dimanche 26 avril 2015

Lorsqu’un narratif antisémite devient vérité

C’est « Une grande tristesse de vous voir conclure une si magnifique carrière par ce qui, plus qu'une erreur, est une faute, morale et politique ». C’est le constat adressé à Juliette Gréco, qui donne un concert à Tel-Aviv le quatre mai prochain, par une obscure porte-parole de l'association « Sortir du Colonialisme » et membre de la campagne « Boycott - Désinvestissement – Sanctions » France

Ce bilan s’adossant, évidemment, sur une conduite israélienne ‘’condamnable’’, condamnée et ‘’sans appel’’. Un procès construit autour et à partir d’un narratif mensonger inversant les rôles de victimes et d’agresseurs, voire concevant une société israélienne qui ne peut que perturber chacun.


 « Selon les Nations Unies, Israël a assassiné l’été 2014 plus de 2.200 personnes à Gaza, plus de 500 enfants selon l’Unicef ».

Quid des milliers de roquettes tirées sur les civils israéliens ? Quid du nombre de terroristes éliminés et contenus dans le chiffre annoncé ? 
Quid de l’intention affichée par le gouvernement israélien et Tsahal de minimiser les dégâts collatéraux, volonté avérée que nul ne peut nier ? 
Et enfin, quid de l’agression établie du Hamas et du Djihad islamique envers les civils israéliens en cet été 2014 ?

Au nom de quoi tous ces renseignements sont tus à l’artiste ? Quelles raisons impliquent une analyse éliminant d’emblée ce qui justifie la réaction israélienne ?

Y-a-t’il une autre déduction que la haine du peuple juif ?

« Ainsi, ni la nature profondément raciste de cet État, ni l'ethnocide pratiqué, ni la violence de l'occupation ne vous semblent des raisons suffisantes pour ne pas l'honorer par votre présence ».

« Racisme » ? Quid, entre tant d’autres musulmans israéliens, de l’honneur fait récemment à Lucy Aharish,  journaliste arabo-israélienne ayant allumé l’un des douze flambeaux débutant la cérémonie officielle du soixante-septième anniversaire de l'indépendance de l’Etat d’Israël ?


« Ethnocide » ? Quid de la chaîne nationale israélienne diffusant divers programmes pour la minorité musulmane du pays ?

« Violence de l’occupation » ? Quid de la bestialité du ‘’peuple palestinien’’ refusant à ce jour toute reconnaissance du droit à l’autodétermination du peuple juif sur une partie de la terre ancestrale ? Quid, par ailleurs, de son manque de passé sur ce même territoire, confirmant ainsi son invention afin de devenir une arme devant légitimer l’éradication de l’Etat d’Israël, seul refuge du peuple juif ?

« (…) vous jouerez devant un public ségrégué, que plusieurs millions de Palestiniens, sous le contrôle militaire d’Israël ne pourront pas assister à votre concert ».

Les ‘’Palestiniens’’ ont-ils portes ouvertes dans l’état souverain israélien ? De quel droit se prévalent ces ongs antisémites pour certifier une telle ‘’ségrégation’’ ?

« (…) le projet politique du gouvernement de Netanyahou et Lieberman a pour unique objectif de transformer Israël en un État ethniquement et religieusement pur ». 

Quid de l’indication de la véracité de cette affirmation ?

Au-delà de la lecture de cette pitoyable lettre ouverte adressée à Juliette Gréco qui révulsera tout ignorant du conflit, c’est la confirmation d’un antisémitisme vivace autour de la planète qu’il faut conclure. Tout quidam connaissant la stricte réalité sur place ne doutera plus que c’est l’antisémitisme qui mène les ‘’protecteurs’’ des ‘’Palestiniens’’. Une haine des Juifs qui va jusqu’à créer un narratif mensonger afin d’accroître les raisons de les haïr et, ainsi, légitimer l’éradication de leur pays.

Juliette Gréco refuse de céder à cette animosité systématique. C’est tout à son honneur. Peu de politiques français, pour ne parler que de ceux-ci, l’égalent ! 

7 commentaires:

yossef a dit…

Le combat contre cette désinformation à l'endroit d'Israel devrait se mener sur plusieurs axes .
Il appartient donc aux organes représentatifs des juifs d'Europe et d'Amérique d'agir et le gouvernement israélien devrait leur apporter une aide technique voire matériel.
D'abord combattre la désinformation en EXIGEANT des médias un droit de réponse et un correctif bien visible lorsque des fausses infos sont diffusées.
Poursuivre devant les tribunaux toute action de boycott d'Israel.
Faire une promotion positive d'Israel en informant sur sa recherche , sa culture, son économie etc...
Faire de la propagande pro israélienne en racontant sans cesse l'histoire du conflit isrélo/arabe et en dénonçant le fait, que le peuple palestinien a été créé de toute pièce après 1967, parler du million de juifs expulsés des pays arabes aptès 1948 et mettre ce chiffre en parallèle avec les 250 000 arabes de Palestine mandataire, qui avaient fui Israel en 1948.
Pour résumer, les communautés juives doivent se faire entendre en hurlant si il le faut et surtout abandonner le politiquement correct et refuser d'étre les "cocus" des élections.

Mohamed a dit…

Ah vous allez plaire à Victor !

Vous mélangez aussi bien que lui le peuple juif (dans le monde entier) et les israéliens (en Israël seulement).

Mais j'ai lu les posts sur d'autres sujets et je vous laisse argumenter à votre façon, celle qui vous sert, sans avoir peur de dire des contre vérités énormes.

Mohamed

Anonyme a dit…

Malheureusement, il est quasiment impossible d'argumenter avec les supposés "anticolonialistes" et les bruns-verts du genre de la dame du NouvelObs.com. On peut donner tous les arguments logiques et facilement vérifiables (les territoires palestiniens sont bien plus ethniquement et religieusement "purs" que l'état d'Israël par exemple), cela ne servira rigoureusement à rien. Pareil pour le décompte des morts de Gaza. Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Quant au narratif antisémite, nul besoin de la guerre de Gaza. N'importe quel fait divers ou drame impliquant défavorablement un juif (qui forcément existe, les juifs étant des hommes comme les autres) est suffisant. Donc je crois que la meilleure tactique est de laisser dire. Plus on participe à la polémique et plus on excitera les antisémites et les autres salopards.

Georges B.

Victor Perez a dit…

Mohamed,

Dans les "contre vérités énormes" vous savez donner.

Pour quel pays le peuple juif (dans le monde entier) se mobilise t-il ?

Vers quel pays le peuple juif (dans le monde entier) se tourne t-il dès lors qu'il pense immigration ?

Depuis quand une minorité bruyante (les netouré karta) décrit-elle une majorité ?

Seuls les individus en manque d'arguments et défendant sans courage l'antisémitisme joue ce jeu.

Amusez-vous bien !

Réal Bergeron a dit…

C'est toujours le même, zing-zing, antisémite du donquichottisme ethnocide des idiots utiles supporteurs des squatters arabes dits " palestiniens ".

Ces infusés moralistes, anti-Juif, n'en sont pas à leur première tentative d'intimidation auprès d'artistes internationaux qui veulent se produire en territoire israélien.

Qu'elle leur en déplaise, cette volonté d'artistes de se produire en Israël au delà d'intimidations antisémites par ces idiots utiles aux œillères pro-arabe.

Longue vie à toi Israël, ton sionisme suinte ta fierté.

Johann a dit…

l'antisemitisme est présent en france, et de plus en plus visible.
La question à laquelle il faudrait peut être répondre est comment y mettre fin?
Ca devient fatiguant en tant que juif de vivre de pogrom en pogrom depuis un bout de temps maintenant...
Votre article se concentre sur l'hypocrisie de l'argumentaire anti-israel. Certes, je vous l'accorde c'est à la limite du ridicule mais dans le meme temps, les arguments antisémites n'ont jamais été très orientés autour de la véracité des faits....
Ce que j'aimerais lire dans la presse ce sont des propositions de solution... c'est peut être beaucoup demander mais je pense qu'il est impératif de commencer une réflexion collective sur les causes du problèmes et sur des solutions qui tiennent, audela de la dénonciation du problème, qui bien que nécessaire n'est que le début du processus à faire...

Victor Perez a dit…

Johan,

Il n'y a pas de solution. La haine du juif est un besoin alimentaire de l'être humain souffrant.

Quelle que soit sa souffrance.

La dénonciation de ce fléau permet de le maîtriser. Pas plus !