mardi 23 août 2011

Réponse du dindon Germain Latour à la dinde Marek Halter

Dans un précédent point de vue, Marek Halter s’était interrogé sur « Quand pourrons-nous enfin parler d'Israël en dehors du conflit israélo-palestinien ? ». Germain Latour, avocat à la cour de Paris, lui répond dans un point de vue publié également dans le quotidien Le Monde qu’« Israël doit sortir de la légende pour passer au réel ».

Autrement dit, « il faut que ce dernier accepte de mettre un terme à trois impostures majeures qui empoisonnent sa propre existence: une imposture historique, une imposture nationale et une imposture politique ». Pour simplifier, Israël serait tout simplement, à l’heure actuelle, une imposture.

Une imposture historique, car « En aucun cas, la résolution de l‘ONU (181 ndlr) n'était une décision octroyant un droit à l'existence d'un Etat juif envers et contre tous ». Il aurait donc fallu, pour cet avocat, que l’état juif à naître attende le bon vouloir des pays frontaliers, voire plus éloignés, pour décider de son existence. Une existence refusée par l’ensemble de la communauté musulmane bien avant 1948 mais aussi encore à ce jour.

Une ‘’violation’’ de la résolution qui autorise ce champion anti-israélien censé connaître les lois à accuser Israël de s’être octroyer « dès le départ et d'autorité les terres des "absents" soit environ 60% de son propre territoire, avant de procéder dès juillet 1948 ( !) à l'expulsion de 82% des Palestiniens vivant sur les territoires dévolus à ces derniers par l'ONU mais convoités avant d'être "annexés" par Israël ».

Israël s’étant déclaré indépendant dans les frontières décidées par l’Onu, les assertions de Germain Latour, non détaillées ici par des études fiables et reconnues, ne sont que de la propagande de bas étage poussant l’intellect du lecteur à s’interroger sur les moyens mis en œuvre, par cet état à peine né, dans l’expulsion de « 82% des Palestiniens ». Train ? Autobus ? Taxis ? Ou tout simplement la peur et les assassinats tels que ceux commis par leurs frères sur les Juifs ayant, eux, véritablement subi un nettoyage ethnique ? Evidemment, rien de tout cela.

Et Germain Latour serait bien incapable d’en apporter ici la moindre preuve.

Quant aux territoires annexés par Israël, ils ne sont que le ‘’salaire’’ dédommageant les quelques six milles israéliens tués par l’agression de 1948. Soit près d’un pourcent de la population globale de ce tout nouveau pays.

Pour ce qui concerne l’imposture nationale, elle « est tout entière contenue dans le fait que l'histoire nationale d'Israël occulte ces faits, et a donc créé et alimenté la "légende" de l'agression "arabe" pour justifier une politique continuelle de conquête de territoires au nom d'une légitime défense pervertie ».

Si pour lui l’espoir de jeter les Juifs à la mer en 1948 n’a pas eu lieu, celui concernant l’étranglement économique de 1956 n’est, semble t-il, rien d’autre également qu’une « légende de l’agression arabe ». Tout comme, bien sûr, le chant d’Oum Kalthoum « égorges, égorges, égorges » qui accompagna les Egyptiens, entre autres, en 1967 et obligèrent l’état juif à prendre les devants.

La guerre de 1973, de 1982, les missiles de Saddam Hussein en 1991 tout comme les souhaits et préparations iraniens du Hezbollah ou du Hamas concernant la fin de « l’entité sioniste » ne sont que mirages, que « tromperie délibérée du peuple israélien (qui) a conduit ce même peuple à accepter de consentir des sacrifices humains, politiques et financiers hors de proportions avec ce que le droit à l'existence exigeait ».

En conclusion, concernant cette imposture, « Israël n'était pas menacé mais bien menaçant, provoquant l'hostilité régionale dont il se proclamait néanmoins haut et fort la victime » (sic). 

Ne dit-on pas, ici ou là, que le Juif est responsable de l’antisémitisme qu’il subit ?

L’imposture politique quant à elle se cantonne à « une culture d'apartheid ». « Or cette culture ne discrimine plus désormais seulement les Arabes, mais désormais les juifs entre eux, au sein même de la société civile ». Un apartheid qui lui est cependant impossible à démontrer la réalité, sauf à attester que « Le mouvement "d'indignés" qui réveille la société civile israélienne aujourd'hui est la manifestation citoyenne d'une saturation face à des inégalités croissantes, à des fossés sociaux qu'Israël creuse en son sein, derniers avatars de cette culture d'apartheid qui n'est au fond qu'une perversion du sionisme fondateur ».

Il est intéressant, en comparaison, de savoir de quoi les manifestations grecques ou espagnoles, voire les émeutes des banlieues anglaises voire françaises sont la perversion ?

Germain Latour n’a, au final, qu’un seul objectif. Celui d’agréer à la demande de L'Autorité palestinienne qui a « fixé un rendez-vous de paix au monde le 20 septembre prochain devant l'ONU ». Une paix refusant, toutefois, toutes négociations directes, mais aussi l’existence d’un état pour le peuple juif. Une paix à la sauce hitlérienne qui ne choque pas le moins du monde l’avocat Latour et que l’on est guère étonné de retrouver dans le quotidien Le Monde.

Une sauce qu’a bien mérité Marek Halter à force de justifier l’injustifiable.

*************************************************************

Lire également La culpabilité israélienne selon Marek Halter

13 commentaires:

akry a dit…

Une fois encore je vais faire un copier/coller, mais ces révisionnistes employant toujours les mêmes méthodes pour délégitimer Israël, j'en suis réduit à me répéter.
La perversion des esprits par, entre autres, les manipulations de langage (tenter de faire croire qu'une vessie est une lanterne, ou un terroriste un activiste, par exemple) ou la révision de l'histoire en dépit de faits indiscutables, est le sport préféré de nos chers judéophobes.
La perversité séduit d'abord puis confusionne : c'est là son but. La confusion des valeurs (concepts, mots, faits historiques) ainsi obtenue, on peut faire croire n'importe quoi, par exemple que les juifs sont des nazis et qu'il convient donc de les éliminer.
Ça n'aura pas de fin, surtout grâce aux fanatiques du jihad et aux ordures de tous poils qui dissimulent leur haine du juif derrière des causes falsifiées, relayés par les radotages des masses incultes. C'est pourquoi il nous faut sérieusement nous préparer.
Et voici pourquoi il est bon d'être sionistes : plus jamais ça.

andrea mikoyan a dit…

qui est suffisamment patient et studieux pour avoir lu en entier la résolution 181.
le droit internationale est-ce vraiment du Droit ?
mais quand on lit la 181, on comprend que cela ne peut être qu'une impasse, un machin voué à l'échec, croire à sa réussite c'est croire au p'tit Jésus soviétique.
andrea
anamikoyan@yahoo.fr

Latour a dit…

Latour

Monsieur,

Un ami vient de me signaler l'existence de votre blog (que j'ignorais) mais surtout celle de votre "papier" d'humeur dont vous avez cru devoir "m'honorer".

Votre emportement (excessif, parfois le pléonasme est pédagogique)à mon égard exclut - a priori de votre fait - tout dialogue. C'est regrettable pour vous. Toutefois avant de vous lancer, sans prudence ni modération, dans une attaque ad hominem vous serez avisé à l'avenir de mieux "sourcer" vos informations sur la personne que vous décidez de "flinguer". A l'évidence en plus de l'être obstinément à l'égard de certains hommes, vous êtes ennemi des livres et du principe du contradictoire.

Je vous plains plus que je ne vous blâme pour cela, et Israël risque pour longtemps d'être mal parti s'il est "éclairé" par de
telles "lumières" que la vôtre.

Je laisse aux ténèbres de votre conscience, la décision de publier (censurer ?) ou non ce "droit de réponse".

Germain Latour

Victor PEREZ a dit…

Andréa,

Nul droit ne tient face à ceux qui le refusent, d'autant plus s'ils sont nombreux, et disposent de moyens pour se faire entendre.

Pétrole, pétrodoillars et malheureux d'esprits prêts à se sacrifier pour des mirages.

Depuis 1948 d'autres pays ont vu leur existence reconnue sans que cela entraîne le moins du monde un conflit.

Le monde musulman appuyé par celui des antisémites refusent l'existence d'Israël état du peuple juif.

La 181 n'a donc rien à voir à cela.

Victor PEREZ a dit…

Monsieur Latour,

Vous affirmez mon ''emportement excessif'' ainsi que mon refus de tout dialogue!?

Encore, pour le bien de notre bref échange, aurait-il fallu le démontrer aux lecteurs!

Mais là n'est pas l'essentiel, car j'aurais, en revanche, préféré d'un ''intellectuel'' de votre acabit qu'il fasse avec mon article ce que j'ai fait du sien.

Autrement dit le dépecer jusqu'à le démentir totalement, voire au moins sur un seul point.

Chose toute à fait impossible car je m'appuie sur la stricte vérité et ne brode pas avec elle comme vous.

J'aurais aimé aussi que vous donniez aux lecteurs l'origine de la citation de Bengourion que vous vous êtes contenté de diffuser dans votre article et copier du livre de Sylvain Cypel qui n'est en rien une référence d’honnêteté intellectuelle. (On se souvient, pour l'exemple, de sa dénonciation du réseau des 120 agents du Mossad oeuvrant contre les USA. Il fut le seul et l'unique à le faire découvrir sur le quotidien Le monde puis à l'enfuir aussitôt faute de preuves).

Une citation qui affirme :

"(..) Nous nous emparerons de la Galilée occidentale et des deux côtés de la route vers Jérusalem (alloués par le plan onusien de 1947 à la future Palestine) et tout ça deviendra partie de notre Etat, si l'on en a la force. Alors pourquoi s'engager (sur des frontières) ?".

Cela aurait eu plus d'impact que votre triste protestation qui confirme tout le bien-fondé de ma dénonciation, et aurait prouvé que vous êtes,vous, "ami des livres et du principe du contradictoire".

Contradiction que l'on a du mal à déchiffrer dans vos commentaires ci-dessus.

Pour le reste de vos onomatopées...Je ne rajouterai pas de sel à gratter sur vos plaies déjà si ouvertes.

JK a dit…

Voici quelques citations claires et facilement sourçables de Ben Gourion:
"We do not wish, we do not need to expel the Arabs and take their place." (1937)
"We accepted the UN resolution, but the Arabs did not." (1948)

Et à mon avis la plus importante:
"Um-Shmoom."

Philippe Karsenty a dit…

L'article de Germain Latour montre l'état de délabrement intellectuel dans lequel se trouve la France. Que Le Monde accepte de publier cette propagande nauséabonde indique vers quelles extrémités la France se dirige.
Un sursaut national s'impose en France, mais aussi en Israël pour que vous puissiez vous débarrasser définitivement de ceux qui affaiblissent et démobilisent votre pays.
Merci à Victor Perez de prendre la peine et le temps de répondre à ces torrents de mensonges.

akry a dit…

Le « droit de réponse » de Germain Latour n'en est pas un : aucune réponse argumentée, aucun fait vérifiable, juste une pleurnicherie au motif que Victor n'aurait pas été assez révérencieux ; et bien entendu des insultes.
« Une attaque ad hominem sans prudence ni modération » ? ? Victor n'attaque que vos arguments fallacieux. Quant à la modération, M. Latour, la mauvaise foi fait enrager tout comme l'antisémitisme. Et n'allez pas nous ressortir cette vieille lune de l'antisionisme, on connaît la chanson.
C'est curieux : chaque fois qu'un révisionniste est sommé de se confronter aux faits historiques, il s'indigne, et c'est tout. Goebbels disait : « nous ne parlons pas pour dire quelque chose mais pour produire un effet ».
A des fins de propagande, vous développez une thèse nauséabonde en falsifiant l'histoire. Ne vous étonnez pas de déclencher le mépris.

Alain Legaret a dit…

J’avais vu passer ce texte mais devant la déferlante de propos grotesques qui fleurissent dans la presse française, j’avais renoncé à réagir. Merci à Victor Perez d’avoir pris le temps de le faire.
Monsieur Germain Latour est un précurseur, en avance sur son temps.
Car le réel qu’il défend, n’est rien d’autre qu’une légende que l’on veut coller à Israël et qui ne manquera pas, si rien n’est fait, de prendre racine au fur et à mesure des années qui passent, et des modifications opérées dans les manuels scolaires.
Mais aujourd’hui où il subsiste encore un peu de bon sens, il n’est pas difficile de vérifier que ce papier n’est pas sérieux. Par exemple, l’avocat devenu procureur accuse Israël de s’être « octroyé dès le départ et d’autorité les terres des absents » alors que c’est bien la Jordanie et L’Egypte qui se sont installés en 1948 à Gaza, Jérusalem-Est et en Judée Samarie (appelée Cisjordanie par les révisionnistes). Israël n’a récupéré ces territoires de ces deux pays qu’en 1967, à la guerre des six jours.
C’est dommage pour un avocat qui veut se faire de la pub sur le dos d’Israël, de commencer sa campagne par une erreur judiciaire.

Son texte relève de l’accusation gratuite. Monsieur Latour reprend à son compte les grandes lignes de la propagande islamiste, la seule qui semble faire foi aujourd’hui dans une France passée sous pavillon antisémite. Elle s’attaque aux juifs israéliens parce que s’attaquer aux juifs français rappelle de trop mauvais souvenirs.
En effet, ceci est d’autant plus grave que le journal « Le Monde » n’hésite pas à publier ce genre de légende et laisse les vérités au placard. Le France est en danger à cause de ses élites qui se fourvoient encore avec l’immonde.

akry a dit…

à Alain Legaret :
absolument d'accord avec votre commentaire, où il est dit " si rien n'est fait ". La question que je vous pose [ainsi qu'à tous] : que faire quand la propagande et le révisionnisme ont droit de cité de façon quasi exclusive dans des médias partiales et/ou abusées ? S'informer reste essentiel, mais pour l'ACTION ?

Giora Hod a dit…

Quand on cite Cypel on montre de quelle ligue on fait partie et on rappelle aux "innocents" aussi le vrai visage de l'immonde .

http://en.wikipedia.org/wiki/Sylvain_Cypel (en anglais uniquement)

Anonyme a dit…

Michel Grinberg à Maitre Latour,

Je vous saurais gré de me faire connaître les coordonnées de votre cabinet pour dissuader quiconque de faire appel à vos services.
Ou vous être privatiste et n'avez du suivre le cours de droit international public qu'en dilettante. Et si vous êtes publiciste, je doute que vous ayez eu une bonne note à votre examen. Quant à votre référence à Sylvain Cypel, Asinus asinum fricat.

Anonyme a dit…

André
J'ai vu Maître Latour plaider. Ce n'est qu'insultes et mensonges contre l'adversaire ce qui lui permet d'aveugler son client pour lui soutirer de l'argent.
Le fait d'écrire de telles insanités sur Israël ne m'étonne donc pas. Je crois qu'il n'exerce plus son métier d'avocat (étant paralysé et en fauteuil roulant) et par ce biais il doit percevoir des émoluments.