lundi 7 mai 2007

Où est le vote musulman ?

On se souvient que ‘’l’expert’’ Pascal Boniface avait, en 2001, recommandé aux responsables du Parti Socialiste de rechercher la faveur du vote des Musulmans français ( car numériquement plus important que celui des Juifs ) dans l’objectif d’assurer le succès de Lionel Jospin aux élections présidentielles de 2002. Nonobstant qu’il fut limogé sur l’insistance, paraît il, des pro-israéliens que compte le bureau politique, la ligne du parti n’en suivit pas moins pour autant ce conseil et l’on vit éclore une multitude d’actions, de gestes et/ou de postures comprenant, voire approuvant, la réaction de ces ‘’pauvres Palestiniens ’’ face à la « barbarie soldatesque israélienne », ou encore celle de ceux qui s’en prenaient en France - par « solidarité » comme l’assurait Hubert Védrines !?!? - aux « représentants officieux de l’entité sioniste ».

Le résultat qui s’en suivit fut l’éviction du candidat PS au premier tour. Le demi pour cent qui lui manqua, alors, devait être, sans aucun doute, la somme de ces Juifs ‘’si peu nombreux’’ ne séparant pas la lutte contre l’antisémitisme de l’amitié envers l’Etat d’Israël. D’où cette manifestation mémorable du 07/04/2002 qui vit dans les rues de France la quasi totalité de la communauté juive et de ses quelques soutiens quelques jours avant l’élection présidentielle.

Lors de l’élection suivante, Nicolas Sarkozy a été élu très largement à la présidence de ce pays malgré tous les ‘’avertissements’’ officiels de cette gauche si ‘’bien pensante’’, nous rappelant, sans cesse et entre autres, que le nouveau locataire de l’Elysée a serré, en souriant, la main du « grand Satan » Georges W. Bush, a dénoncé « l’arrogance » de la chiraquie vis à vis de « l’ami et allié américain », a affirmé le droit à la sécurité d’Israël tout en condamnant les « terroristes palestiniens », et - pour clore cette liste non exhaustive - affiche sa détermination à une immigration choisie et donc sélective, répète à satiété, son aversion de l’excision, des mariages forcés, de la burkha… ou encore son refus de tout mercantilisme sur le dos des valeurs qui ont régi, il y a peu encore, la politique française. Des choix et des positions qui, selon toutes les politiques suivies jusqu’à ce jour, devraient faire hurler la communauté musulmane locale, et même internationale.

A la lecture de ce petit constat une question nous vient naturellement à l’esprit : où est donc passé le vote musulman, si longtemps craint par cette gauche caviar et cette droite chiraquienne, qui -par peur de lui déplaire- conditionnèrent par avance toutes déclarations ou actions politiques jusqu’à les rendre ‘’munichoises’’ et donc criminelles à l’encontre des intérêts des Droits de l’Homme, quel qu’il soit ?

D’aucuns affirmeront que les Musulmans ont tous rallié, par intérêts, les troupes de la candidate malheureuse à l’élection présidentielle Ségolène Royale, alors que les ‘’Français de souche ’’ composent, dorénavant, celles de Nicolas Sarkozy !!!!! Cette défaite électorale confirmerait en conséquences que ce ‘’lobby’’ est minoritaire, voire marginal.

Au vu du grand nombre d’individus qui composent cette communauté cela paraît peu probable.

D’autres affirmeront (sans rire) que les musulmans de France ont rejoint massivement le camp Sarkozien pour exprimer leur lassitude devant leurs extrémistes et, ainsi, prouver leurs modérations mais aussi leurs désirs de s’intégrer dans leur nouveau pays.

Faute de preuves concrètes et exprimées publiquement par ces derniers il est difficile, voire impossible, de retenir cette hypothèse.

Les troisièmes enfin, plus enclins à un discernement, affirmeront que le vote musulman n’existe pas, et que les électeurs de cette communauté se sont répartis selon leurs propres rapports aux politiques proposées et non pas sur l’intérêt communautaire, dicté, de surcroît, par une ou plusieurs puissances étrangères dirigées, ou non, par quelques tarés d’Allah.

Ce qui paraît être nettement plus sensé.

On peu donc aisément en déduire que le ‘’lobby’’ musulman français n’existe pas, tout comme le ‘’lobby’’ juif tant décrié par tous les bruns verts rouges, voire roses, que compte le panel politique français.

Ce qui peut être rassurant, et qui permet désormais au nouveau Président de la République Française de se libérer définitivement de cette ‘’politique arabe ’’qui a contraint la France à n’être plus que l’ombre d’elle même et non pas cette patrie des lumières s’opposant à tout obscurantisme d’où qu’il vienne.

Tout choix autre signera, pour longtemps, la fin de l’idée que l’on peut se faire d’une France gardienne des valeurs universelles.

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Je sature completement avec cette actualité / presidentielles.
Ce qui n'empeche pas que je mettes ce blog dans mes favoris: assiduité promise dés le 16 mai prochain ;)

Jamédimi a dit…

Je me permet d'apporter mon analyse personnelle concernant le "vote musulman" à la lumière des résultats par circonscritions de la ville de Roubaix pour ces dernières élections.La proportion de français de confession musulmane dans chaque circonscription est proportionnelle au score réalisé par madame Royale. Je dirais qu'un petit dixième des musulmans ont voté pour Nicolas Sarkosy, surtout des femmes, laiques, et des hommes agés, harkis.
Pourquoi des musulmans votent pour une femme de gauche? Déja par rejet de "Sarkoski","cette saloprie","ce raciste", termes que j'ai personnellement entendus, mais aussi parceque madame Royal incarne à leur yeux le statu quo, et enfin parcequ'une femme dans l'islam c'est la moitié d'un homme, ça obéit, ça se laisse frapper, bref Ségolène c'est la France qui écarte les jambes en grand (pardonnez moi l'image mais je pense que c'est comme ça que l'imaginaire islamique la voit).
Je pense donc qu'il y a bien eu un vote musulman dans les élections présidentielles 2007.

Naibed a dit…

Bonjour, Monsieur Perez,
Lisant depuis un certain temps avec beaucoup d’intérêt vos analyses généralement si fines et si pertinentes, j’avoue que je suis un peu surprise par celle-ci, et je pense qu’elle doit être, à tout le moins, nuancée.

Je ne crois aucunement que « le vote musulman n’existe pas ». Il existe bel et bien, et est bien nettement positionné à gauche, comme le souligne le commentaire précédent (et pas seulement depuis la présence de Mme Royal, même si je pense qu’il s’est encore d’avantage porté à gauche que précédemment). Les musulmans n’ignorent pas l’irénisme de la gauche, son esprit particulièrement munichois de « conciliation », sa (très grande) tolérance (surtout face à l’intolérable), et enfin, plus pragmatiquement, son indulgence particulière vis-à-vis de l’immigration, même illégale, attirée par les largesses et le laxisme d’un état-providence que cette même gauche s’acharne à perpétuer, tout en favorisant les profiteurs et en continuant à tuer l’esprit d’entreprise.

Vue de Belgique, cette gauche française m’apparait d’ailleurs comme l’une des plus archaïques et des plus rétrogrades de toute l’Europe. Une gauche qui n’est même pas une véritable social-démocratie, alors que ce système est déjà perçu comme « has been », ailleurs en Europe ! Ce qui n’est pas peu dire sur l’arriération de la France en matière politique.

Pour en revenir au vote musulman, certes, la partie la plus évoluée de l’électorat, c’est-à-dire les personnes d’origine musulmane qui se sont le mieux intégrées, et qui ont pris leurs distances avec ce communautarisme, voire ont rompu avec lui, ont très certainement voté Sarkosy, car ces personnes sont conscientes que la gauche droitdelhommiste et misérabiliste continuera dans sa tradition de lopettisme politiquement correct et ne prendra aucune mesure pour enrayer la propagation de l’islam. Et que ces personnes savent souvent bien mieux que les français de souche à quel point l’islam est une secte maléfique, et qu’elles sont bien conscientes qu’elles ont à y perdre leur liberté démocratique et leurs droits en tant qu’ individus, dans un état musulman.

Mais, à côté de cette frange de personnes évoluées, il faut aussi considérer toutes les autres, et notamment celles qui sont, peu ou prou, intoxiquée par l’islam, le communautarisme abject qu’il véhicule, et son obscurantisme, dont le vote, faute de partis islamistes en France, se sont portés à gauche (et à l’extrême-gauche, pour certains). Si ce vote n’est pas (encore ?) massivement communautaire, c’est parce qu’il ne s’est pas encore vraiment structuré dans ce sens, et parce qu’il n’y avait pas , tout simplement, de musulman à qui apporter sa voix. Une donne qui pourrait hélas changer à l’avenir pour les législatives avec l’apparition de partis communautaires, à dominante religieuse.

Ceci dit, je suis d’accord avec le reste de votre analyse : tenir compte d’un vote musulman, voire d’un lobby musulman est une ineptie qui ne peut que se retourner contre le parti tenté de se faire le chantre de ce communautarisme. Tout comme continuer à favoriser le repli communautariste, comme le fait la gauche française actuelle.

Enfin, j’espère de tout cœur que Sarkosy, dont la tendance à adopter des politiques communautaristes par le passé (avec l’UIOF, la remise en cause de la loi de 1905 pour financer les mosquées, et autres errements du même tonneau, dont la discrimination positive) aura compris qu’il était temps de tourner le dos à celles-ci, et qu’il s’y tiendra. J’espère comme vous qu’il pourra aussi en finir avec cette ‘’politique arabe ’’ qui, et ce n’est hélas pas à mettre à son crédit, date de Charles de Gaulle, et a ensuite été poursuivie aveuglément et sans discontinuer par tous les gouvernants, qu’ils soient de droite ou de gauche, en n’hésitant pas à se mettre à dos l’allié américain, auquel cette même France doit pourtant d’exister encore.

Naibed

Anonyme a dit…

J'ai l'impression que les choses deviennent moins claires: atténuation de la position atlantiste de Sarkozy et approbation totale de la position de J. Chirac, rumeurs relatives à la proposition faite à H. védrine....