dimanche 20 novembre 2005

Le pouvoir néfaste des médias

Patrick Saint Paul, journaliste du Figaro connu pour ses prises de positions partisanes, vient de commettre, dans le quotidien qui l’emploie comme envoyé spécial en Israël, un nouvel article qui ne peut laisser indifférent ceux qui défendent les valeurs des Droits de l’Homme et qui se refusent à perdre leur bon sens.

Ce n’est pas tant le texte de son papier intitulé « Israël : Sharon et Peretz vont aux urnes » qui pose problème, mais sa conclusion qui certifie qu’« (…) il est improbable qu'une véritable percée ( pour la paix nda ) aura lieu si Sharon est réélu à la tête du Likoud ». Allégation assurée sur le ton de ‘’l’expert’’ connaissant les méandres du conflit, mais pourtant pris à maintes reprises en flagrant délit de ‘’politiquement correct’’, et donc de propagande.

Posture qui lui interdit d’être incontestable par de nombreux lecteurs particulièrement attentifs aux faits du conflit israélo-arabo-musulman. Notamment celui de la forte opposition à Ariel Sharon, dans sa décision d’évacuation unilatérale de la bande Gaza, terre aride rendue fertile par le labeur de milliers d’Israéliens. Opposition ferme provenant essentiellement du Likoud, manifestant son rejet catégorique de toute prise de risques sécuritaires, mais aussi son refus d’abandonner -sans contrepartie-cette terre, monnaie d’échange dans l’hypothèse d’une véritable négociation de Paix. Opposition décriée, faut il se le rappeler, par ces mêmes ‘’experts’’ qui n’hésitèrent pas à prédire une prochaine « guerre des Juifs ». Qui n’eut pas lieu, à leur grand dépit.

Bref ! Des lecteurs appréciant et saluant, à leurs justes valeurs, les risques endossés par le Premier ministre israélien dans l’unique objectif de la relance de la « carte routière », mais aussi saisissant le diktat du politiquement correct, propagé par ce monde médiatique si souvent oublieux de la critique quant à l’absence de l’Autorité palestinienne dans la recherche de cette paix si désirée. Un diktat qui permet d’affirmer, haut et fort, tout le pouvoir maintenu entre les mains de ces ‘’experts’’, et donc le danger qu’ils représentent.

Avis, aujourd’hui, partagé publiquement par un de leur confrère -connu du monde télévisuel par son émission du dimanche « Arrêt sur image »- assurant en conclusion d’un rebond paru dans le quotidien Libération « (..) qu’ils sont le pouvoir ». Accusation, de Daniel Schneidermann, étayée -dans sa chronique hebdomadaire intitulée « Ce que révèlent les émeutes »- par des faits précis des rédactions de France Télévision, notamment celle de France 2 dirigée par Arlette Chabot. Des actes indignes d’une rédaction honnête vis à vis de ses téléspectateurs et défendant son indépendance informationnelle. Des actes tels la diffusion d’images de policiers en train de frapper un homme à terre uniquement après les avoir montré au ministère de l’Intérieur. Ou encore la censure de ces mêmes images de son site Internet…

Des choix qu’un média aux ordres d’une république bananière n’aurait pas désavoué. Des préférences qui remettent, au goût du jour, l’accusation de diffusion d’une mise en scène ayant entraîné et accentué la mise au ban de l’Etat d’Israël. Un faux célébré dans de nombreuses capitales de dictatures arabo-musulmanes, ayant comme objectif l’éradication définitive de cet état. Un mensonge, devenu étatique par l’impossibilité de rétablir LA vérité. A savoir, qu’il n’existe aucune preuve filmée de ‘’l’assassinat’’ de Mohamed Al-Dura, ni de son agonie pourtant assurée par l’envoyée permanent de France 2, à Jérusalem, Charles Enderlin.

Dysfonctionnements intolérables se passant en France, pays qui se veut phare pour le reste de la planète, et qui devraient inquiéter tout démocrate soucieux que ce quatrième pouvoir ne reste pas sans contrôle.

Les défenseurs de l’Etat d’Israël ont été parmi les premiers à tirer la sonnette d’alarme. Il est à souhaiter qu’ils soient rejoins, très rapidement, par le plus grand nombre.

2 commentaires:

Sébastien a dit…

L'affaire Al-Dura qui a encore été citée par le Monde dans un article concernant la mort accidentelle du palestinien de 12 ans et le don de ses organes par ses parents. Cet amalgame a été fait par Stéphanie le Bars, Saint-Paul au féminin.

Anonyme a dit…

Dans la même émission d'Arrêt sur images, on voit la séquence diffusée chez Karl Zero où les cris des émeuteirs sont sous-titrés "Sarkozy fasciste", alors que l'on entend parfaitement bien "Sarkozy sale juif".
Aucun journaliste du plateau n'a relevé la manipulation.