lundi 27 février 2006

L’islamisation des esprits

Ca y est ! Les manifestations de rue, en mémoire d’Ilan Halimi et contre l’antisémitisme, ont eu lieu un peu partout en France. Les politiques ont fait acte de présence, les extrêmes ont été exclus, les médias en ont rendu compte avec la mine et la plume de circonstance, et l’excellente émission de Serge Moatti, « Riposte », en a fait son sujet hebdomadaire. La barbarie, « plus jamais ça » ! L’antisémitisme non plus ! Maintenant, l’on peut passer à autre chose et laisser la justice suivre son cours. Ce qui signifie poursuivre les assassins pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner, et les condamner à quelques années d’emprisonnement, non déduites évidemment les remises de peines pour bonnes conduites !!! (sic).

Ilan, lui, a été condamné à perpétuité. Sa famille et ses proches un peu moins. C’est le bilan de cette triste semaine, qui a vu, également, l’isolement de la communauté juive de France. Car, même si l’on retient le chiffre de la participation annoncé par les organisateurs, les 200.000 manifestants sont, pour la plus part, membres de la communauté. Deux cent milles mécontents, envers un acte de pure sauvagerie qui rappelle celle exercée -à plus grande échelle- par le nazisme, à accoler au chiffre des opposants à l’arrivée de Jean Marie Le Pen au second tour de la présidentielle de 2002. Plusieurs millions d’individus, durant plusieurs jours, agissant, alors, comme des anticorps salutaires en dénonçant les dérives de la société française vers une idéologie nauséeuse.

Tandis que cette semaine a observé les uns réfléchir et jauger leurs intérêts à une participation, les autres rappeler qu’il existe aussi du racisme, et les troisièmes bouder un cortège pour cause de soutiens de quelques personnalités politiques ayant dénoncé l’islamisation de leur société. Sans compter ceux qui refusaient d’authentifier l’antisémitisme du « gang des barbares » jusqu’à confirmation pleine et entière de la justice. C’est à dire dans quelques années. Ces derniers étaient, en revanche, les premiers à se hâter de descendre dans la rue pour garantir le racisme du FN lorsque des sympathisants jetèrent un musulman dans la Seine (re sic).

Deux poids et deux mesures qui prouvent, si besoin était, d’une part l’isolement de la communauté juive qui s’accroche à un espoir de sursaut de la population française, et d’autre part l’islamisation des esprits qui empêche tout débat sur l’Islam et ses travers. Une islamisation qui interdit d’affirmer l’antisémitisme vérifié et vérifiable de musulmans, mais aussi le racisme anti-blanc qui augmente jour après jour ; qui conseille au plus grand nombre de se tenir à l’écart du bouc émissaire juif afin d’éviter toutes conséquences négatives ; qui contredit la défense de nos valeurs occidentales, les droits de l’homme et de la femme ; ou qui oblige encore, et sans que cette liste soit exhaustive, à une politique pro-arabe extérieure désastreuse.

Des signes qui démontrent, à coup sûr, une islamisation rampante des esprits qui, si l’on n’y prend garde, s’imposera au fil du temps de plus en plus ouvertement jusqu’à dicter l’ordre du jour aux élus de la nation, voire leurs nominations.

Si, à contrario, la communauté juive française -mais aussi toutes les autres se situant dans ce monde occidental en péril- a une porte de sortie grâce à l’existence de l’Etat d’Israël, il n’en est pas de même pour le reste de la population qui devra subir cette épreuve, s’expatrier vers un point d’accueil qui reste à trouver, ou combattre ce danger avec les armes de la démocratie avant celles, probablement, militaires.

La mort d’Ilan Halimi (z’’l), aussi horrible soit elle, a permit aux démocrates la prise de conscience de la gravité du mal qui sévit, et qui n’a d’autre équivalence que la « Lepenisation » de la société sans, toutefois, ses anticorps et les thérapeutes prêts à guérir ce nouveau mal.

Il est à craindre, malheureusement, que ces derniers ne soient, déjà, inutiles.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Je crois, Mr PEREZ que vous jugez mal la communauté juive française.Je suis réaliste et bien sûr je ne nierai pas l'existence dans la société française d'un antisémitisme latent -- j'allais dire malheureusement traditionnel. Mais la communauté juive y est tellement intégrée depuis des années (au contraire de la communauté musulmane) qu'elle fait partie de la société française avec ses qualités et ses défauts. J'ajouterai que la présence de 200 000 personnes à une manifestation de solidarité est assez réconfortante même si dans cette foule il y avait une majorité de juifs. De toutes façons, le juifs conservent la poossibilité de faire leur alya s'ils sont mis à l'index dans ce pays ce qui ne me paraît pas être le cas aujourd'hui, ou si, ce qui est plus vraisemblable, la communauté musulmane arrive un jour à dicter sa volonté à l'Etat français.

Anonyme a dit…

"Mais la communauté juive y est tellement intégrée depuis des années"
Cette phrase me fait penser à celle de Gabriel Riesser, un avocat allemand, éloquent et courageux, de l'émancipation, au milieu du XIXe siècle, qui disait qu'un Juif qui préfère à l'Allemagne la nation et l'État inexistants d'Israël doit être placé sous la protection de la police, non pas parce qu'il est dangereux mais parce que, à l'évidence, il est fou.
SA FAMILLE A ETE ENTIEREMENT DETRUITE...

la vraiesioniste a dit…

bonjour victor
je viensd'entendre radio sky rock ou il y a vait une emissionsur le rap
j'ai entendu une chanson rap disant entre autres je cite on ne peut pas leurs faire confiance ils ont tues le christ
incitation a la hine et aux meutres antisemitescontinuent a travers le rap

Mrapeur a dit…

Rien d'étonnant, le rap s'accommode de plus en plus à la sauce islamiste. Le rap ce sont de plus en plus des preches haineux.

Memes les éditeurs islamistes comme Tawhid (celui de Tariq Ramadan et des disques de Yusuf Islam-ex Cat Stevens) achètent à ces petits labels pour revendre sur Internet.

le danger est partout dans le rap et dans le Mrap aussi, pour vous en convaincre :
http://mrap.over-blog.com