mercredi 24 novembre 2010

Le plan B de l’AP présenté par la Metula News Agency

Hormis le Président Barak Hussein Obama et son administration, chacun se rend compte que les négociations de paix avec l’état d’Israël n’intéressent nullement l’Autorité Palestinienne car se refusant à toutes concessions envers ce pays. Principalement la reconnaissance de sa légitimité en tant que pays du peuple juif. Il est donc fait souvent allusion par la direction ‘’palestinienne’’ d’un plan B au cas où le ‘’processus de paix’’ ne mènerait pas « l’entité sioniste » là où il faudrait. C'est-à-dire aux abdications successives autorisant la poursuite du conflit jusqu’à l’éradication pleine et entière de ce pays. On peut donc compter sur l’AP pour torpiller tout processus et faire porter la responsabilité sur les « occupants de la Palestine ».

Un plan B soutenu par le Premier ministre ‘’palestinien’’ Salam Fayyad qui consiste à un recours direct à l’Onu afin d’obtenir la création d’un état  de ‘’Palestine’’ avec comme frontière la ligne d’armistice de 1949, plus connue sous la dénomination abusive de « frontières de 1967 ». Un plan révélé par quelques rares agences de presse soucieuses d’informer et qui tentent d’envisager sa mise en application et les répercussions qui en résulteraient.

Ainsi, la Metula News Agency, par la plume du journaliste ‘’palestinien’’ Sami El Soudi, nous conte -dans un article intitulé « Israël : pragmatisme contre dogme pour éviter l’ornière »- l’avenir forcément morose qui attend l’état juif au cas où Netanyahou ne transigerait pas : « (…) au plus tard dans trois ans, l’Etat de Palestine serait décrété par l’Organisation des Nations Unies ».

S’ensuit dans l’article un scénario catastrophique ne pouvant qu’encourager les Israéliens à faire plier Benjamin Netanyahou ou à préparer leurs valises pour un monde meilleur.


-Ainsi nous dit-il, « (…) les sanctions se mettraient à pleuvoir sur les Israéliens. Elles toucheraient tous les domaines des activités humaines, de la collaboration en matière de défense, au boycott de produits, d’universitaires et de réalisations culturelles ».

-Sami El Soudi nous assure encore que « ce serait à Jérusalem qu’il incomberait ensuite de convaincre les grandes puissances de réduire la part de territoire qui nous aurait été octroyée par l’ONU : le monde à l’envers, en quelque sorte ». 

-Enfin, ou presque, l’état Juif « (…) devrait vivre avec un quartier juif de la vieille ville de Jérusalem qui se situerait en Palestine, avec l’autoroute Tel-Aviv-Jérusalem qui aurait à traverser un territoire étranger selon les critères de la légalité mondiale ». « L’Etat hébreu devrait, de surplus, s’il n’entendait pas demeurer au ban des nations, évacuer la totalité des habitants des implantations et de la partie orientale de Jérusalem, soit pas loin de 400 000 de ses ressortissants ».

Ne manque à cette liste, mais on ne peut pas penser à tout, l’inéluctable future reconnaissance onusienne du « droit au retour » de millions de ‘’réfugiés’’ au sein d’Israël et ainsi la résolution 181 deviendrait de facto caduque.

Plus sérieusement, quelles sont les possibilités de l’Onu en cas de plan B exigé par l’Autorité Palestinienne et quelles seraient ses conséquences ?

L’avenir morose prophétisé par le journaliste ne peut avoir lieu que suite à une décision du seul Conseil de sécurité. Un  Conseil qui doit réunir au moins neuf pays favorable à la résolution présentée sans qu’un véto ne s’y oppose. Notamment celui des USA, quand bien même présidé par un Barak Obama pro-‘’palestinien’’. Un président affaibli par son échec électoral et ayant comme ligne de mire sa réélection de 2012. Quel que soit, alors, le président élu, il devra compter avec une opinion américaine farouchement pro-Israël, consciente de la valeur stratégique et de la qualité de la démocratie de ce pays. Ce qui, pour le moins, recule à aux calendes grecques une telle résolution.

Mais quand bien même ! Outre que l’on voit mal quels pays oseront affronter Tsahal pour le déloger du nouvel état créé, on imagine mal, là encore, les USA permettre le vote de sanctions tel qu’il le fait envers la théocratie iranienne. On voit mal l’Allemagne suivre cette décision. La Pologne également. L’Italie, le Canada, le Japon, l’Australie, et bien d’autres démocraties amies encore, refuseront de fait ce diktat musulman.

Autre non-sens. La résolution 242 votée en 1967 affirme la fin du conflit par un accord sur des frontières israéliennes « sûres et reconnues » par un retrait « de territoires ». Ce que démentira la nouvelle résolution par l’acceptation de la ligne verte comme démarcation, attribuant de surcroît le Mont du temple, parmi d’autres lieus saints du Judaïsme, à la ‘’Palestine’’. Ce que le peuple américain pour ne parler que de celui-ci, ne pourra concevoir. Et l’Autorité palestinienne n’acceptant pas d’autres frontières que celles de « 1967 », quand bien même légèrement remodelées, se trouvera de fait coincé par sa propre demande et l’Onu assisse entre deux chaises.

Autre absurdité de cette hypothèse de travail. La nouvelle résolution exigerait, de facto, un état ethniquement pur, vidé de toute présence de « colons » et donc judenrein. Fâcheux souvenir du siècle passé. Une résolution que les démocraties ne pourront en rien avaliser sans se renier. Une résolution d’autre part qui ne mènerait nullement à la fin du conflit. Car pour le monde musulman celui-ci ne cessera qu’avec un retour massif de ‘’réfugiés palestiniens’’ au sein même d’Israël au fin de circonscrire définitivement par la démographie l’indépendance de la présence juive au Proche-Orient.

Par cette réflexion, on ne peut imaginer un tel scénario que dans la mesure où les démocraties occidentales se renieraient totalement et épouseraient la vision d’un Islam radical. Une vision qui affirmerait légalement que le peuple juif est un peuple à part et n’a aucun des droits des autres peuples. Une fiction que l’on a du mal à se représenter.

Cependant, les ‘’négociations’’ ne menant vers nulle part, il est évident que la ligue arabe, pensant exactement comme le journaliste ‘’palestinien’’ de la Mena, se retournera vers l’instance onusienne pour ‘’résoudre’’ le conflit comme il l’entend.

Ainsi, l’occasion sera donnée à chacun de se positionner et de compter ses amis.

Il est loin d’être évident qu’Israël se retrouvera alors tout seul.

11 commentaires:

CC a dit…

Je suis entièrement d'accord avec cette analyse. Mais, il faut y ajouter les mouvements de protestation qui viennent du plus profond des populations du "monde libre" , largement occultés ou dénigrés par les médias. Tous ont comme fondement, bien au delà des problèmes économiques, le refus de l'islamisation à marche forcée que nos dirigeants ont, par aveuglement, corruption ou calcul électoraux, laissé se mettre en place. C'est donc bien dans tout ce "monde libre", qui retrouve ses valeurs communes, que passera la ligne de défense principale d'Israël. Ces populations, à présent parfaitement éclairées, commencent à exercer une pression de plus en plus forte sur leurs dirigeants (cf la réaction de Mme Merkels). La prise de conscience porte non seulement sur la menace qui pèse sur nos valeurs judeo-chrétiennes, mais également sur les choix stratégiques des États. C'est à nous, en tant que population, d'adhérer à tous ces mouvements de protestation, en masse, et pas seulement à un seul, mais à tous ceux qui s'offriront à nous et sans se laisser influencer par les jugements des médias hexagonaux, bien au contraire, plus ils seront négatifs, plus ils vous indiqueront ceux qui sont les plus dangereux - pour eux-. C'est un excellent marqueur!. Nous devons nous manifester , ne rien laisser passer, en un mot, devenir des activistes. C'est à ce prix que non seulement nous pourrons sauvegarder nos valeurs face à un mouvement de régression sans précèdent qui nous menace dans notre existence, menace nos libertés, mais que nous participerons efficacement à la défense d'Israël en donnant un "background" à nos dirigeants, quels qu'ils soient, dans les décisions qu'ils prendront dans les instances internationales. Si les gauches , partout, ont deja choisi leur camps, celle de l'islamisation de nos sociétés sous le couvert qui ne trompe plus personne de "multiculturalisme", si l'extrême droite sous le couvert d'une belle blonde plutôt sympathique, qui, même si elle n'est ni bottée ni casquée, ne peut nous tromper sur son propre "background", il reste la droite traditionnelle de type UMP ou centristes sur laquelle nous devons peser de tout le poids de nos actions. Les libéraux, dont il serait vain de minimiser le poids (je les connais, j'en fais partie) , sont acquis sans réserve aux valeurs qui ont fondé notre civilisation car les idées libérales trouvent leurs racines dans le décalogue, (ce qui explique que nous avons les mêmes ennemis) . Quant à la gauche traditionnelle qui veut présenter DSK comme une lumière d'espoir pour les juifs et les empêcher de déserter cette idéologie qui est devenue à présent la vraie extrême droite, il n'est que visionner son récent voyage en Algérie pour être éclairés sur ladite "lumière" (et Dieu sait si j'aurais aimé qu'il en soit autrement). Comme d'habitude, notre sort est entre nos propres mains, dans notre capacité à ne pas baisser les bras, à retrouver nos valeurs et à reconnaitre nos amis, à connaitre nos ennemis, sans se voiler la face. NOUS RÉUSSIRONS, C'EST ÉVIDENT, nous avons la Foi, la Volonté, l'Intelligence, et nous trouverons la force dans notre instinct de survie. ! Nous ne sommes pas seuls, loin de là!

CC a dit…

j'apprends a l instant via Guy Milliere que "Le site drzz.fr a été victime d'une attaque massive de hackers. L'hébergeur a pris peur: il a verrouillé le serveur et a fermé notre compte. Cela me semble très grave. Le terrorisme peut aussi prendre une dimension informatique."

cohen a dit…

Mon Cher Victor,

Jusqu'à ce jour, j'ai toujours été en parfait accord avec vos analyses.

Ce dernier commentaire initialise notre première divergence.

En effet, contrairement à vous, je pense, hélas!!, que la probabilité d'une unanimité au Conseil de Sécurité sur la reconnaissance d'un état palestinien dans les frontières de 49 est très probable et je ne saisis pas, à vrai dire, ce qui autorise votre optimisme à ce sujet.

Vous serez d'accord avec moi pour dire, qu'à part les USA, aucun autre membre du CS ne s'opposera à cette décision.

Mais même les USA et à fortiori avec Obama ne reconnaissent pas les annexions d'Israel.

Cette unanimité ne tient qu'à un fil et ce fil est d'autant plus fragile que c'est Obama (un véritable ennemi d'Israel lui) qui brûle d'impatience après sa dernière déculottée de se venger sur Israel (ne pas oublier qu'il a la haute main sur la politique étrangère)

Donc constatant le blocage des négociations et tenu par sa promesse d'un état palestinien l'année prochaine, il ne se gênera pas pour se joindre à la curée à l'ONU.

Je pense d'une manière générale que les Juifs ou Israel doivent toujours parier sur le pire s'ils ne veulent pas être pris au dépourvu. Dans l'océan de mensonges de haine et d'hypocrisie dans lequel nous sommes plongés, rien ne m'incite à l'optimisme.

Sans me qualifier d'oiseau de mauvaise augure, chaque jour, tout indique objectivement cette plongée dans l'abîme.

Nous (les Juifs et Israel) allons passer de très mauvais moments mais nous nous en sortirons toujours miraculeusement et les autres nations paieront très cher cette souffrance qu'ils nous imposent. On ne touche pas impunément à Israel .... Lo yanoum ve lo Yichan ....

Toutes mes amitiés,

Robert

Victor PEREZ a dit…

Robert,

Je ne dis pas qu'Obama ne s'abstiendra pas à l'Onu voire ne votera pas pour un état de palestine.

Je dis que cette position affectera sa réelection et fera bouger les lignes. Ainsi le débat fera rage et s'éclaicirera.

Le monde libre contre l'islam. Un monde libre devant vendre un de ses plus fidèles alliès pour pouvoir être épargnés par le crocodile musulman.

Un projet à court terme lequel je ne crois qu'il sera soutenu par les peuples.

ANNA a dit…

je suis malheureusement aussi de l'avis de robert mais je pense que nous ne devons en aucun cas rester les bras ballants en attendant que le pire se produise. Je pense qu'Obama se fiche de sa réélection, mais pas les futurs membres du congres dont la réélection dépendra de leur position sur ce sujet puisqu'elle est déjà plus que compromise par leurs positions derrière OBAMA. Je pense qu'en ce qui nous concerne nous pouvons exercer une pression (en tous cas essayer, cela a marché en Allemagne) sur les autres membres du conseil de sécurité.

geneghis a dit…

Je ne pense pas qu'Obama se fiche de la sécurité d'Israël. Je pense qu'il essaie plutôt d'éteindre le feu que Bush jr a allumé le jour où il a voulu finir la guerre de son papa.
Ce qu'on ne dit pas, c'est que les tractations avec la Turquie ont abouti et que les USA ont pu mettre leurs rampes missiles à proximité de la frontière irano-turque. Ce qui n'est quand même pas rien!
Surtout quand on sait qu'il doit naviguer entre des européens anti-turcs et des israëliens qui continuent à avoir des transactions militaires avec les turcs, ceci sans que les islamistes doivent s'en alarmé.
Israël a quand même une économie florissante par rapport au reste du monde. Elle a su s'adapter. Alors, ne tirez plus sur Obama. Pour une fois qu'il y a un président intelligent aux USA depuis longtemps ;-)

ANNA a dit…

la methode couet ça ne marche pas , mais ça aide beaucoup a bien dormir, ce qui n'est pas rien!! bonne nuit les petits!!

Cat Ola Hadacha a dit…

@ Geneghis
Obama, un "président intelligent"?
Me fais pas rire, j'ai les lèvres gercées!!
Il est grave au point de donner son aval pour la construction d'une mosquée à Ground Zero, en plus! Il est borné, lèche-bottes, insensible et tordu. Poil au nez. Avec ce gars-là, on doit craindre le pire, je crois.

Bisounours a dit…

On n'a rien a craindre, on peut compter sur les autres pour nous soutenir.

S'ils nous ont lachés quelquefois, c'est surement par distraction.

Bonne nuit.

Anonyme a dit…

Mon Cher Ami
Vous (nous) vous faites mal en faisant cette analyse...
Le rabbi de Lubawitch disait que le peuple juif est une brebis entourée de 70 loups....
Jusqu'à présent TSAHAL et la mauvaise conscience de l'occident après la choa étaient les principaux garants de la sécurité d'Israêl
Avec le temps ces deux supports s'estompent car l'arrivée de missiles bon marché , l’accès aux techniques atomiques d'une part et la propension à l'oubli des nouvelles générations de la choa d'autre part
Donc il est VITAL de trouver de nouvelles raisons et de nouvelles stratégies de survie
Vous conviendrez qu'elles passent par une meilleure IMAGE d'Israel et par une création de "ponts" avec le monde arabe en utilisant toutes les entités musulmanes qui craignent la main mise des Islamistes.... J. Attal

Victor PEREZ a dit…

J.Attal,

Pour faire des ponts il faut être au moins deux. Pour ce qui me concerne je n'arrive à dénombrer qu'un seul désirant ces ponts. Il se nomme Israël. En revanche, pour ce qui est de compter ceux qui veulent détruire ces ponts j'arrive aux chiffre de 56. Les 56 états de l'OCI sans oublier bien sûr l'AP.

Genehjis,

Les missiles en Turquie sont encore du domaine du rêve. De surcroît, il me semble que la Turquie exige que ce système soit réservé aux seuls membres de l'Otan. Autrement dit pas pour Israël.

Anna,

Les autres membres du Conseil de sécurité sont acquis à la cause de leurs intérêts bien compris. Telle la France, la Chine, la Russie ou la GB ayant tous un droit de veto.

Là où il faut faire pression c'est sur l'opinion américaine. Peuple véritablement frère du peuple juif. Par les valeurs et la religion.