vendredi 5 janvier 2007

Réparer les omissions volontaires de Jean Marguin

Jean Marguin se présente, lors de la publication -dans Libération- de son texte intitulé « Palestine, réparer les préjudices », comme ‘’ chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique’’. A lire sa ‘’prose’’, on se demande vraiment ce que peut être un ‘’ chargé de recherche ’’ qui omet autant de réalités tangibles !!! Des vérités absentes qui modifient, incontestablement, la conclusion de son texte qui se veut analyse. Des oublis que chacun peut apercevoir et lui permettre de désigner cet individu de thuriféraire du palestinisme, voire, de l’anti-israélisme.

Dès le début de son pamphlet, il installe la cause du conflit comme étant « le problème des réfugiés palestiniens ». Oublié le refus permanent du monde musulman du renouveau d’un état juif en sa terre ancestrale. Y avait il, en 1948, lors de l’invasion des armées arabes de l’état d’Israël -tout juste proclamé- un ‘’problème de réfugiés palestiniens ’’ ? Bien sûr que non.

Mais à le lire, évidemment : « L'exode des Palestiniens a commencé avec l'adoption du plan de partage de la Palestine, voté par l'Assemblée générale des Nations unies le 29 novembre 1947. La guerre israélo-arabe qui s'en est suivie a accentué cet exode qui n'a pas cessé depuis, et s'est même renforcé avec l'occupation en 1967 de la Cisjordanie et de la bande de Gaza et, plus récemment, avec la construction du mur de séparation ».

Vous ignoriez tous de ces exodes hormis celui de 1948 voulu par la Ouma ??? Vous voilà informés !!! En revanche la volonté farouche de ces mêmes ‘’Palestiniens’’, et de leurs ‘’frères arabes’’, de poursuivre, jusqu’à ce jour de 2007, le vœu de leurs parents d’éradiquer l’état d’Israël, Jean Marguin ne vous en parlera point !!! Et ce n’est pas par ignorance mais par choix, je vous l’assure.

Apitoyer le lecteur est dans la logique de chaque auteur afin de le gagner à sa cause :

« Plus de quatre millions de Palestiniens ont quitté leur terre, de gré ou de force, et vivent en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, en Jordanie, au Liban, en Syrie et dans divers pays du Moyen-Orient. Un tiers de ces réfugiés vivent dans des camps. Ils subsistent dans des conditions plus que précaires grâce à l'aide internationale dont la majeure partie est gérée par l'Unwra, agence de l'ONU créée en 1949 ».

On est heureux d’apprendre, involontairement bien sûr et par déduction, que deux tiers de ces mêmes ‘’réfugiés’’ vivent, eux, dans des conditions humaines et non à la charge de la communauté internationale. Pour le tiers restant, en revanche, on se demande ce qui empêche les gouvernements respectifs des pays hôtes de les intégrer comme l’a fait Israël avec le million de Juifs devenus apatrides lors de leurs expulsions des pays arabes ?!?! On se demande, également, ce qui a obligé les autorités libanaises (pour ne parler que d’elles) à voter près de 70 lois interdisant aux ‘’réfugiés’’ une vie décente ?!?! Est-ce le désir de perpétuer le conflit et, ainsi, entretenir l’espoir d’une victoire sur Israël ? Pour un ‘’chargé de recherche ’’ de la vérité, cela ne fait nul doute. Pour le ‘’chargé’’ d’une obscure fondation, sûrement pas.

« La résolution 194 de l'ONU (11 décembre 1948) reconnaît aux réfugiés palestiniens le droit au retour sur leurs terres et le droit à indemnisation pour les biens qu'ils ont perdus ».

Sans jamais indiquer que cette résolution a été voté par l’Assemblée générale et non par le Conseil de Sécurité, ce qui démontre clairement son coté non contraignant, notre ‘’chargé’’ de propagande oublie de nous rappeler l’exigence de ce même texte du devoir des ‘’réfugiés’’ de « vivre en paix avec leurs voisins ». Vous en connaissez beaucoup, parmi ces derniers, désireux de vivre en harmonie avec les Israéliens, dans un état juif avec l’étoile de David sur le drapeau, la Tikva comme hymne et l’hébreu comme langue nationale ? Moi, non ! Qui peut, en conséquences, exiger sérieusement de l’état juif de modifier radicalement sa nature afin de devenir un énième pays à dominance musulmane ?

Alinéa 11 de la résolution 194 :

« 11. Décide qu’il y a lieu de permettre aux réfugiés qui le désirent, de rentrer dans leurs foyers le plus tôt possible et de vivre en paix avec leurs voisins, et que des indemnités doivent être payées à titre de compensation pour les biens de ceux qui décident de ne pas rentrer dans leurs foyers et pour tout bien perdu ou endommagé lorsque, en vertu des principes du droit international ou en équité, cette perte ou ce dommage doit être réparé par les Gouvernements ou autorités responsables ».

Viennent, ensuite, la recherche des responsables de l’origine de ce conflit. ‘’Responsables’’, toujours selon la vision de Jean Marguin.

« Les responsabilités ? On a tort de faire porter sur les Israéliens la totalité des responsabilités de l'expropriation des Palestiniens, car les faits générateurs remontent aux années 30 et surtout à l'extermination des Juifs par le régime nazi. Si les Juifs se sont installés sur des terres palestiniennes, c'est aussi et principalement par la volonté des puissances de l'époque, spécialement de la France, de la Grande-Bretagne, de l'Allemagne, et dans une moindre mesure, des Etats-Unis et de la Russie. Avec le jugement critique que nous portons désormais sur notre ère coloniale, cette reconnaissance de responsabilité devrait être implicitement acquise. Il serait sans doute préférable, pour l'issue du conflit, qu'elle soit officielle ».

Exit, donc, la présence millénaire des Juifs sur leurs terres ancestrales, et leur DROIT -comme chaque peuple sur cette planète- à l’indépendance. Exit, aussi, le retour des premiers pionniers, Juifs de la diaspora, vers la fin du 19éme siècle, bien avant la nouvelle atrocité commise envers le peuple juif au cours du 20éme siècle. Exit, toujours, le refus de la puissance mandataire, l’Angleterre, de permettre la libre immigration des rescapés de la Shoah en Terre Sainte. Tout se résumant, selon cette satire, à une basse histoire de colonialisme et de dette morale payée, sur le dos d’autrui (les ‘’Palestiniens’’), au peuple juif. Mahmud Ahmadinejad ne dit pas autre chose. Des ‘’colons’’ qui, pourtant, fondèrent, entre autres, la superbe cité dénommée Tel-Aviv en 1909, ou Netanya en 1929. Des dates avérées et vérifiables qui défont, imperturbablement, les dires de ce triste individu.

Les extraits de ce pamphlet nous permettent de vérifier combien est aisée, si l’on ne prend garde, la distorsion de la réalité des faits. Il nous permet aussi de voir ce qui est perfide lorsqu’un ‘’intellectuel’’ se met au service d’une propagande malsaine. Celle qui suinte de cette tribune -anti-israélienne, voire antisémite, car expurgeant les droits les plus élémentaires du peuple juif- et qui s’installe dans l’esprit commun jusqu’à en polluer un journal en quasi faillite en lieu et place d’une recherche d’un lectorat élargi. Une propagande qui appelle, indirectement, à l’éradication de l’état d’Israël par l’afflux d’étrangers en son sein.

On est donc sûr d’une chose. Le ‘’chargé de recherche ’’ et le quotidien ne sont pas en quête de moyens pour pacifier le conflit proche-oriental. L’un perdrait une raison primordial d’écrire, l’autre le maigre lectorat qui lui reste.

2 commentaires:

Naibed a dit…

J'ai découvert votre blog par hasard, et je suis impressionnée par vos analyses, et la façon dont vous relevez les désinformations continues dont on nous abreuve, tant à propos de la responsabilité d'israël que de la dangerosité de l'islam. Soyez assuré que vous n'êtes pas seul, et qu'il y a encore des gens en Europe, comme moi, qui tentent de lutter contre cet
irénisme qui a, depuis longtemps, gagné les gouvernements et les médias d'Europe, et particulièrement de la France (et, peut-être dans une moindre mesure mon pays, la Belgique). Cet irénisme était devenu tellement fort lors de la guerre du Liban que, bien que je ne sois absolument pas juive, début du mois d'août 2006, j'ai décidé de publier un papier sur les vraies raisons du conflit Israélo-palestinien pour rappeler des évidences qui sont toujours tues par les médias traditionnels et encore systématiquement niées par les nains-tellectuels "bien-pensants" en mal de langue de bois, sur fond de politiquement correct ! irénisme, irénisme, quand tu nous tient !

Mais, petit à petit, depuis l'affaire des caricatures danoises, la prise de conscience des gens, des peuples commence, malgré le matraquage continu des médias, et les tentatives de désinformations et de minimisations de toutes sortes. En France aussi, des citoyens, des professeurs de philosophie comme Robert Redeker, ou d'histoire comme Louis Chagnon, se réveillent, et tentent, à leurs risques et périls, de faire prendre conscience de la réalité des choses, et sauvent, quelque part, l'honneur de la République (puisse-t'il y en avoir d'autres : elle en a bien besoin !)

J'aimerais vous présenter mes meilleurs voeux, mais hélas, en ce début d'année nouvelle, je ne peux guère que vous présenter les voeux de Cassandre.

NB: vous l'aurez compris, j'en profite pour me fais un peu de pub pour mon blog, mais je pense, après avoir pris connaissance des liens, que vous reconnaîtrez que je ne fais en rien du "spam". ;-).
Bisous et tous mes voeux de bonheur pour vous et vos proches, malgré ces temps très difficiles.

Lucy a dit…

Thanks for writing this.