Qu'attendons nous pour distinguer les vrais amis des faux ?

J'étais peiné pour ces journalistes pris en otage mais la réaction après leur libération m'a catastrophé. Il semble que la « résistance irakienne » soit constituée de gentilles personnes qui vous « invites » pour quelques semaines dans un village de vacances. Hélas Nick Berg lui à connu le vrai visage de ses sauvages !

Qu'ajouter ? Simplement que je comprends votre décision d'aller vers la terre sainte. En tant que chrétien, j'éprouve une attirance vers ces lieux ou Dieu à parler aux hommes et où à vécu le Christ.
Juste je souhaitais vous dire que tout les français ne sont pas antisémites et que la communauté juive devait se sentir chez elle que ce soit à Paris ou dans l'ensemble du territoire.

JIMENEZ a dit…

c'est le moment de rentrer à la maison. A 36 ans,je ne savais pas que moi, j'étais juif. depuis un an et demi, j'ai comencais chercher la face du Seigneur, et c'est son Esprit-Saint qui m'a visité plusieurs fois. j'ai dechiré mon coeur devant lui et non mes vêtements, avec des pleurs et lamentations... un jour j'était envité à une soirée juive, je m'exprime de cette façon parque je ne connaissais pas mon identité réél. ce soir le rabin me demande comment tu t'appele? moi je lui ai repondu Alexandre JIMENEZ, ahhhh il exclame, tu es JIMENEZ! oui,où es-tu né? moi, à Veracruz au Mexique... il m'a dit, sait-tu que tu es Juif? non, je lui ai repondu. Regarde la terminaison de ton nom de famille: EZ, je lui ai dis,il me raconta l'histoire de 800 mil juifs deportés de l'Espagne dans les années de Christobal COLON!! EZ fut le marquage des Juifs. j'ai fut touché profondement dans mon être, quelque choses bouillonait à l'interieur de moi.
En rentrons chez-moije me sui mis à prier et à jeûner. l'humilliation devant Dieu à travers le jeûne ma ouert les yeux spirituels. la voix de Dieu et descendu sur moi, et Il m'a commencé instruire, à parler, et j'ai pleuré des jours amérement. Plus j'entendais sa voix plus je voulais le connaître. Le 10 juillet, Son Esprit me poussa vers une montagne dans les Pyrénées pour jeûner 40 jour. Au quatrième jour de jeûne, dans le sommet de la montagne nomée Peyregrand à 1943 mètres d'AT., il me parla à travers le chapître 38 et 39 du prophète Ezechiel.
Dit le Seigneur: "Je manifesterai ma grandeur et ma sainteté, Je me ferai connaître aux yeux de nations nombreuses Qui reconnaîtront alors que je suis l'Eternel" "Prophétise contre Gog" "Je donnerai à Gog un lieu de sépulture en Israël" "Je manifesterai ma gloire parmi les nations; et toutes les nations verront les jugements que j'execerai et ma main que je poserai sur elles. LA maison d'Israël reconnaîtra que je suis l'Eternel, son DIEU dès ce jour et à l'avenir!" "les nations reconnaîtront que c'est a cause de ses fautes que la maison d'Israël a était déportée, a cause de ses infidélitées envers moi; aussi leur ai-je caché ma face, et je les ai livrés entre les mains de leurs adversaires, afin qu'ils tombent tous par l'épée. Je les ai traités selon leurs souillures et leurs crimes, et je leur ai caché ma face" "j'aurai pitié de toute la maison d'Israël" "ils habiteront en sécurité sur leur territoire, sans que prsonne leur trouble. QUAND JE LES RAMENERAI D'ENTRE LES PEUPLES, QUAND JE LES RASSEMBLERAI DES PAYS DE LEURS ENNEMIS, JE SERAI SANCTIFIE PAR EUX AUX YEUX DE BEAUCOUP DES NATIONS." "JE NE LAISSERAI LA-BAS AUCUN D'ENTRE EUX ET JE NE LEUR CACHERAI PLUS MA FACE, JE REPANDRAI DE MON ESPRIT SUR LA MAISON D'ISRAEL, Oracle du Seigneur, l'Eternel."

Nous sommes dans les temps messianiques déjà, je peux assurer seulement une choses, c'est que Le Seigneur est à la porte pour juger le monde!!!
Fais ton choix dans ton coeur dechiré, repente-toi devant lui et pleur lui pour que sa grâce t'envelope.
Je te l'aissa dans la fraternité dans peuple à nuque raide. Il viens au secour de ceux quicraignent Son saint Nom!!! Alleluya!!!! Salohom

Anonyme a dit…

Bonjour, eh bien quel réquisitoire! je suis un français de 48 ans avec un peu de sang juif par mon père et je voudrais vous rapeller que la france est à l'origine de toutes les révolutions dans le monde entier, qu'ils y eu des justes pendant la guerre et ils y a des gens comme moi qui sommes prêts allez defendre Israel, que lashoa est une douleur présente quotidiennement. Ne doutez pas. Nous serons des millions à venir à votre secours. Rappelez vous les brigades internationnales. Bref ne jugez pas trop vite la France, elle a beaucoup de ressource. Cordialement.

Raphael S. Barchichat a dit…

Fort pertinent le sujet du jour...