dimanche 27 juin 2010

Être ANTISIONISTE c’est être ANTISEMITE

De plus en plus d’individus de par le monde s’affichent ouvertement de nos jours antisionistes. D’autres, pour coller à l’air du temps, leur apportent directement ou indirectement leurs soutiens. C’est ainsi, pour l’exemple, que l’on a vu récemment les médias francophones (hormis l’AFP et Le Point), tel un corps unique, ignorer la manifestation pacifique en faveur de Gilad Shalit réunissant plusieurs milliers de personnes et organisée par la communauté juive française sur le parvis des Droits de l’homme à Paris le 22 juin dernier.

Des médias qui, aussi, permettent généralement aux antisionistes de s’exprimer librement dans leurs colonnes et sur leurs ondes, sans toutefois autoriser la plupart du temps un quelconque droit de réponse !

Être antisioniste c’est donc combattre le Sionisme. Cette valeur étant largement partagée par l’ensemble de la classe politique israélienne -mais aussi autre-, l’antisioniste s’oppose en conséquence aux Sionistes de droite du centre et de gauche, mais aussi d’extrême droite et d’extrême gauche. Aucune ligne politique ne trouve grâce aux yeux de celui-ci.

Si l’on se base sur l’étymologie du terme, le Sionisme est un mouvement politique et religieux né de la nostalgie de Sion -permanente dans les consciences juives depuis l'exil et la dispersion- provoqué au XIXe siècle par l'antisémitisme russe et polonais, activé par l'affaire Dreyfus, et qui, visant à l'instauration d'un Foyer national juif sur la terre ancestrale, aboutit en 1948 à la création de l'État d'Israël.

Aux yeux de l’antisioniste, en revanche, le Sionisme est une idéologie nauséeuse dont la mule est chargée de tous les maux inimaginables. « Colonisation, génocides, apartheid » sont les principales justifications exposées comme observations à leurs combats. Accusations jamais mises en perspectives ni démontrées mais qui, cependant, répétées à l’envie, deviennent ‘’vérités’’ et permettent à tout bon antisémite d’avoir son paravent.

Mais l’antisioniste est-il, à son tour, antisémite ou tout simplement un combattant d’une ‘’idéologie hideuse’’ ?

Pour l’exercice, comparons l’engagement des opposants au nazisme et au communisme à celui de l’antisioniste.

Le monde libre s’est engagé à la chute du nazisme et du communisme. Dès leurs capitulations acquises, une restauration économique, politique, et sociale fut mise en œuvre et les pays libérés de ces carcans sont devenus des pays libres et reconnus par l’ensemble de la planète. Nul ne songe plus à guerroyer contre ces peuples, sinon économiquement et politiquement.

Si le Sionisme de l’état d’Israël est, à l’avenir, vaincu, peut-on attendre que les cinquante sept pays musulmans de l’OCI, soutenus par tous leurs nombreux soutiens à travers la planète, se réunissent aux fins que le peuple juif puisse vivre sur la terre ancestrale dans des frontières sûres et reconnues mais libérés du Sionisme ?

Seul l’idiot utile, de surcroît stupide, répondra oui. Tous les autres confirmeront le désir ardent de l’Umma de jeter les Juifs au-delà des mers, si ce n’est, tout bêtement, à la mer. Quant au Juif qui s’accrochera à la terre de ses ancêtres, il vivra comme un dhimmi redevable à l’Islam de l’avoir épargné.

Pour s’être défini comme pro-palestinien et faire corps avec la communauté musulmane internationale sous couvert de ‘’justice’’, l’antisioniste partage, en connaissance de cause ou non, l’objectif de détruire l’état d’Israël comme refuge du peuple juif.

Il est donc aisé de conclure que l’antisioniste qui s’affiche est un ANTISEMITE. Au mieux, un antisémite qui s’ignore, au pire un antisémite lâche refusant d’assumer son combat ignoble.

Quant à ceux qui leur amènent leurs soutiens, tels les médias à travers l’exemple cité plus haut, ils méritent amplement l’étiquette de collaborateurs.

Additionner les uns et les autres, c’est déjà préfigurer un avenir noir européen non pas seulement pour les Juifs, Sionistes ou non, mais pour les adeptes des valeurs universelles.

lundi 21 juin 2010

Israël raconté en quelques minutes

Ci-dessous une petite vidéo rappelant les réalisations du peuple israélien en 62 années.

On attend de pied ferme l'expertise des anti-israéliens, antisionistes, antisémites, idiots-utiles, pro-''palestiniens'' nous démontant ces "mensonges".


video

Version sous-titrée en français ici: http://www.aschkel.info/article-israel-start-up-nation-video-50489923.html

dimanche 20 juin 2010

Bateaux de guerre en partance pour Gaza

Selon les informations qui nous parviennent, plusieurs « flottille de la liberté pour Gaza » sont en préparation, voire en route, pour violer le blocus imposé par Israël. Un blocus empêchant le port de cette bande de terre de devenir un port iranien délivrant missiles et autres armes mortelles pour les citoyens israéliens. Des flottilles, de fait, qui n’ont d’humanitaires que le nom.

Selon The Israel Project , un navire iranien, en route pour Gaza, a quitté le port iranien de Khorramchahr le 12 juin et envisage de passer par les eaux territoriales d'Oman, du Yémen et d'Egypte avant d'essayer d'atteindre Gaza. Deux navires iraniens organisés par la Société de Défense de la Palestine en Iran devraient partir sous peu : l'un se nomme Toward Gaza et devrait prendre la route à partir du port Bandar Abbas, au sud de l'Iran, alors que l'autre quittera ce pays par le nord pour s'arrêter en Turquie avant de se rendre à Gaza.

Deux autres Ongs, libanaises cette fois-ci -Journalistes sans Frontières et Free Palestine- parrainent le Naji Al Ali, avec au moins 50 journalistes et 25 bénévoles européens à bord, y compris des membres du parlement européen.

Insani Yardim Vakfi, ou " Le Fonds d'Aide Humanitaire " (IHH), le noyau dur du groupe islamiste turc qui a partiellement organisé la flottille précédente incluant le Mavi Marmara, a dit qu'il enverra six autres bateaux à Gaza au mois de juillet.

Une organisation allemande appelée les Voix Juives pour une Paix Juste (Jewish Voices for a Just Peace) parraine un navire avec à son bord 14 activistes, dont le départ est prévu pour la mi-juillet.

Free Gaza – le groupe qui a parrainé la flottille a été intercepté par Israël le 31 mai – et Viva Palestina, un groupe basé au Royaume-Uni, prévoient un autre convoi de 10 à 15 navires, qui devrait partir pour Gaza vers le mois d'octobre. Un des principaux organisateurs est Iyad el-Sarj, basé en Norvège.

Tous ces navires, qui se disent ‘’humanitaires’’ n’ont, au final, qu’un seul objectif. Celui d’assurer la levée de la tutelle israélienne sur le port de Gaza, et ainsi la reprise du conflit entre les criminels du Hamas qui maintiennent la population de cette bande de terre dans la plus grande pauvreté et une grande précarité quant à sa sécurité, et Israël dont l’existence est vue comme un affront. Un conflit qui s’inscrira comme apport aux ‘’frères’’ du nord, Hezbollah, Syrie et Iran, qui n’attendent que le moment propice pour son déclenchement.

L’état du peuple juif ne peut, en conséquence, baisser la garde et permettre l’entrée de bateaux sans connaître sa cargaison et ses passagers. D’autant plus, lorsque ceux-ci battent pavillons de pays ennemis.

Israël se doit d’immobiliser ces convois et décourager toutes nouvelles tentatives. Pour ce faire, il lui faut stopper ces navires en eaux internationales par une neutralisation des hélices, ou moyens similaires, et non plus par arraisonnements. L’esprit kamikaze régnant parmi ces ‘’humanitaires’’, le danger est de voir ces ‘’flottilles de la liberté’’ se saborder pour en faire porter la responsabilité à Tsahal.

Bloqués, ces navires n’auront de choix que de prendre pour témoins les instances internationales, les autorités de leurs pays respectifs, l’opinion publique internationale, mais devront, bon gré mal gré, se faire remorquer vers leurs ports d’attaches ou d’autres plus proches acceptant de les accueillir pour réparation.

Devant cet affront à leur désir d’atteindre les côtes et crier victoire, devant ces convois n’ayant pas eu de sang versé, l’inutilité de tels convois apparaîtra malgré les condamnations sans effets du machin de l’Onu.

Ainsi, Israël imposera le respect de ses décisions et de ses frontières tout en affaiblissant l’Islam radical. Il ne restera plus qu’à ce camp à affronter « l’entité sioniste » à partir du terrain où il se trouve, et non pas par l’intermédiaire d’idiots utiles, de naïfs ou de quelques sympathisants stupides et prêts pour le ‘’martyr’’.

Ce qui est une toute autre affaire.

jeudi 17 juin 2010

Quand on n’a que la haine pour se justifier !

Mohamed Sifaoui a écrit un article intitulé « Les apéros gênants ! » où il dénonce violemment, plus par l’insulte que par la raison, l’opération ‘’apéro saucisson pinard’’ qui devait se tenir le 18 juin à la Goutte d’or à Paris. Apéro organisé pour condamner l’emprise de l’Islam religieux depuis plusieurs années, sur certaines rues de la capitale et cela tous les vendredis après-midi, mais plus généralement l’islamisation de la France. Une manifestation cependant interdite par la préfecture pour cause d’éventuels troubles à l’ordre publique.

Le principal, voir le seul reproche que fait le « Journaliste, Ecrivain et Réalisateur » Sifaoui à cette invitation à blâmer cette possession de l’espace public sans autorisation EST d’être organisée par l’extrême droite, pour cause d’être soutenue par un groupuscule dénommé Bloc identitaire. Et suivant l’adage ‘’qui s’assemble se ressemble’’, l’auteur atteste que « les contributeurs de "Riposte Laïque" sont à la laïcité ce qu’est l’égout au bain moussant. Un titre, notamment quand il est usurpé, n’a jamais fait le produit. Et de ce point de vue, il est clair, que Riposte Laïque et leurs amis xénophobes sont loin de figurer parmi les AOC des militants laïques voire anti-islamistes. Par contre, ils sont désormais en bonne place sur la liste des défenseurs d’une France rance. Il faut vraiment avoir faim de haine pour aller partager avec eux ne serait-ce un bout de baguette ».

Pour mieux enfoncer cet avis nauséeux, il renvoie ces organisateurs « aux autres apéros géants organisés chaque vendredi sous le thème ‘’Allah Akbar ! ‘’ par des groupuscules islamistes ».

On a les comparaisons que l’on peut.

« Les uns veulent occuper l’espace public avec leurs bottes en cuir, leur moustache de beauf, le béret de la haine et de la xénophobie sur la tête (…) pour provoquer ceux qui squattent illégalement, chaque semaine, l’espace public vêtu de leurs kamis, djellabas et autre tchador ».

Comparaison n’est certes pas raison. Et Mohamed Sifaoui n’est pas un modèle de vertu ou d’intelligence pour que l’on prenne au pied de la lettre ses rapprochements. En effet, il est futile de croire ainsi que seuls les extrémistes de droite ont la préoccupation du devenir de leurs pays.

Pour preuve, Mohamed Sifaoui, que l’on ne peut taxer de cette tare (quoique ! lorsqu’on lit sur son blog sa haine de certains Juifs et Musulmans on s’interroge), affirme avoir « dénoncé, dès 2002, dans un livre intitulé ‘’ La France malade de l’islamisme’’ l’occupation illicite de l’espace public dans le 18e arrondissement par les hordes islamistes qui se sont incontestablement approprié une partie du quartier et notamment les jours de prières ».

Si donc pour Sifaoui le problème existe, ce seraient les moyens employés qui posent problème. « lorsque l’on se dit démocrate, lorsqu’on prétend défendre la république, on ne répond jamais à un trouble à l’ordre public en organisant un autre trouble à l’ordre public. Sinon, ce n’est pas la République, c’est l’anarchie ».

Lorsque l’on défend la République affirme t-il, « on consulte des avocats, on signe des pétitions, on prend des rendez-vous avec le maire et le préfet, on introduit une action en justice, on interpelle les politiques, on créé des pages sur Facebook, on écrit des articles, on fait des communiqués, on alerte la presse, on organise des débats de sensibilisation, bref ; on fait ce que ferait tout démocrate soucieux de l’intérêt général qui mène son combat de manière civilisée, mais surtout intelligente, on puise son inspiration dans les principes républicains et non pas chez les excités du bloc identitaire ».

A lire cette prose, on ne doute plus de ce que le républicain Mohamed Sifaoui a surement tenté pour faire interdire cette occupation de l’espace public par ceux qui sont « vêtu de leurs kamis, djellabas et autre tchador ». Des moyens qui n’ont jusqu’à ce jour, malheureusement, rien donné. L’effet Sifaoui à fait plouf !

L’effet Riposte Laïque a, quant à lui, mis la pression sur la mairie du XVIII, la Maire de Paris, la Préfecture de Paris, si ce n’est sur le gouvernement par le nombre ‘’d’apéros gênants’’ organisé un peu partout en France.

De surcroît, les médias se sont saisis du sujet et les organisations ‘’antiracistes’’ n’ont pu faire moins que de condamner, cependant du bout des lèvres, les prières sur l’espace publique.

Résultats qui ne peuvent que réjouir la majorité des Français démocrates, patriotiques et républicains inquiets de l’islamisation de la France, voire de l’Europe, et qui ne sont pas d’extrême droite.

Des Français de plus en plus nombreux à s’élever contre ce danger, mais aussi à condamner ceux qui, pour des raisons obscures d’égo, font le jeu des Islamistes. Des individus venus de divers horizons politiques et qui se retrouvent autour d’organisations apolitiques telle Riposte Laïque et de ses contributeurs. Des citoyens décidés à combattre le laxisme des pouvoirs publics et la complaisance électoraliste des partis politiques.

Bref ! Des Français fiers de leur pays et exigeant que tous ses habitants se retrouvent autour de la devise Liberté, Egalité, Fraternité et des lois qui ont servis jusqu’à présent les droits de l’homme, de la femme et de l’enfant.

mercredi 16 juin 2010

Les ''Humanistes'' 5

Ci-dessous, la version israélienne des événements concernant la ''Flotille de la honte'' et particulièrement le navire Mavi Marmara.

On attend impatiemment la version des ''Humanitaires'' ainsi que celle des Turcs, si prompts à réprimander Israël, voire à prendre des ''sanctions''. (Lol !)


video

Rappel des ''épisodes'' précédents:

Les ''Humanistes" : http://victor-perez.blogspot.com/2010/06/les-humanistes.html

Les "Humanistes" 2 : http://victor-perez.blogspot.com/2010/06/les-humanistes-2.html

Les "Humanistes" 3 : http://victor-perez.blogspot.com/2010/06/les-humanistes-3.html

Les "Humanistes" 4 : http://victor-perez.blogspot.com/2010/06/les-humanistes-4.html

dimanche 13 juin 2010

La lâcheté européenne

On se souvient tous des attentats de Madrid le 11 mars 2004 ayant causé la mort de 191 personnes et blessé 1824 autres individus. Attentats qui ont causé la chute du gouvernement de José Maria Aznar en place et permis l’élection de Luis Rodriguez Zapatero du parti socialiste. Un Premier ministre ayant pris comme première décision le 18 avril suivant, dès son installation aux commandes de l’état, de retirer les troupes espagnoles d’Irak « dans les plus courts délais possibles ». Chose qui fut faite très rapidement et qui combla d’aise les ‘’résistants’’ d’Al-Qaïda. L’Espagne socialiste avait montré, en cela, tout le ‘’courage’’ et la ‘’volonté’’ que l’on pouvait en attendre pour la défense des valeurs universelles communes qui composent les démocraties.

Il y a quelques jours, Luis Rodriguez Zapatero a reçu le Président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas et, lors d’une conférence de presse conjointe, a précisé souhaiter parvenir à « une position commune » au sein du bloc des Vingt-Sept sur la situation humanitaire dans la Bande de Gaza. Ceci, aux fins d’exercer une forte pression diplomatique sur Israël et obtenir, ainsi, la levée du blocus imposé en 2007. Il s'est déclaré certain que les pays européens apporteraient leur soutien à cette proposition à l'occasion du prochain Conseil des Affaires générales et du Conseil des Affaires étrangères à Luxembourg.

Initiative espagnole qui comble d’aise les ‘’résistants’’ du Hamas qui ont comme unique projet de société de constituer un état islamique sur un territoire s’étalant du Jourdain à la mer Méditerranée. Une décision espagnole qui, cette fois-ci, ne fera courir aucun risque mortel aux citoyens de ce pays mais cependant contraire, là encore, à la défense des valeurs universelles communes qui composent nos démocraties.

Le blocus imposé à la bande de Gaza par l’état d’Israël a comme vocation première d’empêcher l’entrée sur ce territoire d’armes létales qui permettraient une reprise du combat contre le peuple israélien. Une conflagration qui serait, là encore, sanglante pour les deux parties. Un conflit que les Israéliens devront imputer, si cela se réalisait, à la lâcheté européenne et à tous ceux qui soutiendraient une telle demande.

La seule solution raisonnable aurait été d’indiquer fortement la volonté européenne d’éliminer la bande de criminels du Hamas et ses affiliés au pouvoir dans la bande de Gaza, afin que le peuple ‘’palestinien’’ puisse, enfin, vivre en PAIX au côté de l’état d’Israël, pays du peuple juif.

La seule difficulté à la réalisation de cet espoir n’est autre que le refus européen de combattre les valeurs dominantes de la bande de Gaza (voir photos) pour cause de peur d’importer un réel conflit sur son propre territoire, mais aussi pour cause de crainte d’un embargo pétrolier et de pétrodollars de la part des pays musulmans soutenant l’islamisation de la planète.

De mauvaises ‘’raisons’’ qui permettent aux Israéliens de peu considérer les initiatives européennes. De mauvaises ‘’raisons’’ qui éloigneront encore un peu plus l’Europe d’Israël. De mauvaises ‘’raisons’’ qui rappelleront aux Israéliens qu’il vaut mieux recevoir des condamnations que des condoléances.

samedi 12 juin 2010

lundi 7 juin 2010

Le dessein malodorant d’Eli Barnavi et de JCall

Cette semaine, mais d’autres aussi dès que le besoin s’en fait sentir, Marianne a laissé carte blanche à Eli Barnavi, historien, ex-ambassadeur d’Israël et collaborateur du journal. La carte du jour s’intitule, tout simplement : « Netanyahou, le nul ! ». Connaissant toute ‘’l’objectivité’’ qui marque cet hebdomadaire ainsi que l’auteur de ce texte, il est logique -en conséquence- d’y trouver des contresens, lorsque ce n’est pas tout simplement des inepties.

Le texte ayant comme sujet « La flottille de la liberté » Eli Barnavi y affirme d’emblée que cette dernière qui « s’apprête à apporter quelque secours aux Gazaouis enfermés dans leur bande de misère par un siège conjoint israélo-égyptien » est « évidemment, une opération de propagande montée par des organisations pro-palestiniennes qui n’imaginent pas un seul instant qu’Israël les laissera débarquer ».

Cette petite chose essentielle écrite mais vite expédiée, Eli Barnavi passe au fond qui le préoccupe principalement. Démontrer que Benjamin Netanyahou « est simplement le dirigeant le plus faible, irrésolu et incapable de l’histoire d’Israël » et envisager quasiment une destitution légale voire internationale.

Pour ce faire il échafaude les trois scénarios possibles ayant pu se dérouler, sans pour autant indiquer à ses lecteurs toutes les conséquences résultantes de ces différentes solutions. Attitude de sa part bien compréhensible, car les envisager réduirait à pas grand-chose, voire à rien, sa ‘’démonstration’’ écrite.

Le premier des scénarios nous dit-il, est « politiquement habile et humainement acceptable : Israël laisse passer la flottille. Le porte-parole des Affaires étrangères explique à la presse internationale que l’armée, placée devant un choix pénible – laisser bafouer leur ordre à Gaza ou risquer de faire couler le sang –, a choisi des deux maux le moindre ».

Le seul hic de ce ‘’plan’’ est de savoir comment se conduira alors l’état d’Israël, lorsqu’un deuxième convoi, puis un troisième, puis encore un autre, se présenteront ! Faudra t-il, alors, les laisser, là encore, passer avec le risque d’inciter toutes les ‘’organisations humanitaires’’ à convoyer les armes réclamées par la bande criminelle du Hamas, ou faudra t-il envisager un autre scénario pour éviter que les Israéliens ne se retrouvent face à un danger accru ?

A cette question, l’ancien ambassadeur d’Israël ne répond pas. Peut-être pour la simple raison qu’il vit en Belgique.

Le deuxième scénario envisagé par notre ‘’intellectuel’’ « est politiquement neutre et humainement acceptable : Israël bloque la flottille avec des navires de guerre. Le porte-parole des Affaires étrangères explique que l’armée n’entend pas laisser bafouer leur ordre à Gaza, ni risquer de faire couler le sang. Le convoi finit par faire demi-tour ».

Là encore, nul questionnement quant à la possibilité qu’ont les cargos de forcer le blocus maritime et qu’Israël ne se retrouve dans le cas du scénario précédent avec toutes les conséquences néfastes pour le pays s’y rattachant. Ceci, sans omettre toutefois que le refus des bateaux d’obtempérer aux ordres israéliens peut conduire à des scénarios catastrophes, pires que ceux imaginés. Comme, par exemple, un télescopage volontaire, menaçant la vie des véritables humanitaires pris en otage par les membres de l’organisation islamiste turc I.H.H. Ou encore le refus obtus de faire demi-tour afin d’obliger ''l’éntité sioniste'', sous la pression internationale, à se dédire et laisser passer le convoi.

Le troisième scénario « est politiquement stupide, humainement épouvantable : Israël envoie ses commandos marins arraisonner la flottille de vive force. Il y a des morts et des blessés. Le porte-parole des Affaires étrangères dit n’importe quoi ».

C’est effectivement la solution choisie par le gouvernement israélien. A ceci près, que sur six bateaux composant le convoi maritime, cinq arraisonnements se sont très bien passés. Ce qui indique, pour le moins, qu’avec une intention militaire claire, nette et affichée de maitriser tout navire désireux de violer le blocus de la bande de Gaza, et non pas une intention idéologique et politiquement correcte comme ce fut le cas pour le Mavi Marmara, l’abordage militaire de tout bateau est sans danger. Quand bien même, certains individus attendraient les soldats pour en découdre.

Ce qui confirme que seul ce scénario est politiquement payant, car dissuadant toute ‘’organisation humanitaire’ de croire réalisable d’aller à l’encontre de la sécurité d’Israël en contribuant à ce que le port de Gaza devienne un port iranien.

Ces trois scénarios échafaudés par Eli Barnavi ont pour seul objectif de démontrer l’inaptitude du gouvernement de Benjamin Netanyahou à faire le ‘’bon choix’’. Un pouvoir jugé illégitime par l’auteur dans une précédente interview. Un gouvernement, nous assure t-il, « Flanqué sur sa gauche d’un ministre de la Défense modéré mais égocentrique et privé de troupes et, sur sa droite, d’une kyrielle de ministres extrémistes et intellectuellement défectueux ». (Sic). Une affirmation haineuse qui pose immédiatement la question de connaître quels sont les partis restant pour diriger le pays ? Kadima ayant soutenu l’opération maritime, seuls restent donc l’extrême gauche Meretz et les trois partis arabo-israéliens antisionistes !

Un objectif qui confirme qu’Eli Barnavi est en campagne au nom de JCall. Une association composée ‘’d’intellectuels juifs’’ européens se situant, selon son propre manifeste, « au-dessus des clivages partisans » mais, sans aucun doute, résolument à gauche, voire à son extrême. Une sympathie politique ne pouvant évidemment pas supporter le choix démocratiquement exprimé des électeurs israéliens et prenant pour prétexte de ne pas avoir « le temps d’attendre une hypothétique relève. »

Une sympathie politique qui le conduira encore longtemps à faire du vent dans des journaux de complaisance. Une complaisance qui déplaît à la très très grande majorité du peuple juif et à sa composante israélienne.

*************

D'autres articles sur Jcall par le module de recherche Google sur la page d'accueil de ce blog.

dimanche 6 juin 2010

Les ''Humanistes'' 3

Quelques photos du traitement ''humanitaire'' des soldats israéliens par les humanistes de la "flotte de la honte"












.




Les ''Humanistes'' 2

Pour se faire une opinion précise de l'humanisme de la "flottile de la honte".



video

Réponses des ''humanistaires'' à l'ordre de rebrousser chemin.

"Go back to Auschwitz"

"We're helping Arabs go against the US, don't forget 9/11 guys"

C'est limpide.

vendredi 4 juin 2010

Flotilla Choir presents: We Con the World (humour chanté)

Ci-après l'araisonnement de la "flotille de la honte" par les soldats israéliens, voici venu le temps d'une chanson.

video

Plus sérieusement. A quand une association de vedettes internationales chantant pour l'espoir d'un monde qui cesse de déraisonner ?

mardi 1 juin 2010

Les "Humanistes"

Ci-dessous la vidéo dévoilant la Paix, l'Amour et la Tolérance à l'égard des soldats israéliens de la part d'humanitaires de la Flotte de la honte.


video

Israël forcément coupable !

Si les médias nous avaient conté et montré les vidéos d’une opération militaire d’un pays lointain abordant par la force une flottille violant son espace territoriale maritime, causant la mort de neuf ‘’humanitaires’’ et blessant 38 autres, nul doute que l’opinion mondiale aurait blâmé, sans prendre le temps nécessaire de comprendre ou d’analyser les faits avérés, cette armée ‘’sans scrupules et forcément indigne’’ des valeurs humanistes qui fondent nos sociétés occidentales.

Une condamnation nette surement mais qui, déjà, aurait été effacée de la mémoire de nos gouvernants ainsi que celle de nos concitoyens.

Dans le conflit du Proche-Orient et lorsqu’il s’agit de l’état d’Israël les mesures sont toutes autres à son égard. A analyser les réactions causées par l’abordage de la « Flotte de la liberté » qui se dirigeait vers la bande de Gaza aux fins politique de secourir le Hamas, organisation reconnue comme terroriste, l’on peut constater que les faits et gestes de ce petit pays, à lui seul, déclenchent à chaque fois une tornade diplomatique.

Les puissants de ce monde -particulièrement ceux gouvernant le monde démocratique- sans prendre aucun recul et à chaud, se disant choqués, ont condamné cette opération et jugé, au choix, qu’elle était illégitime, disproportionnée, brutale, barbare ou action de piraterie. Ils déplorent le « meurtre de civils ». Réclament des enquêtes IN DE PEN DAN TES. Le Conseil de Sécurité, toutes affaires cessantes, a décidé de se réunir. Le Conseil de l’Europe tout autant. L’Otan également. Les ambassadeurs israéliens de par le monde ont été convoqués, tels des excommuniés. Des sanctions ont déjà été prises, telle la Grèce suspendant un exercice commun en cours avec l’armée israélienne.

Bref ! Une attitude qui ne laisse aucun doute sur la ‘’ CUL PA BI LI TE ’’ de cet état déjà ‘’pris tant de fois la main dans le sac’’ par la bienséance internationale.

Et pourtant ! A voir les images de l’opération prises et diffusées par cet état d’Israël si honni, nul quidam honnête ne peut douter de la volonté des ‘’civils humanitaires’’ de tuer. Barres de fer, couteaux, lance-pierres, haches, marteaux étaient utilisés à l’encontre des soldats israéliens. Des moyens que nul ne peut, sans se disqualifier, considérer comme inoffensifs, sauf à désirer voir le sang israélien couler. Des armes qui ont, en conséquence, légitimement appelé une réponse appropriée des Forces de défenses israéliennes et auraient du incité les puissants de la planète à plus de mesure à l’égard de cette démocratie dotée d’une véritable éthique militaire.

Au vu de ce manque de pondération des principaux organismes politiques internationaux et des gouvernants du monde démocratique, il devient de plus en plus difficile de les imaginer défenseurs de nos sociétés occidentales et des valeurs universelles qui les ont engendré. De bas calculs politiques et électoralistes les poussent à des compromissions. Le pétrole et les pétrodollars participent aussi à ce choix inique de sacrifier systématiquement l’état des Juifs sur l’autel des intérêts nationaux, favorisant de ce fait une civilisation obscure et violente. Une culture dominée par une minorité prête à sacrifier jusqu’au dernier des leurs au profit de la dissémination, à travers la planète, de leur religion qu’ils disent de paix, d’amour et de tolérance ! L’un de leurs objectifs premier, pour ce faire, étant l’éradication de « l’état sioniste ».

Si cela rappelle étrangement le déshonneur promis par Winston Churchill dans les années 30 du siècle passé aux ‘’pacificateurs’’ Daladier et Chamberlain sacrifiant la Tchécoslovaquie, rien n’autorise d’imaginer qu’Israël se rangera à la volonté arabo-musulmane de disparaître. Bien au contraire !

Ce qui subodore que ces puissants, s’ils n’y prennent garde, se retrouveront, de surcroît, avec un conflit généralisé.