vendredi 30 mai 2003

Amnistie pour ISRAËL

« L'Irak, Israël et les Territoires occupés font la une de la presse, mais personne ne parle de l'Ituri, en République démocratique du Congo, alors que la menace d'un génocide y est imminente », a souligné Irène Khan la secrétaire générale d'Amnesty International, à l'occasion de la sortie du rapport annuel de l'organisation de défense des droits humains. Livre constat de toutes les outrances commises à travers la planète en 2002, et qui ôte aux touristes tout attrait de promenades sur certains rivages des cinq continents.

« Brutalités policières contre des étrangers ou nationaux d’origine étrangère; utilisation par la police de Flash-Ball arme à projectiles en caoutchouc souple et très peu létale; décisions de justice d’impunités rendues envers les policiers accusés de mauvais traitements; mort d’un ressortissant argentin lors d’un renvoi forcé en son pays; mesure et conditions d’assignation à résidence des étrangers suscitant inquiétudes pour leur intégrité mentale ou physique; racisme; antisémitisme… »

Comment se nomme ce doux pays où le juif, l’arabe et l’étranger subissent ces graves violations de leur droit ?

La FRANCE.

A traduire l’exposé annuel de l’organisation de défense des droits de l’homme, le slogan de 1968 - CRS = SS - est presque de retour et le retour de « Vichy » proche. Ne me privant pas d’user et d’abuser de mon droit de critique à l’égard de sa politique pro-arabe, et connaissant ce pays de très prêt, je puis attester de la réalité concrète des droits de l’homme en France.

Certes ! Tout n’y est pas rose. La communauté juive, pour avoir subi ces deux dernières années des actes antisémites de la part d’une partie de la communauté arabo-musulmane, peut témoigner de ces excès mais tout également de la volonté du corps politique de les combattre. La presse peut en toute quiétude continuer de parler d’Israël et « des territoires occupés », les Français et les étrangers, ne sont pas en détresse en France.

Ce qui n’est pas le cas des PALESTINIENS !!! Et oui.

Toujours selon la même source en 2002 : « 1000 Palestiniens ont été tués par l’armée israélienne, dont la plupart par homicides illégaux ; 2000 habitations démolies; 3800 détenus traduits devant des tribunaux militaires appliquant une procédure non conforme aux normes d’équités internationalement reconnues ; maltraitance des prisonniers; utilisation de boucliers humains lors d’opération militaire; entrave à l’aide médicale et personnel prise comme cible; tortures et autres traitements cruels et inhumains; 158 objecteurs de conscience israéliens ont été incarcérés pour refus de servir dans les territoires; transfert forcé… »

Stop ! Trop c’est trop .

Pour admettre le concept de bien, à tout à chacun est nécessaire une référence d’où le mal est caractérisé et démontré. Quelle est donc cette référence qui autorise Amnesty international à évaluer à sa juste valeur les actes et les politiques d’une autre nation ou d’un autre peuple sans considérer précisément la situation propre à chaque état ?

Par déduction de la lecture de son rapport, seul l’analyse basée sur la théorie d’un Etat sans armée, sans police ni tribunaux et où l’étranger est presque d’office chez lui, autorise cette organisation à s’opposer et blâmer par exemple la France. La patrie des droits de l’homme est elle vraiment ce que les excès décrits plus haut, et mis bout à bout, tentent de suggérer ? L’étranger, l’arabe ou encore le juif sont ils si malheureux en ce pays qu’il nous faut leur conseiller de s’expatrier en Libye, Arabie saoudite, Egypte, Syrie …voire même dans les territoires de l’Autorité Palestinienne ( tous pays condamnés par l’organisation) ?

Cette référence n’est, aujourd'hui, qu’hypothèse. Ce qui nous autorise à douter de la sincérité des conclusions du rapport en ce qui concerne Israël.

Sans faire trop long, considérons un seul exemple : Amnesty international accuse ce dernier d’avoir des prisonniers d’opinion. Cette démocratie, qui n’hésite pas à couper le micro au Premier Ministre en poste pour abus de médias en temps de campagne électorale, aurait des prisonniers d’opinions ?!?! Qu’est-ce à dire ?

158 Israéliens ont refusé en 2002 de servir en tant que soldat dans les territoires disputés et ont été condamné à des peines de prisons. L’association, par ses références, consent à tout individu le droit de contester la défense de son pays en temps de guerre. Pas Israël, ni tout autre pays sur cette planète. Ne pas tenir compte de sa situation d’autodéfense et surtout de la nature du régime en place, c’est faire fi de bon sens et, au delà, mépriser les progrès indispensables à l’amélioration du devenir de chaque individu à travers le monde.

En 2005 (certainement beaucoup plus tard) la paix régnera sur cette région et les accusations d’aujourd’hui disparaîtront. Israël retrouvera alors d’emblée l’humanisme qu’on lui conteste aujourd’hui. Il lui restera malgré tout une police et des tribunaux qui refuseront, eux aussi, l’accès à l’étranger qui, déjà, rêve d’immigrer en ce pays tant décrié de nos jours.

Amnesty international publiera alors et par obligation, sauf à se déconsidérer, des rapports plus réalistes. .

Du moins faut il l’espérer.

1 commentaire:

vente a dit…

Vous avez un blog très agréable et je l'aime, je vais placer un lien de retour à lui dans un de mon blogs qui égale votre contenu. Il peut prendre quelques jours mais je ferai besure pour poster un nouveau commentaire avec le lien arrière.

Merci pour est un bon blogger.