dimanche 4 juillet 2010

Une guerre de civilisation à nos portes

Au fil des jours, Israël est de plus en plus délégitimé. Ce petit état, le seul état au monde justifié par une résolution des instances internationales, devient la bête noire de nombreuses nations et pas des moindres. Ce petit peuple « sûr de lui et à la nuque raide », dixit un ancien président ayant préféré les pétrodollars à cet allié fidèle, représente aux yeux des sondés de la planète une menace à leurs quiétudes.

Il serait trop fastidieux d’établir, ici, une complète litanie des ‘’reproches’’ tenus à son encontre.

D’ailleurs, le voudrait-on, par où commencer ? :

• par les noms et faits des hommes politiques qui jurent tous, le cœur sur la main, d’assurer sa sécurité mais n’hésitent pas de l’autre à le convoquer tel un valet et à l’accuser de « disproportion » pour mieux le poursuivre devant les tribunaux internationaux à chaque geste concernant sa légitime défense?

• par les tribunaux civils qui refusent de reconnaître le délit d’antisémitisme car couvert par le paravent de l’antisionisme, même quand de rares consignes sont données par les chancelleries ?

• par les médias à l’attitude déontologiquement condamnable qui assurent la libre circulation de l’information qui nuit à son image mais escamotent systématiquement celle qui l’explique ou qui le soutient. ? Ce qui a comme conséquence première l’augmentation de la haine idéologique.

• par les Ongs, assurant la défense des droits de l’homme excepté lorsqu’il est Israélien ?

• par les instances internationales noyautées par une majorité antisémite structurée et jamais dénoncée par les politiques, les tribunaux civils et internationaux, les médias, ou encore les Ongs cités plus haut ?

Au vu de cette liste, l’évidence est qu’Israël est de plus en plus seul et, de surcroît, entouré d’ennemis -à contrario soutenus par intérêts et par peur- voués, comme toujours, à son éradication.

Chaque grande puissance connaît cette réalité. Et cependant, l’étau se resserre jour après jour autour du seul refuge du peuple juif afin qu’il cesse de se débattre et acquiesce aux conditions ‘’palestiniennes’’ et arabes d’une « paix juste et durable » pour le bien de la planète.

Des conditions qui fixent que les frontières seront celles de 1967 ou presque ; que les ‘’réfugiés’’ encore vivant ainsi que leurs très nombreux descendants réintégreront pour une grande partie la patrie d’où ils furent ‘’chassés’’ en 1948 ; que la capitale de la ‘’Palestine’’ sera Jérusalem-est -comprenant évidemment le ‘’troisième lieu saint de l’Islam’’- ; et que ce pays à venir sera démilitarisé mais contrôlé par ces grandes puissances si promptes à condamner Israël dès sa volonté de légitime défense exprimée !

De quoi soulever les doutes des Israéliens quant à la paix promise, les pousser à se replier sur soi, et inciter l’Iran, la Syrie, le Hezbollah, le Hamas -sans oublier leurs soutiens- à pousser leur avantage et tenter l’aventure de l’élimination de « l’entité sioniste ».

Israël n’étant pas la Tchécoslovaquie des années 30 du siècle passé et le peuple juif refusant le nouveau statut d’apatride qu’on lui promet, il est évident qu’il prendra les devants afin de réduire militairement la menace existentielle représentée par cet axe du mal sans tenir compte, le moins du monde, des appels à la raison et à la retenue de ses ‘’amis’’.

Ce conflit prévisible ayant très peu de chance de se cantonner au seul front, et au vu de la réaction probable de la communauté musulmane internationale éduquée à la haine du juif et du croisé, il aura pour effet immédiat de contraindre le monde occidental à se positionner et à choisir définitivement son camp : Israël et les valeurs universelles où celui de l’Islam et son obscurantisme garant de sa chute ! Celui d’une réelle démocratie, ou celui de la COLLABORATION par crainte d’embargos pétroliers, d’émeutes dans les territoires perdus des différentes républiques occidentales qui révolteront les ‘’souchiens’’, ou encore des attentats terroristes commis sur terre, sur mer et dans les airs par les ‘’martyrs’’ musulmans ?

Des craintes qui se préciseront, s’intensifieront et s’affineront quelque soit la position occidentale sur cette nouvelle crise proche-orientale. Un conflit qui aura pour effet de révéler son état réel. Une situation qui risque d’être celle d’un monde en quête d’identité. Quelque soit son positionnement futur sur ce conflit à venir, il signera la fin d’un monde de bienfaits et le début d’un monde partagé entre les tenants de la démocratie et celui d’un monde régi par une civilisation d’un autre âge.

Quant à Israël, il ne sortira pas indemne de cette conflagration, mais en émergera comme un pays debout n’abjurant pas sa destinée de refuge du peuple juif et les valeurs qui l’ont fait. Un embrasement qui lui permettra au final d’obtenir ce que les grandes puissances de ce monde sont en train, sournoisement, de lui refuser pour causes d’intérêts bien compris. Une guerre préventive qui se révélera morale car lui permettant de recouvrer sa totale légitimité ou, pour le moins, de desserrer l’étau pour de nombreuses années.

17 commentaires:

Libéralisateur a dit…

Qui peut raisonnablement penser que l'on va sortir de cette crise durable - qui pourrait d'ailleurs soutenir qu'il n'y a pas de crise - par des réunions d'instances et de "bonnes" résolutions. Les antagonismes sont trop existentiels et fondateurs.
Il y aura donc conflit. Va-t-il aller jusqu'à une purge totale au bénéfice de l'un ou de l'autre ? L'occident ne pourra faire autrement que de choisir son camp et prendre position, l'enjeu est aussi la survie de ses valeurs fondatrices. Mais la paix du monde repose sur l'arrêt quasiment définitif des visions expansionnistes des valeurs rétrogrades de l'islam. Et de partout. Il faudra demain tarir à leurs sources tous les financements de cette subversion et prêcher une doctrine de paix et elle ne devra pas être athée mais au contraire, porter des valeurs religieuses dont le monde du XXIème siècle a besoin.
Qui va mettre en marche la machine pour lancer ce combat. A force de provocations et de menaces de plus en plus précises, le monde musulman va obliger Israël à sortir du bois. Est-ce inconscience de leur part ou cela fait-il partie d'un processus d'auto-destruction, initié parce que d'abord eux, savent qu'autrement, ils vont de plus en plus dans une impasse ?

claude a dit…

ce conflit est inévitable, j'ai toujours su qu'Israel avait tord de faire des ventes d'armes a la turquie, je savais qu'un jour ou l'autre elle se retournerait contre nous, je sais aussi que cette paix avec l'Égypte ne durera pas longtemps moubark va mourir un jour et cette paix avec lui, pour sa survie Israël est oblige d'élargir ses frontières, se n'est plus un choix mais une évidence...

Lola se llama la luna a dit…

Mon commentaire précédent a eu du mal a passer et est haché. Voici quelque chose de moins mal :



Bonjour Victor.

 Depuis quelque temps, je ne cesse de dénoncer cet homme  - que l'orgueil a poussé à se croire humilié et que la volonté de préhéminence de son pays dans le monde aveugler sa raison -cet homme qui a osé proférer cette énormité qu'il aurait été bien avisé de s'appliquer d'abord à lui même. Cet homme est un héros. Cet homme est un Français. Cet homme est également un assassin. Cet homme, c'est le Général de Gaulle, notre fierté devenue notre honte, car c'est de lui, et de lui seul qu'est partie cette politique de détestation active d'Israël pour des raisons aussi basses que triviales et qui a donc eu deux causes principales - et son terrain d'action, avec deux mille ans de manipulations chrétiennes à son actif était prêt à recevoir "la bonne parole".

Car la conjoncture n'explique pas tout et ne saurait être une excuse. La responsabilité du Général est énorme. 

La première raison de sa bassesse réside dans l'orgueil incommensurable du personnage. Il n'a jamais pardonné - qu'y avait-il à pardonner d'ailleurs ? - de n'avoir pas été invité aux accords de Yalta. C'est là l'origine de sa haine des États Unis et cette haine allait prendre le pas sur le réalisme - un comble pour un homme politique de soumettre ses actes à ses passions, nonobstant les conséquences et l'avenir. Exit donc les USA, nos aliés de toujours, plus même : nos amis de toujours. Adieu, vous avez osé offenser les grand homme, il lui faut réparation - le duel d'autrefois n'existe plus, qu'importe, ce sera un duel d'un nouveau genre, un duel d'influence, un duel de marchés, un duel de culture et de parole, un duel de commerce et de gros sous. 

La deuxième raison de cette bassesse est une très trIviale raison mercantile, doublée d'une volonté de désir hégémonique de l'Europe (avec la France pour chef de fil, évidemment). Ces vues aussi immorales que malsaines auront pour conséquence première l'abandon d'Israël, la soumission de plus en plus grande aux volontés des pays arabes, puis musulmans, le dénigrement systématique d'Israël de façon de plus en plus lourde et évidente, le renoncement à l'Algérie dans les horribles circonstances que l'on sait... 

Tout cela, en germe dès la fin des années cinquante, est monté en graine, les graines ont aimé la terre sur laquelle on les invitait à germer pour aboutir à l'horreur d'aujourd'hui, aux horreurs d'aujourd'hui. 

Je ne suis pas Israélienne. Je ne suis pas Juive. Je suis une souchienne, oui, une souchienne, une sous-chienne, un être méprisable par la volonté des gouvernements successifs de la France, gouvernements peuplés d'antisémites notoires ou, plus dangereux peut-être, de Juifs atteints du syndrome du  

Adieu l'idéal, adieu le sens des valeurs, adieu l'honneur aujourd'hui vendu, adieu la morale...

La France d'aujourd'hui, peuplée de souchiens et autres dhimmis, de musulmans dont l'inertie majoritaire est prête à se transformer en folie sanglante, de Juifs quasi assimilés dont les préoccupations sont identiques à celles des souchiens, et de quelques combattants qu'on veut empêcher de parler mais qui hurlent tellement fort qu'un nouveau héros finira bien par les entendre... 

Une douce pensée pour Gilad, et également une pensée pour Netanyahou dont l'âme doit être horriblement. 

Lola se llama la luna a dit…

Libéralisateur, cerné par les chiens, le faisant n'a d'autre ressource que s'envoler, et là... Dans le cas d':Israël, heureusement, la plume a cédé la place à une protection quasi impénétrable, aussi bien physique que morale.

Cependant, Israël ne maîtrise pas la communication, et aujourd'hui, beaucoup de choses passent pas la communication, qu'elle soit subliminale ou matraquée au "vingt heures". Il faudrait acheter des espaces publicitaires, encore et encore, et exiger que tout produit issu de brevet israélien en porte la mention sur l'emballage, processeurs, vaccins, systèmes d'irrigation...

Les articles des journaux disent parfois des mensonges, mais il mentent plus souvent par omission, les titres et les chapôs de sont que des "accroches" destinés à attirer l'attention et pour cela ils se servent d'un extrait choquant - les médias ignorent-ils à ce point que ce titre ne sera bien souvent que ce que lira le client distrait par d'autres accroches, tout aussi tronqués d'ailleurs.

La France tranquille de "Tonton" et les pommes de Jacquot, avec leurs messages induits et subliminaux ont été de beaux exemples d'efficacité. Mieux vaut passer sous les fourches chauvines de la pub, elles sont somme toute paisibles, que revenir au régime de la dhimmitude...

Anonyme a dit…

Cet article discrédite plus Israel que tous les antisémites que tu fantasmes partout.
Souhaiter une guerre mondiale pour ""sauver"" Israel. Merci. Sans moi.

Victor PEREZ a dit…

A Anonyme,

Il ne te reste plus que l'inversion de la réalité, des valeurs ou le refuge d'un monde virtuel afin de nier l'évidence.

Tu te discrédite tout seul

Lola se llama la luna a dit…

Erreur de frappe qui prêterait à sourire en d'autre moment.
Il s'agit bien sûr des "fourches CAUDINES", ce qui n'exclue pas d'ailleurs qu'elles soient chauvines par la même occasion.
Et je crois que mon correcteur orthographique fait du zèle...

Lola se llama la luna a dit…

Anonyme, personne plus qu'Israël ne souhaite la paix, et personne ne souhaite la guerre, sauf certains malades ans doute. Cependant, il faut bien avouer que les sociétés occidentales, avec leurs détournements et interprétations des droits de l'hommes, leurs encouragements tacites à des attaques frontales ou larvées contre Israël, leur lâcheté et leur affairisme se trouvent aujourd'hui piégés par leur immoralité et leur compromis indignes. Si elles ne réagissent pas très vite et d'une façon radicale, qui va faire mal il ne faut pas le cacher, Israël sera amené à se défendre et ne succombera pas seul -les Occidentaux n'autaont alors très vite d'autre alternative que se faire complices de l'abjection et sauver leur peau, mais pour un temps seulement, ou bien entrer dans un conflit par elles même provoqué.

Le responsable de cette situation n'est PAS Israël.

Anonyme a dit…

Je sais qu Israel et ses alliés et ses ennemis en sont capables. C'est les soutenir qui craint à mort. Le choc de civilisations est le meilleur argument des terroristes des deux bords. Et ce ne seront ni Netanyahu ni Obama ni Ahmadinejad ni ""Benladen"" qui vont se prendre les bombes.
Défendre la paix, c'est défendre aussi les israeliens qui vont en bouffer de la bombe. Pas les faucons qui les dirigent, les israeliens. Mais les vies civiles ça te dépasse, tu es dans la ""pureté"" des ""idéaux"".

geneghis a dit…

Je suis ce que tu dis Lola la Luna, et bien que je sois d'accord avec ce qu'a dû ressentir De Gaulle lors des derniers jours de la deuxième guerre mondiale, il ne faut pas oublier que cet homme a subi d'énormes frustrations.
La 1ère étant de ne pas être écouté lorsqu'il a pris conscience que l'Allemagne tournait plein pot pour construire des armes militaires.
Que sa tête fût mise à prix par Pétain et les Français avaient le choix de collaborer ou de rentrer dans la resistance au risque de se faire passer pour des terroristes et de se faire tuer.
Que Pétain a sali la France et peut-être De Gaulle a-t-il voulu nettoyer ce déshonneur en participant le plus activement qui lui était possible à la libération de la France.
De Gaulle n'est pas un saint, mais on ne peut s'empêcher d'admirer une certaine claire-voyance, nonobstant son racisme.
Mais le fût-il vraiment quand on voit qu'il a donné l'indépendance à l'Algérie sans en prendre la responsabilité ou la dimension de ce que cette indépendance allait coûter aux Algériens qui s'étaient alliés à la France.

Mais la ségrégation n'est-il pas finalement un instinct naturel de l'homme? Ne tape-t-on pas régulièrement sur les mêmes? Que ce soit le musulman, le juif, le noir, l'handicapé, l'assisté social, j'en passe et des meilleurs? (Désolée de tout mettre dans le même sac, mais j'ai pu remarqué que les populistes avaient une « légère » tendance à concilier tous ceux qui gênent).

Changeons de point vue.

On a, d'un côté Erdogan, 1er ministre turc énormément riche, qui se déplace avec une armada de limousines et hélicoptères, de l'autre, Amanimedjad (décidément, le nom ne me rentre pas dans la tête), qui gagne 300 dollars par mois, qui a deux costards, un petit trois pièces et une mini bagnole avec une voiture de garde à l'avant, une autre à l'arrière. Deux personnages qui sont à la tête de pays qui ont une frontière commune assez longue et un problème commun: les Kurdes.

geneghis a dit…

On a les Américains qui continuent le plan que Bush Junior a concocté, à savoir après avoir semé le petchi en Irak, retire les troupes de ce pays et se mobilise pour s'attaquer à l'Iran.
Obama aurait voulu que la Turquie entre dans l'Europe, mais l'Europe n'en a pas voulu.
Obama a voulu mettre ses bases stratégiques en Turquie comme les USA ont pu profiter durant la guerre d'Irak tout en omettant, à l'époque, le fait Bush Jr allait donner la partie kurde de l'Irak aux Kurdes si ces derniers les aidaient dans le conflit Irak-USA. Erdogan a refusé, non qu'il soit anti-israëlien ou autre, mais pour ne pas être impliqué dans le futur conflit entre l'Iran et les USA.
La Turquie veut être neutre et tous les petits à-côtés qu'il y a eu entre Israël et la Turquie sont de l'esbroufe pour nous autres occidentaux qui ne comprennent rien à rien. La Turquie ne veut pas s'engager dans une guerre avec l'Iran, point barre. Et les négociations officieuses continuent entre la Turquie et Israël en Suisse.
Obama met donc ses troupes en Azerbaïdjan, pays ami de la Turquie mais ennemi juré des Arméniens. Les USA sont bien en train d'encercler l'Iran pour une frappe militaire. Leurs nouveaux alliés: les Israëliens.

Est-ce que l'Iran a la bombe atomique? Personne ne le sait.
Est-ce que l'Iran ou la Perse est-il un pays agresseur? Rien ne le montre dans l'histoire.
Selon les observateurs de la CIA, bien que l'Iran ait un nombre considérable de soldats, son matériel stratégique est obsolète.
Selon les observateurs et décodeurs de la CIA, Amanimedjad n'a jamais parlé d'agresser Israël, mais ne le reconnaît pas en tant qu'Etat et ne doit pas figurer sur les cartes géographiques. Cela veut-il dire qu'il allait lancer une bombe sur Israël? En a-t-il seulement les moyens?

geneghis a dit…

Il y a des tas de choses qu'on peut reprocher à ce dictateur iranien. Mais la question que je me pose est: n'est-on pas en train de nous bourrer le chou avec de petits tracas ridicules afin de légitimer une frappe imminente sur l'Iran?
Prend-on conscience qu'un autre bourbier va être créé au même titre qu'en Irak où les guerres fratricides continuent à faire des morts chaque jour?
Pourquoi, alors que la Turquie ne pouvait pas entrer en UE, des conflits entre Kurdes et Turcs ont-ils éclaté alors qu'une grande partie des Kurdes de Turquie sont parfaitement assimilés à la population turque, prenant ainsi le risque d'un éclatement d'une guerre civile qui n'a heureusement pas eu lieu, mais les attentats continuent.
Pourquoi les parlementaires européens sont-ils si silencieux alors que les médias se sont déchaînés quand Bush a montré que l'OTAN ne valait que pouik et s'est engagé avec la Grande-Bretagne dans la guerre d'Irak, snobant ainsi ceux qui avaient voté non?
Pourquoi les Américains n'ont-ils trouvé qu'un nouvel allié tel qu'Israël pour se lancer dans un nouveau conflit?
Et qui va ramasser la sauce si cela se passe? Les USA étant de l'autre côté de la planète, ce ne seront pas eux qui vont avoir le plus de victimes civiles!! Pourquoi ne pas s'attaquer au hezbollah et au fatah, qui sont des menaces bien plus omniprésente pour l'Etat d'Israël, qu'un pays comme l'Iran qui n'a que très peu d'amis sur l'échiquier mondial.
Israël ne va-t-il pas devenir le nouveau Tony Blair honteux, mais malheureusement pas insulaire??

Je ne sais pas que penser de tout cela, si je vois un peu juste ou si je suis complètement à côté de la plaque, mais j'ai cette sensation de déjà vu...
Savoir que le Coran n'a toujours pas pu être déchiffré et ne le sera pas avant de longues années, mais que c'est une religion orientale.
Et de repenser à cette phrase de ce musulman caucasien, hier, sur Arte, qui disait que selon le Coran, le vrai, il est dit : Celui qui tue un humain tue l'humanité.

Victor PEREZ a dit…

Anonyme,

Seule ton inversion de la réalité t'autorise à écrire autant d'idioties.

Défendre la paix c'est aussi préparer la guerre. Face à autant de barbares Israël n'a pas le choix.

Ne rien faire pour éviter ceci c'est exposer le peuple israélien à l'extermination.

C'est ce qui arrivera au monde occidental au vu des tristes réactions capitulardes qui sont les siennes et dont tu es un parfait exemple.

Ou peut-être es-tu un cheval de troie ? Mais ceci c'est leur problème et non le notre.

Victor PEREZ a dit…

Michel,

Merci pour ton information

Gilles-Michel DEHARBE a dit…

[... les Ongs, assurant la défense des droits de l’homme excepté lorsqu’il est Israélien ...]

La proclamation des Droits de l'Homme au 18° siècle est en fait, la traduction dans l'ordre politique moderne de l'affirmation prophétique de l'inviolabilité de la personne, voire un aboutissement de l'idée de justice universelle présente chez Isaïe.


Ceci explique peut-être cela.

Anonyme a dit…

Comment chercher la paix en préparant la guerre ? Visiblement, la logique et Mr Perez font 2 voire 3... Il est désolant de citer Jules César qui visiblement n'a jamais voulu la paix, et s'est justifié avec cette phrase...
Mais peut être êtes vous comme lui ? Publiquement on veut la paix, mais en privé...

Victor PEREZ a dit…

A Anonyme,

Lorsqu'en face de soi l'on a des hordes d'individus assurant leur volonté d'une Palestine de la mer au Jourdain en lieu et place de l'état d'Israël, on n'attend pas la dernière seconde pour se préparer à réduire la menace existentielle qui vous vise.

Avec de tels "conseilleurs" vous ressemblant je ne doute pas que les ennemis d'Israël réussissent leur souhait.

Auriez vous le même souhait ?