mercredi 11 janvier 2017

Transfert de l’ambassade us à Jérusalem

Le nouveau Président des USA Donald Trump a, selon celle qui a dirigé sa campagne électorale Kellyanne Conway, comme « priorité absolue » de déplacer l’ambassade américaine de Tel-Aviv vers Jérusalem, reconnaissant, de fait, cette ville comme la Capitale de l’Etat d’Israël.

C’est dit et répété à tel point que l’Autorité palestinienne commence à réagir !

Le Président (à vie) de celle-ci, Mahmoud Abbas, a écrit à différents dirigeants, dont ceux de la Russie, de la Chine et de l'Union européenne, les appelants à ne pas « épargner leurs efforts » pour contrer un tel déplacement.

Il a également prévenu Donald Trump que ce déménagement représentait une « ligne rouge » pour les ‘’Palestiniens’’ : « Toute déclaration ou prise de position qui remet en cause ou modifie le statut de Jérusalem est une ligne rouge, et nous ne l'accepterons pas ».

Saëb Erekat, Secrétaire générale de l’Olp, a averti que si les Etats-Unis transposaient leur ambassade à Jérusalem, cela « détruirait les perspectives de paix », prédit une colère publique qui entraînera la fermeture de toutes les ambassades américaines du monde arabe, que l’Organisation de libération de la Palestine annulera sa « reconnaissance de l’Etat d’Israël »  ainsi que tous les accords déjà signés avec ce pays et, enfin, qu’il démissionnera.

D’autres pays, tel la Jordanie, ont exprimé la même vision ! Elle a le mérite d’être claire. Il y aura du grabuge !

Non pas tant pour cause d’un transfert d’une ambassade mais bien que Jérusalem ne soit reconnue comme une ville juive et la Capitale du pays honni et voué à l’éradication.

Des paroles en l’air ?

Deux choix s’annoncent donc pour le Président élu :

- Un transfert de l’ambassade et plusieurs pays musulmans s’enflammeront. On peut supposer qu’il y aura des manifestations géantes devant les ambassades us, voire que celles-ci soient envahies et détruites, et que quelques gouvernements rappelleront leurs ambassadeurs, ou même désigneront les diplomates américains persona non grata.

Quelques attentats sont mêmes à envisager ainsi que les pressions de pays ‘’amis’’, telle la France, assurant le ‘’tort’’ causé à la paix, jamais obtenue jusqu’à présent !

Sans oublier l’état juif qui subira un énième assaut de la barbarie ‘’palestinienne’’ très vite maitrisé par Tsahal.

- La deuxième solution serait, sous la pression, d’annuler directement ou par voie détournée ce transfert tant annoncé depuis 1995 par les deux chambres parlementaires us. Ce renoncement serait la signature de la lâcheté occidentale, particulièrement us, et une sacrée victoire pour ce monde musulman si désireux d’islamiser la planète.

S’il s’agira d’un échec relatif pour la première puissance mondiale, et d’une occasion ratée de rétablir la primauté occidentale, cette capitulation exigera de l’Etat du peuple juif la compréhension de sa solitude diplomatique et de l’horizon politique qui s’annoncera alors comme particulièrement difficile.

Le choix politique de Donald J. Trump concernant ce sujet sera, pour l’Etat d’Israël, révélateur du quotidien des quatre années à venir.

Inscrivez-vous pour recevoir par courriel les nouvelles publications du blog 

1 commentaire:

Réal Bergeron a dit…

Pour remettre les pendules à l'heure, c'est depuis 1995 que le congrès américain a adopté un projet de loi sur le déménagement de l'ambassade des ÉUA à Jérusalem avec l'amendement que ce projet de loi revienne à tous les 6 mois sur le bureau oval pour un décret présidentiel " sur une invocation, de sécurité ou pro-arabe " de son approbation ou report.

Il faut comprendre que le plus problématique par ce déménagement, revient à la Jordanie qui est un cadeau à la famille Hussein pour leur soutien aux Britaniques dans la première guerre mondiale et qu'elle est composée en majorité par les arabes dits " palestiniens " dont c'est le pays original de ces revendicateurs territoriaux.

La seule chose qui donne à la Jordanie une importance dans le monde musulman, c'est son contrôle sur les lieux saints islamiques de, Jérusalem.

Par le fait même, ceci serait pour le roi de Jordanie, une catastrophe politique aux yeux de la ligue arabe qui contrôle le machin ( ONU ).

La prochaine présidence américaine sera une période charnière sur la souveraineté territoriale d'Israël.

PS/ La loi bi-partisane ( Républicain et Démocrate ) # HR2846, adoptée par le congrès américain reconnait Jérusalem comme Capital indivisible de l'État d'Israël.

Longue vie à Israël, ton destin t'appartient.